Covid-19 : plus de 26.000 nouveaux cas, hospitalisations et réanimations en légère baisse

, modifié à
  • A
  • A
Les hospitalisations et réanimations sont en légère baisse.
Les hospitalisations et réanimations sont en légère baisse. © AFP
Partagez sur :
Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a assuré que le confinement "n'est pas une fatalité", alors que le Premier ministre Jean Castex et le ministre de la Santé Olivier Véran tiendront une conférence de presse jeudi soir. En France, la circulation épidémique reste forte, tandis que les hospitalisations et réanimations sont en légère baisse. 
L'ESSENTIEL

Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a estimé mercredi que le confinement "n'est pas une fatalité". Le Premier ministre Jean Castex et le ministre de la Santé Olivier Véran tiendront une conférence de presse jeudi soir, selon les informations de plusieurs médias. Selon le dernier bilan, le nombre de patients hospitalisés ou en réanimation est en légère baisse, mais la circulation épidémique reste forte. 

La Haute autorité de santé a décidé de ne pas recommander le vaccin AstraZeneca aux plus de 65 ans en France, mais le vaccin russe pourrait peut-être faire bientôt son arrivée en Europe, d'autant que la Russie a annoncé vouloir accroître sa production à l'étranger. Sur Europe 1, le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a affirmé qu'il n'y avait "aucun blocage" pour utiliser le vaccin russe Spoutnik V s'il "correspond aux normes scientifiques".

Les principales infos à retenir : 

  • Le confinement "n'est pas une fatalité", selon Gabriel Attal
  • Jean Castex et Olivier Véran tiendront une conférence de presse jeudi à 18h 
  • Légère baisse des hospitalisations et réanimations, la circulation épidémique reste forte
  • Jean-Yves Le Drian assure qu'il n'y a "aucun blocage" pour diffuser le vaccin russe Spoutnik V en France

Légère baisse des hospitalisations et réanimations

Plus de 26.000 personnes (26.362) ont été testées positives au coronavirus en 24 heures, selon les données mercredi de Santé publique France, qui font état d'une relative stabilité des autres indicateurs. Le chiffre des contaminations est le deuxième plus élevé sur le mois écoulé, après un plus haut de 26.784 cas le 20 janvier. Le taux de positivité est quasi-stable, à 6,7%. 

Le nombre des décès à l'hôpital s'établit à 358 en 24 heures. Il était de 404 mardi soir. Le Covid-19 est responsable de 77.595 décès depuis le début de l'épidémie en France. 

Les chiffres d'hospitalisations restent élevés, avec 27.953 patients hospitalisés (-76 par rapport à la veille), dont 1.882 nouvelles admissions (contre 2.189 mardi). Le constat est similaire pour les services de réanimation. Santé publique France a fait état de 3.267 malades du Covid-19 en réanimation ou soins intensifs mercredi soir, contre 3.270 la veille. Avec 275 nouvelles admissions en 24 heures, contre 369 la veille. 

Les chiffres lissés sur une semaine, qui évitent les fluctuations quotidiennes, donnent 11.212 nouvelles hospitalisations et 1.788 admissions en réanimation. Des données en légère baisse par rapport à la veille (11.263 et 1.830 respectivement).

Pour ce qui est des vaccinations, plus d'1,6 million de personnes ont reçu au moins une dose, et 102.000 en ont reçu deux.

"Le confinement n'est pas une fatalité"

Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a estimé mercredi que le confinement n'était "pas une fatalité" contre l'épidémie de Covid-19, en appelant les Français à une "vigilance accrue" pendant les vacances qui débutent ce week-end, et en insistant sur un recours "effectif" au télétravail. "La situation reste fragile" mais elle "est entre nos mains. Le confinement n'est pas une fatalité et ce sont nos efforts collectifs qui nous permettront de l'éviter", a déclaré Gabriel Attal à l'issue du Conseil des ministres.

"La période de vacances qui s'ouvre doit faire l'objet d'une vigilance accrue et renforcée de chacune et de chacun d'entre nous", a-t-il recommandé, en invitant à réduire ses contacts et à porter une "attention particulière" aux personnes âgées et vulnérables, "dans un contexte où il peut y avoir des retrouvailles en famille".

Conférence de presse de Castex et Véran jeudi soir

Alors que la situation sanitaire continue de susciter l'inquiétude, mais qu'un confinement n'est pas à l'ordre du jour, le Premier ministre Jean Castex et le ministre de la Santé Olivier Véran tiendront une conférence de presse jeudi soir à 18h. 

"Aucun blocage" pour diffuser le vaccin russe Spoutnik V en France

Alors que "d'ici la fin de l'été, nous aurons proposé un vaccin à tous les Français qui le souhaitent", a assuré Emmanuel Macron mardi sur TF1, le vaccin russe pourrait-il donc être la solution pour pallier le manque de doses qui se fait sentir ? La Russie, en tout cas, a déclaré mercredi par la voix du porte-parole du Kremlin Dmitry Peskov vouloir augmenter la production de son vaccin Spoutnik V à l'étranger : "Dans un avenir très proche, nous entendons démarrer la production dans des pays étrangers pour répondre à la demande croissante dans toujours plus de pays".

Invité de la matinale d'Europe 1, mercredi matin, le ministre de l'Europe et des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a estimé qu'il n'y avait "aucun blocage" pour que le vaccin russe Spoutnik V contre le Covid-19 soit diffusé en France, à condition qu'il soit validé par l'Agence européenne du médicament et la Haute autorité de Santé. Une étude publiée mardi dans la revue The Lancet conclut que Spoutnik V, qui n'utilise pas la technique de l'ARN messager mais celle de l'adénovirus, réduit de 91,6% le risque de contracter une forme symptomatique du Covid-19.

