Coronavirus : 13.832 décès en France, les cas en réanimation à nouveau en baisse

, modifié à
  • A
  • A
Les Etats-Unis sont désormais le pays le plus touché par le coronavirus dans le monde (photo d'illustration).
Les Etats-Unis sont désormais le pays le plus touché par le coronavirus dans le monde (photo d'illustration). © AFP
Partagez sur :
La France comptait samedi 13.832 morts liés au coronavirus et enregistrait pour le troisième jour consécutif une baisse du nombre de cas graves en réanimation sur les dernières 24 heures. Dans l'Hexagone, les contrôles policiers ont été renforcés en ce week-end pascal pour prévenir tout relâchement du respect du confinement.
L'ESSENTIEL

Pâques en confinement. Tandis que les Français vivent leur quatrième week-end à la maison, l'épidémie de coronavirus continue de progresser, avec plus de 13.000 morts dans le pays. Les contrôles policiers sont renforcés avec le début des vacances scolaires dans la zone B. À l'échelle mondiale, les États-Unis sont les plus endeuillés par la pandémie.

Les informations à retenir :

  • La France compte désormais 13.832 morts du Covid-19, dont près de 5.000 dans les Ehpad
  • Le nombre de patients en réanimation a à nouveau baissé samedi, pour le troisième jour consécutif
  • Avec le confinement, le nombre de morts sur les routes en baisse de 39,6 % en mars
  • Partout dans le monde, les célébrations religieuses de Pâques sont perturbées par la pandémie 

Plus de 13.000 morts en France, un "plateau" atteint en réanimation

Le bilan du coronavirus s’établissait samedi à 13.832 morts depuis début mars, dont 8.943 à l'hôpital, soit 353 de plus en 24 heures. 4.889 ont succombé dans les établissements sociaux et médico-sociaux (Ehpad), soit 290 décès supplémentaires sur la même période. 

Le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, avait indiqué que pour "le troisième jour consécutif", le nombre de personnes en réanimation était à la baisse. Ainsi, on dénombrait 121 patients en moins sur les dernières 24 heures, pour un total de 6.883 cas graves recensés. Par ailleurs, 31.320 personnes étaient hospitalisées à cause du Covid-19 ce samedi, soit 2.044 de plus que vendredi. 

"Il ne faut surtout pas crier victoire trop tôt", a tempéré sur Europe 1 le Professeur Bruno Riou, directeur général de l'AP-HP, samedi, évoquant un "plateau" et pas un "pic qui redescend". Une interrogation émerge par ailleurs quant à la forte hausse de la mortalité à domicile enregistrée au mois de mars (jusqu'à +97% dans le Bas-Rhin) : en l'absence de tests pour les patients non hospitalisés, impossible de savoir si ces décès supplémentaires sont à imputer au coronavirus. 

Un week-end ensoleillé et des contrôles renforcés 

Comme le week-end dernier, quelque 160.000 policiers et gendarmes sont mobilisés pour contrôler et éviter les départs, dès samedi. Des préfets ont également durci le confinement dans certaines régions. Dans les Bouches-du-Rhône, où les vacances débutent, les contrôles du confinement sont renforcés sur le littoral, sur l'autoroute et dans les massifs.

En Corse, "un seul adulte par famille" peut faire ses courses pendant une heure par magasin, en plus de contrôles renforcés sur les plages et lieux de promenade. À Nice, neuf quartiers parmi les plus pauvres sont soumis à un couvre-feu dès 20h au lieu de 23h, la mairie faisant valoir un "non-respect des règles". À Paris, en Alsace ou encore à Saint-Étienne, la pratique sportive individuelle est plus strictement encadrée, alors que les sorties à plusieurs sont interdites en Ardèche.

"Certes il est tentant de sortir mais il est vital que nous restions bien accrochés à toutes les règles de confinement", a martelé au micro d'Europe 1 le préfet de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, samedi matin, craignant que le week-end ensoleillé ne donne des idées aux promeneurs

Le nombre de morts sur les routes en forte baisse

C'est l'autre conséquence du confinement en France : le nombre de morts sur les routes de France métropolitaine a plongé de 39,6 % en mars par rapport au même mois l'année dernière, avec 154 personnes décédées. Le nombre d'accidents corporels est également en nette baisse sur cette période. Mais "si les déplacements routiers ont considérablement diminué, les forces de l'ordre et les radars constatent un nombre inquiétant de grands excès de vitesse", selon le communiqué du ministère de l'Intérieur.

