"On est soulagés" : après deux mois de confinement, le Portugal desserre les restrictions

  • A
  • A
Les restrictions sont peu à peu levées au Portugal. 1:17
Les restrictions sont peu à peu levées au Portugal. © PATRICIA DE MELO MOREIRA / AFP
Partagez sur :
Après deux mois de fermeture, les musées, collèges et terrasses de café ont rouvert lundi au Portugal. Un desserrement des restrictions progressif permis par l'amélioration de la situation sanitaire. Mais le gouvernement a prévenu qu'en cas de nouvelle dégradation, il n'hésitera pas à faire marche arrière.

Durement touché par l'épidémie de coronavirus en début d'année, le Portugal avait imposé un deuxième confinement général à la mi-janvier. Mais dans le pays, la situation sanitaire s'améliore peu à peu, et plus de deux mois après leur fermeture, les musées, collèges et terrasses de café ont rouvert lundi, au grand soulagement des habitants. 

Francisca Castro, elle, attendait ça depuis le mois de décembre. Cette notaire à Lisbonne a retrouvé le plaisir du café en terrasse. "Le plus important pour les Portugais, c'est de pouvoir prendre un café hors de la maison", confie-t-elle. "Ça fait deux mois qu'on était confiné, donc on est soulagé". 

Si la situation se dégrade, le gouvernement reprendra des mesures

Mais ce déconfinement est très progressif. Seules les terrasses sont ouvertes. Pour l'intérieur du restaurant, il faudra encore attendre deux semaine. Après les écoles maternelle et primaires il y a quinze jours, et avant les lycées, mardi, ce sont les collèges qui ont rouvert.

Pour Francisca, qui a un garçon de 14 ans, c'est une bonne chose, mais elle reste très prudente. "Je suis très heureuse, parce que mon fils est un adolescent, donc il a besoin du contact avec ses amis. Mais en même temps, on n'est pas complètement soulagés. On ne veut pas que tout s'ouvre en même temps pour pas qu'on ait à revenir à nouveau à un confinement comme on l'a eu pendant deux mois", dit-elle. Car le gouvernement portugais a prévenu : si la situation sanitaire se dégrade, il n'hésitera pas à faire machine arrière.

Europe 1
Par Henry de Laguérie, édité par Antoine Terrel