Coronavirus : 50.957 morts, les réanimations et hospitalisations en baisse

, modifié à
  • A
  • A
réanimation
4.018 personnes sont actuellement en réanimation en France. © AFP
Partagez sur :
Le Premier ministre Jean Castex a pris la parole jeudi matin pour détailler les mesures annoncées par Emmanuel Macron, qui a fixé mardi les principaux jalons d'un déconfinement par étape. Si la situation s'améliore dans les hôpitaux, le nombre quotidien de nouvelles contaminations reste au-dessus des objectifs fixés par l'exécutif. 
L'ESSENTIEL

Après les annonces, place à l'explication de texte : le Premier ministre Jean Castex a détaillé jeudi les mesures d'allégement du confinement exposées deux jours plus tôt par Emmanuel Macron. Il a salué l'amélioration de la situation sanitaire, mais a également estimé qu'il était à ce stade encore "prématuré de parler de déconfinement". Jeudi, la pression hospitalière continue de baisser, avec 130 patients de moins que la veille en réanimation, pour un total de 4.018 cas graves. Plus de 13.500 cas ont été enregistrés sur les dernières 24 heures. 

Dans le reste du monde, les Etats-Unis ont enregistré une forte hausse de la mortalité mercredi, avec 2.400 décès, un chiffre qui n'avait plus été atteint depuis le printemps dernier. Au global, la pandémie a fait 60 millions de cas et 1,4 million de morts. 

Les informations à retenir :

  • Le Premier ministre, Jean Castex, a confirmé la réouverture de l'ensemble des commerces samedi
  • Les stations de ski ne sont pas autorisées à rouvrir pour Noël mais resterons accessibles 
  • Plus de 13.500 nouveaux cas positifs ont été confirmés jeudi en France

Une situation qui s’améliore à l’hôpital, un nombre quotidien de contaminations toujours élevé

L'amélioration de la situation sur le front épidémique, observée depuis la mi-novembre, s'est confirmée jeudi avec un nombre d'hospitalisations et de réanimations toujours en baisse. 4.018 patients Covid sont actuellement en réanimation, dont 192 nouvelles admissions en 24 heures. Soit 130 patients en réanimation de moins que la veille. 

"La France est le pays d’Europe où la baisse de la pression épidémique est la plus élevée", a salué jeudi matin Olivier Véran, le ministre de la Santé. Néanmoins, plus de 13.500 nouveaux cas positifs ont été confirmés jeudi, bien au-delà du palier des 5000 cas/jour fixé par Emmanuel Macron pour continuer à desserrer l'étau.

339 nouveaux décès ont été enregistrés à l'hôpital en 24 heures, portant le total à 50.957 en France depuis le début de l'épidémie. 

Trois paliers pour le déconfinement

Le rituel est désormais bien rôdé : d'abord une allocution d'Emmanuel Macron pour dévoiler les termes d'un allègement du confinement et "fixer un cap". Charge ensuite aux ministres de préciser "les mesures de réouvertures et les protocoles qui prévaudront". Pour cette conférence de presse, qui s'est tenue jeudi à 11 heures, Jean Castex était entouré de plusieurs membres du gouvernement, dont Olivier Véran (Santé), Alain Griset (PME), Elisabeth Borne (Travail) et Roselyne Bachelot (Culture). Ils ont détaillé les modalités du desserrement des contraintes sanitaires, qui se fera donc en trois étapes :

- Première étape, à partir du 28 novembre

Après des semaines de polémique, les petits commerces pourront rouvrir samedi avec un protocole sanitaire renforcé. La jauge est notamment portée à 8m² par client, hors salariés. La présence de gel hydroalcoolique est obligatoire. "Les mesures de fermeture de certains rayons dans les grandes surface seront levées également à cette date", a précisé Jean Castex.

