Joël Le Scouarnec : le procès du premier volet d'une affaire hors-normes rouvre ce lundi

  • A
  • A
Joël Le Scouarnec 1:31
Joël Le Scouarnec, lors de son procès. © BENOIT PEYRUCQ / AFP
Partagez sur :
Joël Le Scouarnec est jugé à partir de ce lundi pour viols et agressions sexuelles sur quatre mineures. Un premier volet d'une affaire hors-normes puisque la plainte de la première victime a permis de découvrir les journaux intimes du chirurgien, relatant l'existence de plus de 300 autres victimes sur 25 ans. 

Le procès de Joël Le Scouarnec, le chirurgien pédocriminel de Jonzac, interrompu en mars en raison du Covid-19, s'ouvre ce lundi devant les assises de la Charente Maritime à Saintes, et devrait durer jusqu'au 3 décembre. Accusé d'avoir fait plus de 300 jeunes victimes, c'est pour le premier volet de l'affaire que l'homme de 70 ans va être jugé. Des viols et agressions sexuelles sur quatre mineures par lesquels tout a commencé. Les faits remontent alors en avril 2017. Le chirurgien est dénoncé par une petite fille de 6 ans, qui explique à ses parents que leur voisin, alors sexagénaire, l'a violé et s'est exhibé devant elle, dans son jardin.

Un premier signalement puis la découverte des carnets

Les enquêteurs découvrent alors que le chirurgien a fait au moins trois autres victimes : deux de ses nièces et une patiente de 4 ans. Pour l'avocate de la jeune victime, Me Francesca Satta, rien d'étonnant. "Violer sa petite voisine, profiter ainsi d'un moment d'inattention des parents ... : Joël Le Scouranec ne pouvait pas en être ainsi à son coup d'essai", souligne-t-elle. "Le nombre de victimes qui allait se profiler au fur et à mesure le concernant... ça on ne pouvait pas le savoir."

Lire aussi - Procès Le Scouarnec : "A quoi ça sert si les témoins ne sont pas là ?"

Car ce ne sont pas quatre mais plus de trois cent victimes qui auraient été agressées sexuellement par Joël Le Scouranec. Grâce au signalement de la petite voisine de 6 ans, il y a trois ans, les enquêteurs ont retrouvé chez le chirurgien des carnets, des journaux intimes, tenus pendant plus de 25 ans. Tout y était consigné, "jusqu'à la nausée", indique le procureur de la république de Lorient : lieux, âges, noms des victimes et les faits que le chirurgien leur a infligé. Ce deuxième volet de l'affaire est tellement hors normes que l'enquête n'est pas encore terminée.

Europe 1
Par Gwladys Laffitte, édité par Mathilde Durand