Covid : réanimations et hospitalisations en légère baisse

, modifié à
  • A
  • A
L'Agence européenne des médicaments a confirmé la sûreté du vaccin AstraZeneca, fortement décrié dans de nombreux pays.
L'Agence européenne des médicaments a confirmé la sûreté du vaccin AstraZeneca, fortement décrié dans de nombreux pays. © JUSTIN TALLIS / AFP
Partagez sur :
Les réanimations et les hospitalisations étaient en légère baisse vendredi, mais l'épidémie restait à un niveau élevé dans le pays. De son côté, l'Agence européenne des médicaments (EMA) a estimé que les bénéfices du vaccin AstraZeneca augmentent avec l'âge et l'emportent toujours sur les risques. 
L'ESSENTIEL

Dans une étude dévoilée vendredi, l'Agence européenne des médicaments (EMA) assure que le vaccin AstraZeneca reste sûr et que ses bénéfices augmentent même avec l'âge. En France, les réanimations et les hospitalisations marquent une légère baisse mais l'épidémie reste à un niveau élevé. Le Premier ministre Jean Castex a lui confirmé jeudi la réouverture des crèches et des écoles à partir de lundi, une levée des contraintes de déplacement le 3 mai et une réouverture des commerces et lieux de culture envisagée à partir de la mi-mai.

Dans le reste du monde, la propagation du variant indien du Covid-19 inquiète : il a été détecté pour la première fois en Belgique chez 20 étudiants passés par l'aéroport parisien de Roissy-Charles de Gaulle. Au Japon, le gouvernement  a déclaré vendredi un nouvel état d'urgence dans quatre départements, dont Tokyo, trois mois avant le lancement des JO.

Les informations à retenir :

  • En France, l'épidémie se maintient à un niveau élevé, avec près de 6.000 réanimations
  • L'Agence européenne des médicaments confirme la sûreté du vaccin AstraZeneca et estime que ses bénéficies augmentent avec l'âge
  • La rentrée scolaire aura bien lieu lundi, avec un protocole "très strict"
  • Au Japon, l'état d'urgence décrété à Tokyo, trois mois avant les JO

Toujours près de 6.000 personnes en réanimation

Pendant ce temps, les hospitalisations et les réanimations sont en légère baisse mais la pandémie continue de rester à un niveau élevé dans le pays. Vendredi, on comptait 5.962 malades "en soins critiques", soit 19 de moins que jeudi. En 24 heures, 436 patients ont été admis dans les services qui traitent les cas les plus graves contre 478 la veille. Depuis une dizaine de jours, le nombre de patients en réanimation, très scruté, est proche de 6.000, encore loin du pic de la première vague en avril 2020 (autour de 7.000).

Le nombre total de malades du Covid-19 hospitalisés est de 30.438 contre 30.634 patients recensés jeudi, soit 196 cas de moins. 1.932 personnes ont été hospitalisées ces dernières 24 heures contre 1.878 la veille. Sur le plan des contaminations, 32.340 nouveaux cas ont été répertoriés contre 34.318 la veille. Le taux de positivité s'établit à 10% (sur les sept derniers jours, consolidé à J-3) contre 9,9% jeudi.

Le nombre de nouveaux décès recensés vendredi en milieux hospitaliers est de 309 portant à 102.525 le nombre des morts depuis le début de l'épidémie dont 76.314 à l'hôpital, selon l'agence sanitaire.

Selon l'Agence européenne des médicaments, les bénéfices du vaccin AstraZeneca augmentent avec l'âge

Comme elle l'avait déjà affirmé, l'Agence européenne des médicaments a confirmé la sûreté du vaccin AstraZeneca. D'après une étude dévoilée vendredi, les bénéfices de ce sérum, fortement décrié dans plusieurs pays, continuent de l'emporter sur les risques. L'étude a également montré que ses bénéfices augmentaient avec l'âge. En France, cinq nouveaux cas de thromboses (caillots) atypiques associés au vaccin AstraZeneca ont été enregistrés entre le 9 et le 15 avril. Mais aucun n'a causé de nouveau décès, selon les autorités sanitaires.

Toujours concernant ce même vaccin, le gouvernement compte solliciter des stars de plus de 55 ans pour le promouvoir au sein de la population. Le nom de Sheila a ainsi été avancé par le Premier ministre Jean Castex. Mais la chanteuse a nié tout contact et a dénoncé un "grand manque d'élégance" du gouvernement, vendredi dans un post sur Twitter. 

Assouplissement des restrictions en France

Réouverture des écoles avec un "protocole très strict" et des tests massifs, fin des limites de déplacements en journée le 3 mai, réouverture progressive mi-mai de commerces et lieux de culture : le Premier ministre Jean Castex a dévoilé jeudi, non sans précautions oratoires, les premières étapes de la levée des restrictions, jugeant que le pic de la troisième vague de Covid-19 était passé.