Les offices dans les lieux de culte seront de nouveau permis mais avec une jauge de 30 personnes, qui pourra évoluer selon la situation, a indiqué le chef du gouvernement. Les visites immobilières sont aussi réautorisées. Les auto-écoles pourront également rouvrir partiellement pour la préparation des examens pratiques. Enfin, il sera possible de se déplacer, avec une attestation, dans un rayon de 20 km autour de son domicile, pendant trois heures. 

- Deuxième étape, à partir du 15 décembre

À condition que la situation sanitaire continue à s'améliorer, les salles de cinéma, les théâtres et les musées pourront rouvrir à leur tour le 15 décembre lorsqu'un couvre-feu national nocturne, fixé à 21 heures, replacera le confinement en vigueur depuis le 29 octobre. Une "tolérance" sur présentation du billet sera appliquée pour les spectateurs dont la séance s'est terminée à 21 heures, a confirmé Roselyne Bachelot, la ministre de la Culture. Les conservatoires et les écoles de musique pourront également rouvrir à cette date, sauf pour les cours de chant.

Par ailleurs, le couvre-feu sera "levé à titre dérogatoire les 24 et 31 décembre" mais "cela ne veut pas dire que nous pourrons fêter Noël ou le Nouvel An comme les années précédentes", a insisté le chef du gouvernement, indiquant que des recommandations seront communiquées avant les vacances pour limiter les risques lors des rassemblement festif et amicaux.

- Troisième étape partir du 20 janvier

Enfin, à partir du 20 janvier, après des fêtes de fin d'année placées sous haute surveillance, les restaurants - mais pas les bars - pourront accueillir à nouveau des clients, là aussi si tout va bien. "Nous allons très fortement accompagner les professionnels de ce secteur, en veillant financièrement à ce qu’ils puissent tenir le coup", a promis Jean Castex. Interrogé sur les discothèques, il a déclaré que "l'heure n'était pas à la réouverture".

En avance sur la métropole, la Martinique a pu entamer son déconfinement progressif dès mercredi matin. Découvrez notre reportage.

Les stations de ski seront accessibles à Noël, mais les remontées mécaniques resteront fermées.

Les stations de ski, prises de court par les annonces présidentielles semblant exclure une réouverture pour Noël, espéraient encore pouvoir infléchir la position du gouvernement. Jean Castex a balayé leurs espoirs jeudi, indiquant que "la situation ne nous permet[tait] pas d’envisager leur réouverture" pour les vacances de fin d'année. Si les stations seront accessibles, les remontées mécaniques ne fonctionneront pas, à précisé le chef du gouvernement. Invité d'Europe 1 jeudi matin, le champion du monde Luc Alphand avait plaidé pour une réouverture avant Noël, estimant qu'elle permettrait de sauver la saison.

De nouvelles aides ciblant notamment les jeunes et les travailleurs précaires

Jean Castex a annoncé jeudi une aide pour les travailleurs précaires, saisonniers, intermittents ou extras, qui "travaillaient beaucoup" l'an dernier, avec une "garantie de ressource de 900 euros par mois" jusqu'en février 2021. "Il s'agit d'une réponse exceptionnelle pour les 400.000 extras de la restauration, (...) les permittents de l'événementiel ou d'autres secteurs inscrits à Pôle emploi", a déclaré le Premier ministre. La ministre du Travail Elisabeth Borne a précisé que l'aide concernera "ceux qui ont travaillé plus de 60% du temps en 2019".

Par ailleurs, la Garantie jeunes bénéficiera en 2021 à "au moins 200.000 jeunes", soit un doublement de ses bénéficiaires. La Garantie jeunes propose une allocation mensuelle (d'un montant maximal de 484 euros) et un accompagnement renforcé en mission locale pendant un an aux jeunes de 16 à 25 ans qui ne sont "ni en emploi ni en études ni en formation" et "en situation de précarité financière".