Des ajustements dans les règles du confinement 

La mesure était réclamée par la SPA, qui craignait que ses foyers n'arrivent à saturation : une dérogation va être accordée pour permettre aux Français de continuer à adopter des animaux pendant le confinement, a annoncé samedi le ministre de l'Intérieur. En vigueur dès jeudi, elle sera cependant soumise à des règles strictes, à retrouver dans cet article

Autre demande d'associations à laquelle le gouvernement a répondu favorablement : l'accès à l'interruption volontaire de grossesse médicamenteuse à domicile a été étendu de sept à neuf semaines, pour assurer aux femmes la continuité de leur droit pendant le confinement. 

Une adresse mail a par ailleurs été mise en place pour que les parents isolés auxquels les supermarchés refusent l'accès au motif qu'ils sont accompagnés d'un enfant puissent effectuer un signalement. La secrétaire d'Etat Marlène Schiappa a rappelé qu'il ne s'agissait nullement d'une recommandation du gouvernement. 

Le Charles-de-Gaulle mouillera dans le port de Toulon dimanche

Le porte-avions nucléaire français Charles-de-Gaulle, sur lequel 50 marins ont été testés positifs au coronavirus, arrivera dimanche à Toulon et pourra commencer la mise en quarantaine des personnels, a indiqué samedi le ministère des Armées. Le bâtiment, qui croisait dans l'Atlantique, est attendu "dans l'après-midi" de dimanche, selon un communiqué du ministère. Les équipages du porte-avions, du groupe aérien embarqué - hélicoptères, avions de surveillance Hawkeye et Rafale - et de la frégate Chevalier Paul qui les accompagne, seront confinés 14 jours "dans des enceintes militaires avant de rejoindre leurs foyers".

Huit millions de salariés au chômage partiel 

Le recours au chômage partiel a été demandé par 700.000 entreprises et associations pour 8 millions de salariés, soit 3 millions de plus en une semaine, un nouveau record, a annoncé samedi la ministre du Travail Muriel Pénicaud, sur son compte Twitter.

Ce chiffre représente "plus d'un salarié du secteur privé sur trois", a ajouté la ministre. En une semaine, trois millions de salariés supplémentaires sont entrés dans ce dispositif mis en place pour aider les entreprises affectées par la crise du coronavirus et le confinement.

Plus de 100.000 morts dans le monde, 500 millions de personnes menacées par la pauvreté

Dans le monde, l'épidémie de coronavirus a dépassé la barre des 105.000 morts. L'Europe reste le continent le plus touché avec au moins 850.000 cas et plus de 74.000 morts. Le pays le plus touché d'Europe reste l'Italie, qui affiche ce samedi 619 cas supplémentaires et 19.468 décès. De son côté l'Espagne compte plus de 15.000 victimes. Quant au Royaume-Uni, il enregistré 917 décès supplémentaires en 24 heures pour un total de 9.875 morts.

Aux États-Unis, pays où la pandémie progresse le plus rapidement, plus de 500.000 cas ont été diagnostiqués et 20.071 décès ont été enregistrés, dont plus de 2.000 en une journée, faisant de ce territoire le plus endeuillé au monde. 

Selon l'organisation britannique Oxfam, 500 millions de personnes dans le monde, particulièrement en Afrique, pourraient plonger dans la pauvreté en raison de cette crise. Invité d'Europe 1, la directrice générale d'Oxfam France, Cécile Duflot, a affirmé qu'il fallait mettre en place un "plan de sauvetage". "Dans le combat de la pauvreté", le coronavirus pourrait provoquer "un recul de dix ans", selon elle. 

Les célébrations religieuses perturbées par la pandémie

En ce début de week-end de Pâques, des centaines de millions de chrétiens, reclus chez eux comme la moitié de l'humanité, ont entamé des célébrations inédites, sans fidèles, en particulier sur l'immense place Saint-Pierre de Rome, d'ordinaire noire de monde. Pour la fête la plus importante de la tradition chrétienne, c'est sur écran que les fidèles suivront les messes pascales d'un pape François confiné. Cela a commencé vendredi, avec la cérémonie du chemin de Croix. Dans l'Est, Europe 1 a rencontré un prêtre diffusant ses messes sur Facebook : notre reportage est à retrouver ici

Ne pouvant se réunir en famille au-delà de leur foyer, les Français sont peu nombreux à avoir acheté le traditionnel agneau pascal en ce week-end de célébrations. Un manque à gagner énorme pour les éleveurs ovins qui redoutent une perte de 10 à 15 millions d'euros sur l'année.