Tests frelatés, faux appels aux dons : attention aux arnaques liées au coronavirus

, modifié à
  • A
  • A
Méfiez vous des "bonnes affaires" en ligne en cette période de crise sanitaire (photo d'illustration). 1:06
Méfiez vous des "bonnes affaires" en ligne en cette période de crise sanitaire (photo d'illustration). © Kirill KUDRYAVTSEV / AFP
Partagez sur :
Depuis le début de la crise sanitaire, certains malfaiteurs profitent de la panique des usagers pour mettre au point des arnaques allant de la commercialisation de stocks périmés de masques ou de gel hydroalcoolique aux faux appels aux dons en ligne, en passant par de prétendus tests de dépistage, vendus une fortune. 

La crise sanitaire n'empêche pas les arnaques. Alors que la France vit sa troisième semaine de confinement pour lutter contre l'épidémie de coronavirus, certains malfaiteurs en profitent : fausses déclarations de déplacements, tests frelatés, appels aux dons frauduleux... Ils misent sur l'inquiétude et la panique des usagers. Mieux vaut donc prendre quelques précautions. 

De fausses bonnes affaires sur internet

Ces arnaques concernent par exemple les masques et le gel hydroalcoolique, devenus des denrées rares. Ils sont vendus jusqu’à dix fois plus chers sous le manteau dans certaines pharmacies, malgré les réquisitions de l’Etat. Certains escrocs n’hésitent pas à proposer des stocks périmés ou non conformes... A Paris, un homme a été mis en examen fin mars après la découverte de 23.000 masques, pourtant réquisitionnés par l'Etat pour les professions qui en ont besoin, dans sa camionnette. 

Ne croyez pas non plus faire de bonnes affaires en ligne, comme ce message qui vous propose une remise de 40% sur un "thermomètre infrarouge" livré à domicile et qui vous invite pour en bénéficier à cliquer sur un lien, un lien malveillant. Cette arnaque s’appelle le phishing ("hameçonnage") : vous arrivez sur un site qui a l’apparence d’un site officiel, où on vous demande d’entrer vos informations sur un formulaire. Les hackers pourront ensuite les revendre sur les marchés noirs, ou s’en servir pour d’autres attaques plus complexes.

Vérifiez la provenance des appels aux dons

Les arnaques à la fausse qualité se multiplient également. A Valence, un faux médecin a ainsi fait du porte-à-porte pour vendre très chers des tests de dépistage. Dans les Yvelines, un prétendu directeur de l'Agence régionale de Santé contacte les Ehpad depuis quelques jours, pour obtenir des masques... Assurez-vous de l’identité de ceux qui se présentent à votre porte, et si vous avez un doute, n’ouvrez pas.

Enfin méfiez-vous des appels aux dons envoyés par mail au profit soi-disant des soignants ou des malades. Au moindre doute sur l’expéditeur, allez sur le site officiel du prétendu expéditeur sur internet. Vous pourrez vous assurer qu’une campagne de dons est bien en cours et que l’adresse mail de votre interlocuteur est la bonne, avant de faire le moindre virement. 

Europe 1
Par Marion Dubreuil, édité par Margaux Lannuzel