Caraïbes, Thaïlande... Comment le Covid-19 fait souffrir le tourisme dans le monde entier

  • A
  • A
Thaïlande tourisme Covid-19 coronavirus
À Bangkok, un employé d'une agence de voyages assis devant sa boutique fermée alors que la Thaïlande n'accueille plus de touristes internationaux depuis plus d'un an à cause du Covid-19. © AFP
Partagez sur :
Pertes d'emplois, chute du trafic aérien, un manque à gagner qui se chiffre en milliards de dollars... À cause du coronavirus, le secteur touristique souffre et aucun pays n'est épargné. Europe 1 fait le point, mardi, sur la situation dans les Caraïbes et en Thaïlande où le tourisme, principale source de revenus, est à l'agonie.
REPORTAGE

Depuis le début de la pandémie de Covid-19, des dizaines de millions de personnes ont perdu leur travail dans le monde. Et alors que la pandémie dure, celle-ci n’en finit plus de pénaliser l’économie mondiale. L'an dernier, le secteur aérien a accusé une chute de -74% du trafic. Europe 1 fait le point sur l'impact du coronavirus sur le tourisme dans les Caraïbes, mais aussi en Thaïlande, deux zones particulièrement touchées.

60% de revenus en moins pour les Caraïbes

Le monde entier souffre. Dans les Caraïbes, les pertes sont colossales : 28 milliards de dollars de manque à gagner, soit 60% de revenus en moins pour leur économie, et un poste sur quatre qui a disparu. Les Caraïbes encaissent le coup. D'ordinaire très prisés par la clientèle fortunée qui dépense sans compter, ces petits États insulaires et leur faible population ne peuvent compter sur les locaux pour faire entrer un peu d'agent.

Les premières concernées sont les femmes, qui occupent 54% des emplois dans le monde. Des emplois souvent peu qualifiés qui leur ont permis de s'intégrer et de gagner en autonomie.

 

En Thaïlande, le désarroi des conducteurs de bateaux

Ce phénomène s'illustre aussi en Thaïlande, où tous les salariés sont rentrés chez eux. Si bien que l'île de Koh Phi Phi, très touristique, est devenue quasi déserte. Assis sur des marches au bout de l'embarcadère, les conducteurs de bateaux, seul moyen de transport de l'île, guettent l'arrivée des touristes. Mais en l'absence de visiteurs internationaux cette année, nombreux sont ceux qui ont quitté les îles pour reprendre leur mode de vie traditionnel, celui des nomades de la mer.

Selon l'un d'eux, interrogé par Europe 1, impossible pour beaucoup de revenir à cette vie d'avant. "Ils ont repris la mer et sont repartis d'où ils venaient. Ils vivent au jour le jour, pêchent des poissons, des crevettes pour survivre", explique-t-il. "À la première vague de Covid, on avait l'espoir que tout redevienne comme avant, mais maintenant on a compris que beaucoup ne vont tout simplement pas survivre."

Comment sortir de l'impasse ?

Les îles du Sud de la Thaïlande ont donc perdu la majorité de leur population, les restaurants sont fermés, les rues désertes et la végétation gagne du terrain sur des bungalows à l'abandon. Un plan gouvernemental prévoit d'ouvrir l'île de Phuket aux touristes vaccinés, sans quarantaine, dès le mois de juillet prochain. Mais la nouvelle vague de coronavirus qui s'abat aujourd'hui sur le pays compromet le projet.

Pour s'en sortir, les professionnels du secteur demandent à ce que l'on arrête de raisonner en "pays à risque" et que l'on arrête d'interdire l'arrivée de ressortissants de tel ou tel pays. Enfin, ceux-ci réclament la mise en place du passeport vaccinal, ultime moyen, selon eux, de réamorcer progressivement la pompe du tourisme.

Europe 1
Par Jean-Sébastien Soldaïni et Carole Isoux, édité par Pauline Rouquette