Macron positif au Covid-19 : comment est organisé le service médical de l'Élysée ?

, modifié à
  • A
  • A
Emmanuel Macron a été testé positif au coronavirus. 2:15
Emmanuel Macron a été testé positif au coronavirus. © AFP
Partagez sur :
Au sein de l'Élysée, une équipe composée de médecins urgentistes et d'infirmières forme un service médical prêt à faire face à tout type d'urgence, tandis que le président de la République est suivi en permanence par un médecin. 

C'est un dispositif très organisé qui veille sur le chef de l'État. Alors qu'Emmanuel Macron a été testé positif jeudi au Covid-19, la composition du service médical de l'Élysée reste peu connue du grand public, tant la question de l'état de santé des présidents de la République reste un sujet sensible. Mais au sein du palais présidentiel, d'importants moyens sont déployés pour parer à toutes les éventualités. 

Au cœur même du palais présidentiel, une petite équipe constituée exclusivement de militaires, cinq médecins urgentistes et plusieurs infirmières, forme un vrai service médical, avec les mêmes moyens que dans un SMUR (service mobile d'urgence et de réanimation). C’est-à-dire, équipements d’urgence et de réanimation pour faire face à un AVC ou un infarctus, mais aussi pour soigner le chef de l’État, en cas de blessure par balles ou d’attaque à l’arme blanche. 

Le président suivi par un médecin en permanence

Un médecin suit le président en permanence, de jour comme de nuit, et où qu’il aille. À l’Élysée bien sûr, où le médecin de garde dispose d’un studio adjacent aux appartements privés, mais aussi dans tous ses déplacements privés.

Le dispositif est plutôt bien conçu, car depuis ses appartements privés, Emmanuel Macron dispose des mêmes moyens cryptés et sécurisés que dans son bureau. Pour la logistique, les parapheurs sont montés au chef de l'État et le service de cuisine privé continue de lui préparer ses déjeuners et dîners.

Une évacuation par hélicoptère est possible

Et si l’état du président se dégrade, plusieurs options : évacuation terrestre vers l’hôpital militaire de Percy, après un échange entre le médecin en chef de l’Élysée et le patron des pompiers de Paris, et en cas extrême nécessité, évacuation par un hélicoptère de la sécurité civile qui se pose directement dans le jardin du palais présidentiel ou en l’occurrence, dans le jardin de La Lanterne à Versailles, où le président se trouve depuis cette nuit.

Enfin, en cas de chute brutale de l’état de santé du président, deux lieux et deux évacuations à proximité :  l’hôpital Mignot au Chesnay, ou bien la clinique des Franciscaines à Versailles.

Emmanuel Macron connait bien ce pavillon de chasse de la Lanterne, que son épouse apprécie pour sa discrétion, à quelques encablures de Paris. Alors, même si ce pavillon de chasse n’est pas très fonctionnel, en dépit de travaux réalisés par Michel Rocard, tout est organisé pour que le président puisse travailler quasi normalement. Le service d’intendance d’Emmanuel Macron le suit, tout comme son aide de camp qui l’accompagne en permanence, notamment pour le protocole nucléaire  et pour les transmissions cryptées sur tous les sujets sensibles. Aussi, des motards vont faire les liaisons avec l’Elysée plusieurs fois par jour, pour apporter au président ses parapheurs, et au moins trente personnes assurent sa sécurité.

Europe 1
Par Louis de Raguenel, édité par Antoine Terrel