Coronavirus : un risque "indéniable" de contamination dans les centres de rétention

, modifié à
  • A
  • A
centre de rétention administrative
Le Défenseur des droits a de nouveau réclamé la fermeture des centres de rétention administrative français. © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Partagez sur :
Le Défenseur des droits a de nouveau réclamé, samedi, la fermeture des centres de rétention administrative (CRA), jugeant "indéniable" le risque de contamination au coronavirus des étrangers qui y sont détenus.

"Il existe aujourd'hui, dans l'ensemble des centres de rétention administrative français (CRA), un risque indéniable de contamination, tant pour les retenus que pour les personnels, portant au droit à la vie et à la protection de la santé une atteinte disproportionnée (...) alors même qu'il n'existe pratiquement aucune perspective d'éloignement à bref délai", a indiqué samedi le Défenseur des droits Jacques Toubon dans un communiqué. Ce dernier a de nouveau réclamé, samedi, la fermeture des CRA.

Le 27 mars, le Conseil d'État avait rejeté une demande de fermeture de ces centres où sont retenus les étrangers en procédure d'expulsion, assurant qu'ils ne constituaient pas "un facteur d'évolution de l'épidémie".

 

Plusieurs étrangers et personnels positifs au Covid-19

Depuis, relève toutefois le Défenseur des droits, les placements en CRA se sont poursuivis "dans des proportions non marginales" et plusieurs étrangers et personnels du CRA de Paris, dans le bois de Vincennes, ont été testés positifs au Covid-19. Jeudi, le tribunal administratif de Paris a ordonné qu'aucun étranger en situation irrégulière ne puisse être placé dans les deux semaines à venir dans ce centre.

Les mesures de protection décidées par le ministre de l'Intérieur sont par ailleurs "insuffisantes" pour éviter la propagation du virus, affirme encore cette autorité administrative indépendante dont les avis sont consultatifs.

 

 

"Arrêt immédiat" des placements en CRA

Réitérant une recommandation déjà faite en mars, le Défenseur des droits appelle donc à la fermeture de "tous les CRA" et la libération des étrangers qui y sont retenus, en pointant notamment la situation "tout à fait préoccupante" du centre du Mesnil-Amelot (Seine-et-Marne). 

À défaut d'une fermeture, l'autorité administrative recommande "l'arrêt immédiat" des placements en CRA et la distribution "en quantité suffisante" de matériel pour protéger étrangers et personnels (masques, gels hydro-alcooliques..). Depuis plusieurs semaines, les centres de rétention se sont progressivement vidés sous l'impulsion de remises en liberté ordonnées par des juges.