En Europe l'Allemagne s'intéresse aussi de près à Spoutnik V, et l'aide administrativement à obtenir une homologation de l'UE. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s'est montrée ouverte mardi à un accès des vaccins chinois et russe au marché européen à condition qu'ils se soumettent à l'évaluation du régulateur européen, selon des sources parlementaires.

Le Spoutnik V a déjà été homologué dans une quinzaine de pays: d'ex-républiques soviétiques restées proches comme le Bélarus et l'Arménie, des alliés comme le Venezuela et l'Iran, mais aussi l'Argentine, l'Algérie, la Tunisie ou le Pakistan.

La production du vaccin Moderna en France débutera "courant mars"

En attendant, un sous-traitant commencera à produire en France "courant mars" le vaccin de Moderna contre le Covid-19, et un autre lancera "courant avril" la production de celui de Pfizer/BioNTech, a annoncé mercredi sur RTL la ministre déléguée à l'Industrie Agnès Pannier-Runacher. Mardi soir, Emmanuel Macron avait annoncé que la production de vaccins sur le sol français débuterait "dès fin février, début mars", à l'issue d'une réunion avec les grands laboratoires français et européens. Le président de la République avait indiqué que quatre sites de production allaient participer à la création de vaccins élaborés par d'autres laboratoires, dont trois sous-traitants français.

Tourisme suspendu en Polynésie française

Les voyages touristiques à destination de la Polynésie française seront suspendus à partir de mercredi en raison de la pandémie de coronavirus, a annoncé dimanche soir (lundi matin à Paris) sur deux télévisions locales le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu.
Cette décision devrait porter un nouveau coup dur à l'économie polynésienne dont le tourisme, en grande difficulté, est le premier secteur d'activité. Le tourisme figurait jusqu'à présent parmi les motifs impérieux qui permettaient de se rendre en Polynésie, afin de préserver son économie. Mais seuls désormais seront acceptés les motifs d'ordre familial, sanitaire ou professionnel, accompagnés de justificatifs.

De nouveaux symptômes pour le variant anglais ?

Le variant anglais engendrerait des symptômes un peu différents, d'après une étude menée sur 6.000 personnes et publiée mardi dans le British medical journal. Parmi eux, toux plus fréquente, éternuements, maux de gorge, et une perte de goût et d'odorat moins fréquente, comme vous l'explique Europe 1.

Si vous songez à faire une cure de vitamine D, parfois plébiscitée pour prévenir l'apparition du Covid-19 et de ses symptômes, attention, a prévenu le docteur Jimmy Mohamed sur Europe 1, car il existe une possibilité de faire une surdose.

Visite de l'OMS à l'institut de virologie de Wuhan

Les experts de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) sont arrivés mercredi à l'Institut de virologie de Wuhan, dans le cadre d'une enquête sur l'origine du coronavirus dans cette ville du centre de la Chine, a constaté une équipe de l'AFP.

L'institut comporte plusieurs laboratoires à haute sécurité où des chercheurs travaillent sur des coronavirus. La visite de l'OMS est ultra-sensible pour le pouvoir chinois, qui cherche à évacuer toute responsabilité dans le déclenchement de l'épidémie en 2019. L'ancien président américain Donald Trump a accusé l'institut d'avoir laissé fuiter le virus à l'origine du Covid-19, provoquant une pandémie mondiale. L'accusation a été fermement démentie par Pékin.

Dans tous les cas, l'enquête de l'OM ne débouchera pas rapidement sur les réponses que le monde attend, a déclaré à l'AFP l'un des experts internationaux en mission à Wuhan, le docteur Hung Nguyen-Viet. ""Il est très peu probable que lors d'une mission aussi courte, nous ayons une compréhension très précise ou des réponses définitives à la question".

Chute sans précédent de 66% du trafic passagers dans le monde en 2020 

Le trafic mondial de passagers transportés par des compagnies aériennes s'est effondré de 66% en 2020 par rapport à 2019, une évolution sans précédent sous l'effet de la pandémie, a annoncé mercredi l'Association internationale du transport aérien (Iata). Il s'agit du "plus gros choc que le secteur ait jamais vécu", a résumé Brian Pearce, économiste en chef de l'organisation, lors d'une visioconférence. L'Iata a en outre prévenu que les perspectives d'une reprise en 2021 étaient "assombries" par l'émergence de nouveaux variants du Covid-19.

15 milliards pour Pfizer

Le groupe pharmaceutique américain Pfizer estime que les ventes du vaccin anti-Covid, développé en partenariat avec la société allemande BioNTech, atteindront environ 15 milliards de dollars en 2021, somme qui pourrait augmenter si le laboratoire signe des contrats supplémentaires. Ce vaccin serait ainsi un des plus gros "blockbusters" de l'histoire de la pharmacie. Pfizer s'attend par ailleurs à dégager sur ce produit une marge avant impôt d'environ 25% à 30%, détaille un communiqué mardi.

Au moins 2,25 millions de morts dans le monde

La pandémie a fait au moins 2,25 millions de morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles mercredi. Les États-Unis sont le pays le plus touché avec 446.901 morts, suivis par le Brésil (226.309), le Mexique (159.533), l'Inde (154.596) et le Royaume-Uni (108.013).