Coronavirus : quel calendrier pour la vaccination en France ?

, modifié à
  • A
  • A
La France a précommandé 90 millions de doses de vaccin. 1:24
La France a précommandé 90 millions de doses de vaccin. © JOEL SAGET / AFP
Partagez sur :
Alors que les laboratoires Pfizer et BioNTech ont formulé une demande de commercialisation de leur vaccin aux Etats-Unis, en France les premières vaccinations contre le Covid-19 pourraient avoir lieu dès le début de l'année 2021. La Haute autorité de santé doit rendre son avis sur l'organisation du plan de vaccination d'ici la mi-décembre.

L'espoir d'un vaccin contre le Covid-19 devient de plus en plus sérieux. Une première demande d'autorisation de mise sur le marché a été formulée vendredi par le géant Pfizer, associé à l'allemand BioNTech. Ils demandent à commercialiser leur vaccin dès que possible aux Etats-Unis. Tout cela pourrait aller très vite et dans cette course la France doit déjà se préparer.

Les premières injections pourraient avoir lieu début 2021. La France a précommandé 90 millions de doses. À ce stade, la Haute autorité de santé considère que les personnes prioritaires seront les professionnels de santé ainsi que les personnes âgées ou fragiles.

Un plan de vaccination simple et efficace

Concernant l'organisation logistique, au lieu des centres de vaccination collectifs, comme au moment de la lutte contre le H1N1 en 2009, la Haute autorité de santé recommande plutôt de placer les médecins généralistes au cœur du dispositif. "Il faudra que le plan d’organisation soit simple, que les gens puissent se faire vacciner au plus près, si possible chez leur médecin, sinon sur leur lieu de travail. Les pharmaciens vaccinent contre la grippe, peut-être pourront-ils aussi vacciner contre le Covid-19 ?", relève auprès d’Europe 1 le professeur Daniel Floret, le vice-président du Comité technique des vaccinations.

Mais cette organisation dépendra aussi du conditionnement des vaccins, en gros flacons ou en unidoses que pourraient utiliser les généralistes, ainsi que de leur stockage dans des super congélateurs ou en simple frigo. L'avis définitif de la Haute autorité de santé sur l'organisation devrait être connu mi-décembre.

Europe 1
Par Anne Le Gall, édité par Romain David