Coronavirus : plus de 60.000 morts en France depuis le début de l'épidémie

, modifié à
  • A
  • A
Plus de 60.000 personnes sont mortes en France depuis le début de l'épidémie.
Plus de 60.000 personnes sont mortes en France depuis le début de l'épidémie. © AFP
Partagez sur :
Testé positif au Covid-19 jeudi, Emmanuel Macron a assuré aller "bien" dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux. L'épidémie, elle, reste "préoccupante" selon les autorités sanitaires et a fait plus de 60.000 morts dans l'Hexagone. 
L'ESSENTIEL

Le président de la République Emmanuel Macron a été diagnostiqué positif au coronavirus jeudi, mais a assuré "aller bien" dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux. Alors que l'Hexagone poursuit son déconfinement, la situation sanitaire continue d'inquiéter à l'approche des vacances. La France a franchi vendredi la barre des 60.000 morts depuis le début de l'épidémie. 

Les informations à retenir :

  • Plus de 60.000 morts en France, "l’évolution de l’épidémie est préoccupante" selon Jérôme Salomon
  • Emmanuel Macron est positif au coronavirus, il assure "aller bien"
  • Après l'avis d'un comité d'experts, le vaccin Moderna a le champ libre aux États-Unis

La France franchit la barre des 60.000 morts

Le nombre de morts causées par l'épidémie en France depuis mars a franchi la barre des 60.000 vendredi, à 60.229 personnes, dont 41.455 à l'hôpital selon des chiffres de Santé publique France publiés vendredi. 264 nouveaux décès ont été enregistrés en 24 heures. 

Vendredi, Santé publique France a fait état de 15.674 personnes testées positives sur 24 heures, contre 18.254 la veille. Le taux de positivité est à 5,9%, en légère baisse par rapport à 6,1% jeudi.

Le nombre de personnes traitées en réanimation s'établit à 2.764 patients, en baisse par rapport à 2.808 jeudi. Même scénario pour le nombre de patients hospitalisés, à 24.945, contre 25.182 la veille.

Positif au Covid-19, Macron donne de ses nouvelles dans une vidéo

Emmanuel Macron a été testé positif jeudi au Covid-19 et va s'isoler pendant sept jours, a annoncé l'Élysée. Il "continuera de travailler et d'assurer ses activités à distance", a ajouté la présidence dans un communiqué. Selon son entourage, le chef de l'Etat souffre vendredi matin d'une toux et de fièvre, ainsi que d'une importante fatigue et d'un écoulement nasal. Un bilan de santé devrait être publié dans la journée, promet un conseiller élyséen. 

Le président est par ailleurs suivi par un service médical très complet. Sur Europe 1 vendredi, le député LREM Cédric Villani s'est par ailleurs félicité de la "transparence" qui a entouré, selon lui, l'annonce de la contamination du président.

Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, Emmanuel Macron a fait savoir qu'il allait "bien", et assuré qu'il continuait "à gérer les affaires courantes" mais avec "une activité un peu ralentie". Dans cette vidéo de trois minutes filmée avec son smartphone, il déclare, les traits un peu tirés, avoir les même symptômes que la veille, "fatigue, maux de tête, toux sèche" et promet de "rendre compte chaque jour de l'évolution de la maladie". 

Dans cette vidéo, le président de la République appelle les Français à "continuer à faire attention". "Hier, j'ai été testé positif, ce qui montre que le virus peut vraiment toucher tout le monde, parce que je suis très protégé, je fais très attention, je respecte les gestes barrières et les distances (...) Et malgré tout, j'ai attrapé ce virus, sans doute [à cause d'un] moment de négligence, un moment de 'pas de chance' aussi" , dit-il. 

Un dîner qui fait parler

Le président a quitté jeudi soir l'Elysée pour se rendre à la résidence officielle de La Lanterne, à Versailles, "où il pourra à la fois s'isoler et continuer à travailler", a indiqué l'Elysée à l'AFP. Dans un édito vendredi sur Europe 1, le directeur du journal L'Opinion, Nicolas Beytout, a regretté qu'Emmanuel Macron ait "enfreint à plusieurs reprises les règles qu'il impose aux Français" à l'occasion d'un dîner avec des responsables politiques mercredi soir. La recommandation gouvernementale est d'un maximum de six adultes par table pour les fêtes, ce qui bouleverse le secteur de l'alimentation.

Le Premier ministre slovaque testé positif

Le Premier ministre slovaque Igor Matovic a annoncé vendredi avoir été testé positif, une semaine après avoir assisté à un sommet de l'UE à Bruxelles. On soupçonne que c'est à ce sommet qu'Emmanuel Macron a été contaminé. "Aujourd'hui, je suis l'un de vous", a écrit Matovic sur son site Facebook, joignant une capture d'écran avec les résultats du test.

