Quelle place pour le télétravail après le coronavirus ?

, modifié à
  • A
  • A
Près de 1.000 accords de télétravail sont actuellement en cours de négociation en France. 1:10
Près de 1.000 accords de télétravail sont actuellement en cours de négociation en France. © AFP
Partagez sur :
Avec l'épidémie de Covid-19, le télétravail a pris une place particulière dans notre société. D'abord présenté comme une contrainte, il a finalement convaincu certains salariés et entreprises. Alors que les accords pour télétravailler plus régulièrement se multiplient, Europe 1 décrypte sa place dans le futur. 

Lors des deux confinements imposés par le coronavirus, beaucoup de Français ont dû adopter, parfois à contrecœur, le télétravail. Une expérience révélatrice pour d'autres, puisque près de 1.000 accords pour le mettre en place quelques jours par semaine, après l'épidémie, sont en train de voir le jour. C'est ce qu'explique Benoît Serre, le vice-président de l'Association nationale des directeurs des ressources humaines, mardi sur Europe 1.

Réinventer le télétravail

Le télétravail de demain ne sera pas "celui que l'on a connu pendant le confinement. Il était quand même très particulier, une mauvaise expérience" d'après Benoît Serre. Pour mettre en place un télétravail efficace, il faut d'abord que l'employeur se pose la question de ses "rituels de management", c'est-à-dire "comment [il] s'est organisé pour que les gens travaillent ensemble", poursuit-il.

C'est donc le rôle du manager qui va beaucoup compter pour changer l'organisation du travail dans une entreprise. "Pendant cette crise, on a découvert des managers qui ont des qualités individuelles de bienveillance, de confiance pour laisser de l'autonomie et faire attention aux gens. Alors qu'en France, on a une histoire du management qui est surtout fondée sur la commande et le contrôle", explique le directeur des ressources humaines. 

Optimiser le temps passé en entreprise 

Benoît Serre l'assure, si l'on fait venir les gens au travail "ce n'est pas pour faire ce qu'ils peuvent effectuer chez eux". Cela veut dire clairement que le temps passé en entreprise est dédié à la création et à la collaboration. Et cela doit même se retrouver dans la disposition des meubles sur le lieu de travail. 

"Il faut que la forme des bureaux s'adaptent petit à petit au nouveau rôle des bureaux", dit-t-il. Des locaux faits pour encourager le travail collectif et aussi confortables que chez soi permettent, selon lui, une "mise en cohérence" avec ce nouveau modèle de management.

Est-ce que l'on s'oriente vers du 100% télétravail ? 

Non, loin de là. C'est d'ailleurs l'une des leçons que les employeurs ont retenu de l'épidémie. "Tout le monde se balade autour d'un télétravail qui serait autour de deux jours à deux jours et demi par semaine au maximum", explique le directeur des ressources humaines. "Le deuxième confinement nous a montré que les salariés et les entreprises ne souhaitaient pas le télétravail total, qui désorganise considérablement les entreprises. C'est pour cela que la ministre du Travail a eu autant de mal à l'imposer cinq jours sur cinq en novembre.

Cependant il concède que, dans un futur proche, nous verrons probablement apparaître des "métiers nativement en télétravail" (à 100% en télétravail) pour ceux qui préfèrent rester chez eux.

Europe 1
Par Manon Bernard