Covid-19 : le tournoi de Roland-Garros reporté d'une semaine

, modifié à
  • A
  • A
Le tournoi de Roland-Garros est reporté d'une semaine.
Le tournoi de Roland-Garros est reporté d'une semaine. © AFP
Partagez sur :
En France, où la production du vaccin Pfizer/BioNTech a débuté, la pression hospitalière continue de s'accroître, avec plus de 5.700 patients dans des services de réanimation. Mais la campagne de vaccination s'accélère, et plusieurs grands centres ont ouvert. Le tournoi de Roland-Garros est reporté d'une semaine. Suivez en direct l'évolution de la situation. 
L'ESSENTIEL

La France est entré de plain-pied dans le régime de restrictions endurcies contre l'épidémie de coronavirus. Les déplacements sont désormais limités à 10 kilomètres, et des millions d'enfants ont renoué avec l'école à distance. Le nombre de malades du Covid-19 en réanimation a de nouveau augmenté mercredi, dépassant les 5.700, selon les chiffres quotidiens de Santé publique France. De son côté, l'Agence européenne du médicament (EMA) souhaite ajouter les caillots sanguins aux effets secondaires rares du sérum AstraZeneca.

Côté sport, le tournoi de Roland-Garros est reporté d'une semaine et se déroulera du 30 mai au 13 juin. En Allemagne, Angela Merkel prône un confinement national de courte durée pour endiguer la hausse des infections. Suivez en direct l'évolution de la situation. 

Les principales informations à retenir 

  • Les caillots sanguins devraient être ajoutés aux effets secondaires rares du vaccin AstraZeneca, juge l'EMA
  • Plus de 5.700 patients en réanimation en France
  • Macron a assuré à des collégiens qu'il ne devrait pas y avoir "de nouveau confinement d'ici la fin de l'année scolaire"
  • Le tournoi de Roland-Garros est reporté d'une semaine et se déroulera du 30 mai au 13 juin

Roland-Garros reporté d'une semaine

Le tournoi de Roland-Garros, qui devait se dérouler du 23 mai au 6 juin, a été reporté d'une semaine, a indiqué une source proche de l'organisation, confirmant une information du journal L'Équipe.

Le tournoi se déroulera du 30 mai au 13 juin, ce qui pourrait permettre aux organisateurs d'accueillir un nombre plus important de spectateurs si les restrictions sanitaires liées à la pandémie de coronavirus sont allégées. L'édition 2020 de Roland-Garros avait été reportée de mai à septembre.

Plus de 5.700 patients en réanimation

Le nombre de malades du Covid-19 en réanimation a de nouveau augmenté mercredi, dépassant les 5.700, selon les chiffres quotidiens de Santé publique France. On comptait 5.729 personnes dans les services de soins critiques (qui rassemblent réanimation, soins intensifs et surveillance continus), contre 5.626 mardi et 5.053 il y a seulement une semaine.

Le nombre total de personnes à l'hôpital est lui aussi en hausse, avec 30.904 patients positifs au coronavirus actuellement hospitalisés en France, soit 265 de plus que la veille. Et 3.131 nouvelles hospitalisations ont été enregistrées depuis mardi.

En 24 heures, 433 nouveaux décès ont été enregistrés dans les établissements hospitaliers, pour un total de plus de 97.722 personnes depuis le début de l'épidémie (dont 71.629 à l'hôpital).

Les caillots sanguins devraient être ajoutés aux effets secondaires rares d'AstraZeneca, dit l'EMA

L'Agence européenne des médicaments (EMA) a estimé mercredi que les caillots sanguins devraient être répertoriés comme effet secondaire "très rare" du vaccin AstraZeneca contre le Covid-19. L'EMA a établi "un lien possible avec de très rares cas de caillots sanguins inhabituels avec des plaquettes sanguines basses", a déclaré l'agence basée à Amsterdam dans un communiqué, indiquant toutefois que la balance bénéfice/risque reste "positive".

L'EMA explique ne pas avoir identifié de facteur de risque spécifique, estimant qu'une explication "plausible" à des cas rares de caillots sanguins pourrait être une réponse immunitaire. "Des facteurs de risque spécifiques tels que l'âge, le sexe ou les antécédents médicaux n'ont pas pu être confirmés car les événements rares sont observés à tous les âges", a déclaré la directrice exécutive de l'EMA, Emer Cooke, lors d'une visioconférence.

La vaccination accélère en France…

L'accélération de la campagne est perceptible dans les chiffres. Sur les six premiers jours d'avril, 1,3 million d'injections ont été réalisées, sur un total de 12,7 millions depuis le 27 décembre. Pour l'instant, 3,2 millions de personnes ont été vaccinées (deux doses) et 9,5 millions ont reçu leur première injection. Le gouvernement compte sur des approvisionnements plus importants ce mois-ci, avec plus de 12 millions de doses attendues.

