Pour rattraper le retard, les Allemands s’intéressent au vaccin russe Spoutnik V

, modifié à
  • A
  • A
Le vaccin russe Spoutnik V veut se faire homologuer par l'agence européenne du médicament. (illustration) 1:18
Le vaccin russe Spoutnik V veut se faire homologuer par l'agence européenne du médicament. (illustration) © ANDER GILLENEA / AFP
Partagez sur :
La Haute autorité de santé doit rendre son avis sur le vaccin AstraZeneca mardi en France. Et pendant ce temps, c'est le vaccin russe qui tente une entrée sur le marché de l'Union européenne, avec le soutien un peu inattendu de l'Allemagne. 

L’Union européenne est en retard dans la vaccination par rapport aux USA, à Israël ou encore la Grande Bretagne, car elle n’a pas assez de doses pour accélérer la campagne. Pour l’instant, seulement trois vaccins contre le Covid-19 ont été autorisés par l’Agence européenne du médicament : Pfizer BioNTech, Moderna et AstraZeneca. Mais ce dernier a connu des retards importants de livraison et l'UE déclare prendre "ses distances" vis-à-vis du laboratoire. Et tout à coup, ce sont les Russes qui frappent à la porte, avec leur vaccin Spoutnik V… et une demande d’homologation soutenue par l’Allemagne !

Pallier le manque de doses

Côté allemand, on est pragmatique : il n’y a pas assez de vaccins sur le marché actuellement, donc toute arrivée supplémentaire de doses est bonne à prendre, "s’il est prouvé que le vaccin est sûr et efficace", a quand même tenu à préciser le ministre allemand de la Santé, dimanche. Si l’agence européenne du médicament donne son feu vert, il n'y aurait alors, selon l'Allemagne, aucune raison de bouder les propositions de contrats des Russes ou même des Chinois. En cas de validation de Spoutnik V, "nous pourrons discuter d’une production et d’une utilisation conjointe", avait même déclaré Angela Merkel le 22 janvier.

Aide administrative

Cela va même plus loin : Berlin assiste actuellement Moscou dans ses démarches d'homologation du vaccin russe. Une aide surtout administrative pour aider à monter le dossier, par visioconférence. Les experts allemands de l’Institut Paul Erlich, l’équivalent de l’agence française de sécurité du médicament, décryptent pour les Russes les normes européennes de fabrication et de distribution des vaccins et les guident dans les différentes réglementations.

Vaccin peu cher

Au bout du compte, il y a 100 millions de doses de vaccin à la clé, disponibles dès le printemps, qui seraient réparties entre les pays de l’Union Européenne. Le vaccin Spoutnik fait partie des moins chers et il n’a pas besoin d’être conservé à très basse température. D’après les essais cliniques, il est efficace à 90%.