Covid : faut-il s'inquiéter si les maux de tête persistent après la guérison ?

  • A
  • A
Les maux de tête peuvent parfois perdurer après le coronavirus. 2:33
Les maux de tête peuvent parfois perdurer après le coronavirus. © Pixabay
Partagez sur :
Mardi, dans "Sans rendez-vous", le docteur Jimmy Mohammed a répondu à la question d'un auditeur s'inquiétant de ses maux de tête persistant, trois semaines après avoir été infecté par le coronavirus. Et il a rappelé que pendant la phase aiguë de la maladie, si les douleurs ne partent pas malgré la prise de doliprane, le plus sage est de consulter un médecin.

De longs mois après son apparition, le coronavirus continue de dérouter les médecins et les chercheurs et n'a pas encore livré tous ses secrets. Et chez les malades, plusieurs types de symptômes peuvent se manifester, tandis que d'autres peuvent persister même après la guérison, ce qui peut parfois inquiéter les personnes concernées. C'est le cas d'Hugo, auditeur d'Europe 1, qui ressent encore des maux de tête trois semaines après avoir été malade. Mardi, dans Sans rendez-vous, le docteur Jimmy Mohamed a répondu à ses questions. 

La question d'Hugo 

"J'ai eu le Covid-19 il y a trois semaines. C'est terminé, mais j'ai toujours mal à la tête, je me sens faible, du coup je prend du Doliprane tous les jours. Je m'inquiète un peu car j'ai entendu dire que ce n'était pas bon d'en prendre tous les jours. Est-ce risqué ?"

La réponse de Jimmy Mohamed

Est-ce normal d'avoir encore des maux de tête ? 

Oui et non. Le Covid-19 est une infection qui, à la base, touche les poumons, mais qui touche aussi de nombreux organes, dont le cerveau. Et ceux qui ont eu la maladie savent très bien que vous avez des maux de tête pendant l'infection. En fait, il y a une véritable atteinte neurologique du Covid. La première est celle que tout le monde connaît : la perte du goût et de l'odorat. Et on a considéré comme quasiment normal de perdre ce goût et cet odorat, comme si c'était un symptôme comme un autre. Or, c'est l'atteinte du bulbe olfactif, une zone dans le cerveau qui fait qu'il y a une atteinte neurologique du virus.

Mais ce n'est pas tout. Il y a aussi un risque de convulsions. Certaines crises d'épilepsie peuvent être déclenchées par le virus, mais aussi des choses beaucoup plus graves, comme un accident vasculaire cérébral, notamment chez des sujets jeunes, ou encore ce qu'on appelle des encéphalopathies, c'est à dire une forme de méningite qui donne des symptômes neurologiques à type d'hallucination.

Il faut donc être vigilant pour l'éviter. Si jamais vous avez des maux de tête qui passent avec le Doliprane, ce n'est pas très inquiétant. En revanche, si les maux de tête sont rebelles, ne passent pas malgré les antidouleurs, surtout pendant la phase aiguë de la maladie, je vous invite à consulter et à ne pas considérer que c'est normal. Si jamais votre médecin considère que c'est normal, on patientera. Mais oui, certains patients, pendant quelques semaines, vont avoir des maux de tête persistants. Normalement, ils sont bien soulagés par le Doliprane.

Est-ce risqué de prendre du Doliprane tous les jours ? 

Tant qu'il respecte la posologie de trois grammes par jour, pendant 2 à 3 semaines, non, cela ne pose pas de soucis, surtout que tôt ou tard, ça va finir par se calmer. Attention toutefois, on ne prend pas d'autres antalgiques sans avis médical, et surtout, on ne rajoute pas d'alcool ou d'autres toxiques qui vont faire souffrir votre foie. Mais oui, soulagez vos douleurs, ne restez pas avec ces maux de tête, ça n'a aucun intérêt.

Europe 1
Par Jimmy Mohamed, édité par Antoine Terrel