Comment fonctionne "CleanCovid", la lampe anti-coronavirus

  • A
  • A
lampe anti Covid 1:25
Grâce à des UV-C, la lampe s'attaque aux "fonctions pathogènes des bactéries et des virus". © Maximilien Carlier / Europe 1
Partagez sur :
À Saint-Quentin, en Picardie, la start-up Tesseract Solutions a créé une lampe anti-Covid qui permet de désinfecter une pièce en quelques minutes seulement. Europe 1 est partie à la rencontre de son inventeur pour comprendre comment la "CleanCovid" fonctionne.
REPORTAGE

Elle fait 60 centimètres de haut et est composée de cinq néons verticaux qui émettent des UV-C, une lumière bleue. À Saint-Quentin, en Picardie, la start-up Tesseract Solutions a créé une lampe anti-Covid qui permet de désinfecter une pièce en quelques minutes seulement. Pour comprendre son fonctionnement, Europe 1 s'est rendue dans les locaux de l'entreprise pour y rencontrer Florian Dordain, l'homme derrière la lampe CleanCovid. 

"Désactiver les fonctions pathogènes des bactéries et des virus"

Si cette lampe est efficace contre le coronavirus, qui peut persister sur les surfaces, c'est grâce à son rayonnement qui va "interagir avec l'ADN", explique l'inventeur. Car c'est cette interaction qui va "permettre de désactiver les fonctions pathogènes des bactéries et des virus". Poignées de portes, tables, bureaux, vêtements... tout ce qui se trouve dans la pièce est désinfectée. Mais l'utilisation de cette lampe n'est pas sans danger pour les êtres vivants. Ainsi, la pièce que l'on souhaite désinfecter ne doit abriter ni êtres humains, ni animaux, ni plantes", précise Florian Dordain. Car l'exposition aux rayons UV-C peut entraîner des lésions, notamment de la peau. 

"Un produit qui s'utilise en dehors des heures de travail"

C'est pour cela que la lampe fonctionne en Bluetooth via une application. Un cycle de nettoyage dure entre 15 et 30 minutes, en fonction de la taille de la pièce. "Ça peut être utilisé la nuit dans les bureaux, dans les commerces aussi... C'est vraiment un produit qui s'utilise en dehors des heures de travail", insiste-t-il.

Si cette lampe ne remplace donc ni le port du masque, ni le gel hydroalcoolique, elle est un "outil complémentaire" dans la lutte contre le coronavirus, fait valoir son inventeur. Une arme contre le Covid-19 vendue 250 euros. 

Europe 1
Par Maximilien Carlier, édité par Ugo Pascolo