La Martinique se déconfine avant l'Hexagone : "on a tous été pris au dépourvu"

  • A
  • A
magasin 1:19
Une boutique à Fort-de-France, en Martinique, le 30 septembre 2015. (Photo d'illustration) © NICOLAS DERNE / AFP
Partagez sur :
Trois jours avant la métropole, la Martinique applique les premières mesures du déconfinement. Dès mercredi matin, les commerces non essentiels ont donc rouvert pour le plus grand bonheur des clients. 
REPORTAGE

Les commerces non essentiels de Martinique ont rouvert mercredi matin, soit trois jours avant l’Hexagone. La situation sanitaire s’est en effet bien améliorée sur le territoire. La Martinique est passée de plus de 700 cas par semaine début octobre, puis 360 la semaine dernière, pour atteindre 186 selon le dernier bilan. Après trois semaines de fermeture, le déconfinement progressif est un soulagement pour les patrons et les clients. Reportage.

C'est le cas notamment d'Anita, qui s'est rendue chez son coiffeur. "C'est super. C'est bien de se sentir bichonner. J'ai appelé aujourd'hui pour avoir un rendez-vous et je suis ici [au salon de coiffure] à 7h", se réjouit-elle. 

Commerçants et clients "pris au dépourvu"

Dans ce salon, elle est la seule cliente. En une journée, Dario, le coiffeur n’en a pas vu plus de dix. L'annonce de la réouverture n’a été faite que la veille au soir. "On a tous été pris au dépourvu. Pour l'instant, ce n'est pas encore complètement débloqué mais je pense que d'ici demain, ça ira mieux. Le téléphone sonne déjà beaucoup", constate le coiffeur. "C'est vrai que nous avons déjà prix beaucoup de rendez-vous. Pour le week-end, nous sommes déjà bien bookés", ajoute-il. 

Désormais ouverts, il n'y a pourtant pas foule dans les rayons jouets des hypermarchés ou chez les esthéticiennes. Même constat chez Ziad qui tient, lui, une boutique de vêtements. Son magasin n'a accueilli qu'un seul client. "J'ai 80 m² carrés d'espace de vente donc il faut limiter à dix personnes", assure-t-il, inquiet de voir son magasin vide. 

"Boucler l'année sans dette", un défi économique 

"Clairement, l'objectif de cette année est de réussir à payer tous mes fournisseurs. J'ai beaucoup de retard dans mes paiements. J'espère boucler l'année sans dette", explique le commerçant. 

En Martinique, la réouverture des restaurants devrait changer la donne. Si la situation sanitaire continue à s’améliorer, ils pourraient rouvrir dans deux semaines, soit avec plus d’un mois d’avance par rapport à l’Hexagone.

Europe 1
Par Fanny Marsot, édité par Tiffany Fillon