"Nous constatons depuis dix jours une baisse réelle de la circulation virale", a annoncé jeudi le Premier ministre lors d'une conférence de presse. "Le pic de la troisième vague semble donc derrière nous et la baisse de la pression épidémique est engagée", s'est-il félicité, précisant que la France a atteint "le haut de la vague des hospitalisations et nous pouvons espérer le début d’un reflux d’ici quelques jours". 

Rentrée : plus de tests salivaires, et des autotests pour les lycéens chaque semaine 

Jean Castex a également dévoilé un protocole sanitaire renforcé pour la rentrée des classes, lundi. 400.000 tests salivaires contre le Covid-19 vont être déployés dans les écoles élémentaires à la reprise la semaine prochaine, avec un objectif de 600.000 d'ici la mi-mai. Les autotests seront proposés à tous les lycéens à partir du 10 mai. Ils y seront soumis chaque semaine, au sein de leur établissement, a précisé de son côté le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer. A noter que l'accord de la famille sera néanmoins obligatoire. 

Pour leur retour en présentiel le 3 mai, les lycées observeront eux un système généralisé de demi-jauges, avec une alternance entre présentiel et distanciel. Pour les collèges, la rentrée s'effectuera en présentiel, sauf pour les élèves de 4e et de 3e des départements les plus touchés, qui feront aussi leur rentrée en "demi-jauge". Cette disposition suscite déjà l'inquiétude des associations de parents d'élèves, dont certaines estiment que des collégiens ne sont pas encore assez autonomes pour pouvoir suivre un enseignement à la maison sans l'encadrement d'un adulte.

Par ailleurs, dès qu'un élève sera déclaré positif au Covid-19, sa classe fermera.

Le vaccin de Johnson & Johnson déployé ce week-end en France

Les Français de plus 55 ans pourront, "à compter de ce samedi", se voir administrer le vaccin de Johnson & Johnson contre le Covid-19, le quatrième disponible sur le territoire, a annoncé de son côté le ministre de la Santé Olivier Véran. La France a reçu une première livraison de 200.000 doses de ce vaccin à la fin de la semaine dernière mais elle attendait les conclusions de l'Agence européenne des médicaments (EMA) qui a estimé mercredi qu'il bénéficiait d'un rapport bénéfices/risques favorable malgré un risque "très rare" de caillots sanguins.

En France, 13,5 millions de personnes ont reçu au moins une injection de vaccin et 5,2 millions les deux doses, selon la Direction générale de la santé.

Fabien Roussel accuse Agnès Pannier-Runacher d'avoir "menti" sur les capacités de production de la France

Fabien Roussel, le secrétaire national du Parti communiste, désormais candidat à la présidentielle, a adressé un courrier à Emmanuel Macron dans lequel il réclame la levée des brevets sur les vaccins contre le Covid-19 afin qu'ils puissent être plus largement produits sur notre territoire. Mais l'entourage de la ministre déléguée à l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher, a déjà fait savoir que les capacités de production de la France étaient à ce stade encore insuffisantes pour fabriquer des doses en quantité. Pour l'heure, la France devrait donc se concentrer sur l'enflaconnage des vaccins.

"Agnès Pannier-Runacher ment", a toutefois accusé Fabien Roussel vendredi au micro d'Europe 1. Il a notamment estimé qu'en l'espace d'un an, la France avait les moyens d'adapter ses capacités industrielle à la fabrication des vaccins.

Une partie du Japon en état d'urgence sanitaire, trois mois avant les JO

Le gouvernement japonais a déclaré vendredi un nouvel état d'urgence à Tokyo et dans trois autres départements, à trois mois du début des Jeux olympiques prévus dans la capitale japonaise, face à une vive recrudescence locale du coronavirus. "Aujourd'hui, nous avons décidé de déclarer un état d'urgence dans les départements de Tokyo, Kyoto, Osaka et Hyogo", a annoncé le Premier ministre Yoshihide Suga en évoquant l'augmentation des variants dans les nouvelles infections.

Poutine déclare 10 jours fériés en mai pour lutter contre le Covid-19

Le président Vladimir Poutine a annoncé vendredi que dix jours seraient fériés en mai en Russie afin de lutter contre la pandémie de coronavirus, qui recule très lentement selon les chiffres officiels. Il s'agit de rendre fériés les jours travaillés entre les deux ponts de mai (du 1er au 3 et du 8 au 10) en Russie, ce qui donne une période non travaillée du 1er au 10 mai. Selon la directrice de l'agence sanitaire russe Rospotrebnadzor, Anna Popova, si la pandémie est en déclin en Russie, ce recul a ralenti ces dernières semaines.

Plus de trois millions de morts

La pandémie a fait au moins 3.060.859 morts dans le monde depuis décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles, jeudi à 10 heures. Les Etats-Unis sont le pays qui compte le plus grand nombre de morts (570.147), suivis par le Brésil (383.502), le Mexique (213.597), l'Inde (184.657) et le Royaume-Uni (127.327). Ces chiffres sont globalement sous-évalués. Ils se fondent sur les bilans quotidiens des autorités nationales de santé, sans inclure les réévaluations reposant sur des bases statistiques.

Europe 1
Par Europe 1 avec AFP