Coronavirus : nos conseils séries à regarder pendant le confinement

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Margaux Baralon, la spécialiste séries sur Europe 1, a sélectionné trois nouveautés à regarder à la télévision pendant le confinement.

Vous avez enfin fini toutes les saisons de Game of Thrones, vous avez "binge-watché" la quatrième saison de la Casa de Papel sortie en début de semaine… et maintenant, quelle série allez-vous regarder ? Margaux Baralon, la spécialiste séries d’Europe 1, a choisi trois nouvelles séries à découvrir pendant le confinement en replay ou sur les plateformes de vidéo à la demande.

Des femmes déterminées

Trois femmes, qui habitent la même maison, à trois époques différentes – dans les années 60, les années 80 et de nos jours – et qui en viennent toutes les trois à tuer leur mari… Mais pourquoi les femmes tuent ? Voilà tout l’enjeu de la série Why women kill, diffusée le jeudi soir sur M6 et disponible en replay.

Cette série est un bijou d’humour noir, avec des dialogues ciselés, très drôles. Il y a aussi une vraie réflexion sur la condition de la femme à travers les époques. Le créateur de la série n’est autre que Marc Cherry, à qui l’on doit aussi la série culte Desperate Housewives. Et l’on retrouve dans Why women kill tout ce qui faisait le sel de la première série. Et notamment ses personnages féminins très hauts en couleur, qui semblent un peu caricaturaux au premier abord mais qui se révèlent beaucoup plus complexes.

Une femme surprenante

Sur Netflix, vous pouvez découvrir une mini série allemande de 4 épisodes : Unorthodox. L’histoire est celle d’Esty, une jeune femme qui vit à New York, dans une communauté hassidique. Ces Juifs orthodoxes vivent en autarcie, coupés du monde moderne, sans smartphone ou ordinateur, et suivent des règles de vie très strictes, notamment pour les femmes qui n’ont pas le droit de faire grand-chose, à part des enfants.

La série commence avec la fuite d’Esty, qui plaque tout. Elle quitte son mari et sa famille et s’enfuit à Berlin, en Allemagne. Son mari et un cousin se lancent à sa poursuite, bien décidés à la ramener à New York.

Outre son petit côté thriller, la série interroge le rapport à la foi et l’appartenance à un clan, en évitant la caricature. Les personnages sont tous très fouillés et gagnent en épaisseur au fil des épisodes. C’est aussi l’occasion d’en découvrir plus sur cette communauté hassidique méconnue : on apprend ainsi que la plupart de ses membres sont des descendants de victimes de l’Holocauste.

Tout le scénario de cette série est basé sur une histoire vraie, tirée d’un livre autobiographique. Et si vous voulez en apprendre plus sur cette histoire et le travail de reconstitution pour la série, Netflix propose en plus un documentaire de 20 minutes.

Un "bébé" mignon et déjà culte

La plateforme Disney+ était attendue avec impatience par bon nombres de confinés, enfants et adultes. Avec son arrivée en France le mardi 7 avril, les fans de Star Wars ont pu découvrir la série inspirée de l’univers de la saga galactique : The Mandalorian. Une série un peu inégale mais qui vaut néanmoins le coup d’être vue.

Vous serez surpris par cette série qui reprend l’univers Star Wars mais avec des personnages complètement différents. Pas de Skywalker, pas de Jedi, ni même de Force – au début en tout cas… Le personnage principal, Mando, est un chasseur de primes dont on ne sait pas grand-chose mais dont on va suivre les aventures.

Dans cette série, il n’est pas question de sauver la galaxie. Le style se rapproche plus des westerns classiques avec un personnage principal qui nous fait penser à un cowboy solitaire. Le côté western se voit aussi dans les décors et la musique, à mi-chemin entre la partition de John Williams, le compositeur de la BO de la saga Star Wars, et celle d’Ennio Morricone, compositeur de la musique d’un grand nombre de westerns.

Enfin, vous pourrez découvrir "Baby Yoda". Ce petit personnage tout mignon et déjà culte.