Après l'annonce du test positif d'Emmanuel Macron, le chef du gouvernement portugais Antonio Costa a été placé "à l'isolement préventif" après s'être entretenu mercredi avec le président français. De son côté, le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel a annoncé qu'il se plaçait lui aussi en quarantaine. Jeudi et vendredi derniers, il avait participé à un sommet européen avec Emmanuel Macron. Le président du Conseil européen Charles Michel et le chef du gouvernement espagnol Pedro Sánchez se sont aussi mis en quarantaine par précaution.

Vaccins : le calendrier se précise en Europe

La campagne de vaccination avec le produit développé par les entreprises Pfizer et BioNTech a commencé aux États-Unis, comme l'a raconté vendredi sur Europe 1 un Français installé dans ce pays et qui s'est fait vacciner. Dans l'UE, la vaccination contre la Covid-19 commencera les 27, 28 et 29 décembre, a annoncé jeudi la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, dans un tweet. L'Agence européenne des médicaments (AEM) a annoncé qu'elle se pencherait le 21 décembre - une semaine plus tôt que prévu - sur le sort du vaccin Pfizer-BioNTech. La Commission avait précisé qu'elle donnerait ensuite son autorisation dans les deux jours suivant ce feu vert.

L'Espagne, elle, commencera sa campagne de vaccination le dimanche 27 décembre, au lendemain de l'arrivée des premières doses dans le pays, a annoncé vendredi le ministre de la Santé, Salvador Illa. L'Espagne commencera sa campagne de vaccination par les personnes à risque ou très exposées, comme les résidents des maisons de retraite, le personnel médical ou les personnes en situation de dépendance.

Le gouvernement espère vacciner 15 à 20 millions de personnes, sur une population de 47 millions, d'ici à mai ou juin prochain, dont 2,5 millions d'ici à fin février.

Jean Castex avait pour sa part annoncé de premières vaccinations contre le Covid-19 "dès la dernière semaine de décembre", mais pas avant "la fin du printemps" pour la population non prioritaire. Cédric Villani, député de l'Essonne et président de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques, a appelé vendredi sur Europe 1 à ne pas "caricaturer ceux qui s'en méfient".

La start-up nantaise Ose Immunotherapeutics a par ailleurs obtenu un financement de l'État de 5,2 millions d'euros pour accélérer la recherche de son vaccin multi-cible de deuxième génération contre le Covid-19 dans le cadre d'un appel à projet, a annoncé vendredi BPIFrance. Ces fonds devraient permettre de débuter un essai clinique de phase 1/2 lors du premier trimestre 2021, selon un communiqué, qui précise que la start-up s'est engagée en contre-partie à accorder à la France "une option d'achat sur les doses du vaccin CoVepiT".

Le Covid-19 fait trois fois plus de morts à l'hôpital que la grippe

Le Covid-19 fait trois fois plus de morts à l'hôpital que la grippe saisonnière classique, selon une étude française publiée vendredi. Publiée dans la revue médicale The Lancet Respiratory Medicine, elle se base sur les données de plus de 135.000 patients français, soit 89.530 hospitalisés pour le Covid-19 en mars et avril 2020 et 45.819 hospitalisés pour la grippe entre décembre 2018 et février 2019. Le taux de décès des patients atteints du Covid-19 a été trois fois plus élevé que celui des patients touchés par la grippe : 16,9% pour les premiers (plus de 15.000 morts sur 89.500 malades) contre 5,8% pour les seconds (plus de 2.600 morts sur 45.800 malades).

Le vice-président américain Mike Pence vacciné

Le vice-président américain Mike Pence s'est vu administrer vendredi le vaccin de Pfizer/BioNTech contre le coronavirus, une injection retransmise en direct à la télévision au moment où les Etats-Unis s'apprêtent à autoriser un deuxième vaccin. Mike Pence s'est déclaré "heureux d'avoir reçu ce vaccin sûr et efficace". "Je n'ai rien senti", a-t-il ajouté.

"Nous sommes réunis ici ce matin dans le but de renforcer la confiance" dans ce vaccin, a déclaré Mike Pence, qui a été vacciné en compagnie de se femme. Le président élu Joe Biden doit lui être vacciné lundi.

Plus de 1,66 million de morts

La pandémie a fait au moins 1.662.792 morts dans le monde, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles vendredi. Les États-Unis restent le pays le plus touché tant en nombre de morts (310.792) que de cas recensés (17.213.887), suivis par le Brésil (184.827 morts), l'Inde (144.789), le Mexique (116.487), et l'Italie (67.220).