Coronavirus : comment va fonctionner le comité citoyen chargé de suivre la vaccination ?

  • A
  • A
Les membres de ce groupe citoyen vont suivre la troisième phase de la campagne de vaccination. 1:19
Les membres de ce groupe citoyen vont suivre la troisième phase de la campagne de vaccination. © AFP
Partagez sur :
Le collectif composé de 35 citoyens tirés au sort depuis lundi aura pour objectif de suivre la troisième phase de la campagne de vaccination contre le coronavirus, et de faire remonter notamment les préoccupations techniques, éthiques, sociales ou encore financières. Leurs travaux débuteront le 16 janvier. 
DÉCRYPTAGE

Ce collectif permettra-t-il d'améliorer la confiance des citoyens envers le vaccin contre le coronavirus ? Conformément à ce qu’avait annoncé Emmanuel Macron au mois de novembre, un conseil citoyen chargé de suivre la campagne de vaccination va être mis en place. Alors que le tirage au sort des 35 citoyens qui doivent composer ce conseil a débuté lundi, le dispositif reste très critiqué par la classe politique qui y voit un "gadget". Mais comment ce  groupe citoyen va-t-il travailler ? Europe 1 fait le point. 

Ce nouveau collectif a pour objectif de permettre plus de transparence, dans l’espoir d’enrayer la méfiance vis-à-vis du vaccin, alors que seuls la moitié des Français sont prêts à se faire vacciner contre le coronavirus, selon plusieurs sondages. 35 Français tirés au sort vont donc préparer et suivre la troisième phase de vaccination, celle dédiée au grand public. L’enjeu est de faire remonter les préoccupations techniques, éthiques, sociales ou encore financières. Ils pourront aussi exprimer des observations ou des propositions sur les craintes ou les résistances suscitées par la stratégie de vaccination.

 

Les travaux débuteront le 16 janvier

Pour être les plus représentatifs possible de la société, les citoyens sont tirés au sort selon des critères basés sur l’âge, le sexe, la région, le niveau de diplôme, la catégorie socio-professionnelle ou encore le type d’habitation. Mais aussi, en fonction de leur volonté de se faire vacciner ou non contre le coronavirus. 

Leurs travaux débuteront le 16 janvier avec un suivi au long cours de la campagne de vaccination jusqu’à l’été, avant un bilan prévu à l’automne. Un nouvel exercice de démocratie participative revendiqué par l'exécutif pour continuer à impliquer les Français, dans la continuité du Grand débat. 

Europe 1
Par Claudia Bertram, édité par Antoine Terrel