Symbole de cette accélération, le Stade de France a ouvert ses portes aux premières piqûres mardi, et sur place, Europe 1 a rencontré des candidats pressés et des vaccinés soulagés. L'objectif des autorités sanitaires est de parvenir dans un premier temps à 10.000 injections par semaine dans cette enceinte en Seine-Saint-Denis. Lors d'une visite, le Premier ministre Jean Castex en a profité pour confirmer l'objectif de 10 millions de doses injectées d'ici la mi-avril, voire "dès la fin de la présente semaine". Mais ces vaccinodromes permettront-ils au gouvernement de tenir ses objectifs ? Plus d'informations dans cet article

… où la production du vaccin Pfizer a débuté

Les premiers vaccins anti-Covid-19 produits sur le sol français ont, comme prévu, été mis en flacons mercredi, a confirmé le sous-traitant Delpharm en charge de l'opération. Les doses ne seront pas destinées qu'aux Français. "250 millions de doses de vaccins Covid-19 produites en France en 2021 : voilà notre objectif", s'est félicité Emmanuel Macron. "Cela commence concrètement dès aujourd'hui avec les premiers vaccins BioNTech-Pfizer produits sur le site Delpharm de Saint-Rémy-sur-Avre : bravo à toutes les équipes !", a-t-il salué.

Ecole à la maison : enquête ouverte après les attaques informatiques contre le Cned

La section cybercriminalité du parquet de Paris a ouvert une enquête mardi après une série d'attaques informatiques contre la plateforme du Cned au premier jour du retour de l'enseignement scolaire à distance lié à la pandémie. Cette enquête, confiée à l'Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l'information et de la communication (OCLTIC), a été ouverte pour "accès frauduleux à un système de traitement automatisé" et "entrave au fonctionnement" d'un tel système, a précisé le parquet confirmant une information de France Télévisions.

Plus de 10 millions d'écoliers, collégiens et lycéens avaient retrouvé lundi l'enseignement à distance, comme l'an passé, après la fermeture anticipée des écoles vendredi dernier. Et comme l'an passé, de nombreux "bugs" ont été signalés par des professeurs, parents et élèves, en raison de réseaux saturés, rendant les espaces de travail numériques inaccessibles. De son côté, le ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer, avait assuré qu'une partie des problèmes s'expliquerait par des attaques des serveurs informatiques venues de l'étranger. 

"Il ne devrait pas y avoir un nouveau confinement", dit Macron a des collégiens

Emmanuel Macron s'est invité à un cours d'histoire en échangeant mardi après-midi avec des collégiens en visioconférence, à qui il a assuré qu'il ne devrait pas y avoir "de nouveau confinement d'ici la fin de l'année scolaire".

A la question d'un collégien lui demandant s'il y aurait "un autre confinement avant la fin de l'année?", Emmanuel Macron a répondu: "on va tout faire pour éviter ça. Je dis souvent que le maître du temps c'est le virus, mais je tiens beaucoup à ce que l'école reste ouverte au maximum". A l'issue des semaines de fermeture des écoles, "on pense qu'on aura bien freiné le virus un peu partout et on aura accéléré la vaccination. Cela nous permettra d'être dans une situation plus confortable" et de "prendre le virus en tenaille entre les mesures de freinage et la vaccination". "Et donc je pense que, jusqu'à la fin de l'année scolaire, il ne devrait pas y avoir un nouveau confinement".

Un ancien patient sur trois souffre de problèmes psychologiques ou neurologiques ultérieurs

Une personne sur trois qui a surmonté le Covid-19 a eu un diagnostic de troubles neurologiques ou psychiatriques dans les six mois suivant l'infection, selon la plus grosse étude à ce jour sur le bilan mental d'anciens malades du Covid, parue mercredi dans le journal spécialisé The Lancet Psychiatry. L'anxiété (17%) et les troubles de l'humeur (14%) étaient les diagnostics les plus fréquents, selon l'étude. L'incidence des atteintes neurologiques telles que les hémorragies cérébrales (0,6%), les accidents vasculaires cérébraux (2,1%) et la démence (0,7%) était globalement plus faible, mais le risque était généralement plus élevé parmi les patients qui avaient été gravement malades. 

Merkel prône un confinement national de courte durée

Le gouvernement allemand d'Angela Merkel s'est dit mercredi favorable à la mise en place d'un confinement national strict de courte durée pour endiguer la hausse des infections au Covid-19, qui met le système hospitalier sous tension.

En raison de la dégradation de la situation sanitaire "tout appel à un verrouillage court et uniforme est justifié et une approche commune au plan national serait ici appropriée", a indiqué à la presse l'une de ses porte-parole Ulrike Demmer.

Plus de 2,86 millions de morts dans le monde, chiffres records au Brésil

La pandémie a fait plus de 2,86 millions de morts dans le monde, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles mardi à la mi-journée. Les Etats-Unis sont le pays comptant le plus de morts (556.486), devant le Brésil (336.947) et le Mexique (204.399).

La situation est particulièrement alarmante au Brésil, qui a franchi pour la première fois le seuil des 4.000 morts en une seule journée, avec 4.195 décès enregistrés en 24 heures. En seulement six jours, plus de 15.000 décès ont été recensés en ce mois d'avril au Brésil, avec 2.757 morts par jour en moyenne.