Enfin, un aide "de 15% à 20%" du chiffre d'affaires sera accordée aux entreprises des secteurs particulièrement affectés par la crise comme l'hôtellerie, le tourisme ou l'événementiel, et dont le chiffre d'affaires a chuté "au moins de moitié", a indiqué Jean Castex. Il a aussi rappelé le nouveau mode de calcul du Fonds de solidarité pour les entreprises qui resteront fermées en décembre, sur la base de 20% du chiffre d'affaires réalisé pendant la même période de 2019, lorsqu'il est plus favorable que l'aide de 10.000 euros.

Le plan de vaccination présenté la semaine prochaine

Emmanuel Macron a annoncé que les premières vaccinations pourront se faire en France fin décembre/début janvier. Pour accompagner la stratégie de vaccination contre le Covid-19, il a également indiqué mardi soir qu'un "collectif de citoyens" sera créé. L'enjeu est d'autant plus important que la défiance vis-à-vis des vaccins est particulièrement marquée en France. Mais aucune information n'a encore filtré quant à la forme que pourrait prendre cette assemblée. Jeudi, Jean Castex a indiqué que "la stratégie et l'organisation" française "pour le vaccin" seront présentées la semaine prochaine par le gouvernement.

Mardi Emmanuel Macron a aussi lancé le débat sur des conditions d'isolement plus contraignantes des cas positifs, en appelant le Parlement à s'en saisir. Invité jeudi matin d'Europe 1, le président du Sénat, Gérard Larcher, s'est exprimé sur le sujet. Il a notamment estimé que seule la présentation d'un projet de loi permettrait d'organiser un débat parlementaire suffisamment approfondi autour d'une mesure qui touche "aux libertés fondamentales".

Vers un accord sur le télétravail 

Clap de (presque) fin : le Medef a réussi à arracher jeudi pour son projet d'accord national interprofessionnel (ANI) sur le télétravail l'"avis favorable" de la CFDT, de Force ouvrière, de la CFE-CGC et de la CFTC, mais pas celui de la CGT. "Cette négociation s'achève positivement", a estimé Hubert Mongon, le négociateur social du Medef, à l'issue d'une ultime réunion de près de trois heures, qui a mis fin à quatre journées de tractations intenses et trois semaines de négociation.

Le texte "définitif" remis par le patronat jeudi ajoute des précisions sur la mise en place du télétravail en situations de crise (pandémie, catastrophes naturelles, destruction des locaux d'une entreprise) ou encore sur la prise en charge des frais. Les organisations syndicales favorables, mais aussi la CGT, doivent encore recueillir le blanc-seing de leurs instances respectives et ont jusqu'au 23 décembre pour parapher le document. 

L'Allemagne prolonge ses restrictions

L'Allemagne va prolonger jusqu'à début janvier ses restrictions pour lutter contre la pandémie de Covid-19, dont la fermeture des bars et restaurants et les limitations de participants à des réunions privées, a annoncé mercredi soir Angela Merkel. L'Allemagne va également demander à l'Union européenne d'interdire jusqu'au 10 janvier les séjours de ski, sources de plusieurs foyers épidémiques l'hiver dernier, malgré l'opposition de l'Autriche et la colère des stations.

Plus de 1,4 millions de morts dans le monde

La pandémie provoquée par le nouveau coronavirus a fait au moins 1.422.951 morts dans le monde depuis que le bureau de l'OMS en Chine a fait état de l'apparition de la maladie fin décembre, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles jeudi. Plus de 60.427.590 cas de contamination ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l'épidémie. Selon plusieurs scientifiques, une mutation survenue relativement tôt après l'apparition du nouveau coronavirus pourrait expliquer la vitesse avec laquelle il s'est répandu au début de l'année 2020. On vous explique tout ici.

Les Etats-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas recensés, respectivement 262.283 et 12.778.254. Suivent le Brésil (170.769 morts), l'Inde (135.223), le Mexique (103.597) et le Royaume-Uni (56.533).

Europe 1
Par Europe 1 avec AFP