Covid : la baisse des hospitalisations, notamment en réanimation, se poursuit

, modifié à
  • A
  • A
Le nombre de malades du Covid-19 en réanimation continue mercredi à se maintenir sous la barre des 6.000.
Le nombre de malades du Covid-19 en réanimation continue mercredi à se maintenir sous la barre des 6.000. © SEBASTIEN BOZON / AFP
Partagez sur :
En France, la pression hospitalière liée au Covid-19 a continué sa lente décrue mercredi. Dans le reste du monde, le variant indien a été détecté dans "au moins 17 pays" selon l'OMS, mais BioNTech reste "confiant" dans l'efficacité de son vaccin. 
L'ESSENTIEL

En Inde, la situation sanitaire se détériore de jour en jour, et le potentiel impact du variant indien du coronavirus inquiète le monde entier. Ce dernier a été détecté dans "au moins 17 pays", indique l'OMS, et a déjà été signalé dans plusieurs pays européens comme la Belgique, la Suisse, la Grèce, et l'Italie. Reste à savoir si ce variant peut venir perturber les campagnes de vaccination, mais le laboratoire BioNTech se dit "confiant" dans l'efficacité de son vaccin. En France, la pression hospitalière continue de baisser peu à peu, notamment dans les services de réanimations ou le nombre de patients traités s'éloigne du seuil des 6.000.  

Les principales informations : 

  • Le variant indien détecté dans "au moins 17 pays"
  • BioNTech est "confiant" dans l'efficacité de son vaccin
  • En France, 5.879 patients étaient en réanimation mercredi, un chiffre en légère baisse
  • Certains centres de vaccination peinent à remplir leurs créneaux 
  • Macron présentera vendredi "les perspectives" du déconfinement 

La pression hospitalière diminue

Le nombre de malades hospitalisés en réanimation continue de baisser mercredi, sous la barre des 6.000, avec 5.879 patients, selon les chiffres de Santé publique France, contre 5.943 personnes la veille. Le nombre total de patients Covid-19 hospitalisés était mercredi de 29.911, contre 30.281 mardi. Ces dernières 24 heures, 1.708 personnes ont été hospitalisées contre 2.109 les 24 heures précédentes.

315 malades du Covid sont morts à l'hôpital entre mardi et mercredi, portant le bilan total depuis le début de l'épidémie à 103.918 décès.

En 24 heures, le nombre de cas positifs confirmés est de 31.539. Sur les sept derniers jours, cela donne une moyenne quotidienne de 27.000 cas positifs.

Par ailleurs, selon les chiffres de la vaccination diffusés mercredi soir par le ministère de la Santé, 14,9 millions de personnes ont reçu au moins une injection, dont plus de 6 millions ont été complètement vaccinées avec leurs deux doses (soit 9% de la population totale et 11,5% de la population majeure).

Macron présentera vendredi "les perspectives" du déconfinement 

Emmanuel Macron présentera vendredi "les perspectives" de "sortie progressive" des mesures de restrictions imposées contre le Covid-19, a annoncé mercredi Jean Castex. Le chef de l'Etat a choisi de s'exprimer dans un entretien publié vendredi matin par la presse quotidienne régionale et non à l'occasion d'une allocution télévisée comme il l'a fait à plusieurs reprises depuis le début de la crise, ont indiqué mercredi soir plusieurs médias régionaux.

La publication de cet entretien a notamment été annoncée par Le Midi Libre, qui indique sur son site que "le Président Macron expliquera sa stratégie de déconfinement dans une interview publiée vendredi par toute la presse régionale", comme l'ont confirmé plusieurs sources médiatiques.

Le Premier ministre a déjà confirmé que les restrictions de circulation seront levées dès le 3 mai et que le couvre-feu devrait prendre fin le 2 juin, comme le prévoit le projet de loi sur l'état d'urgence qui a été examiné en Conseil des ministres.

Le variant indien détecté dans "au moins 17 pays"

Selon l'OMS, le variant B.1.617, plus communément appelé variant indien, a été détecté dans plus de 1.200 séquences de génome, dans "au moins 17 pays". "La plupart des séquences téléchargées sur la base de données GISAID viennent d'Inde, du Royaume-Uni, des Etats-Unis et de Singapour", a déclaré l'OMS. Ces derniers jours, le variant a aussi été signalé dans plusieurs pays européens (Belgique, Suisse, Grèce, Italie).

En Inde, le nombre de morts a dépassé les 200.000 mercredi, avec plus de 3.000 décès signalés en 24 heures pour la première fois, selon les données officielles. Au total, 201.187 personnes ont succombé à l'épidémie dans le pays, et 3.293 sur ces dernières 24 heures, selon le ministère de la Santé, même si de nombreux experts estiment que le véritable bilan est plus élevé. 

L'Inde a enregistré un total de 18 millions de contaminations, avec 360.000 nouveaux cas recensés sur les dernières 24 heures. Près de six millions de nouveaux cas se sont ajoutés sur ce seul mois d'avril.

Mais BioNTech est "confiant" dans l'efficacité de son vaccin contre le variant 

Alors que les variants font craindre une perturbation des stratégies vaccinales, le fondateur et directeur du laboratoire BioNTech, Ugur Sahin, s'est dit mercredi "confiant" dans l'efficacité de son vaccin, développé avec le groupe américain Pfizer, contre le variant indien. 

Si des "tests" sont encore en cours, "le variant indien présente des mutations que nous avons déjà étudiées et contre lesquelles notre vaccin agit, ce qui nous rend confiant", a explique M. Sahin lors d'une conférence de presse en ligne.

En France, certains centre de vaccination peinent à attirer du monde

Alors que la campagne est ouverte aux plus de 55 ans avec certains vaccins, certains grands centres de vaccination, comme le Stade de France, éprouvent désormais des difficultés à remplir tous les créneaux de rendez-vous

Le gouvernement a annoncé dans la soirée avoir reçu une première partie des près de 7,5 millions de doses supplémentaires du vaccin Pfizer-BioNTech prévues pour la France ce trimestre. Leur livraison s'échelonnera jusqu'à fin juin, précise-t-il.

Interrogé par Europe 1, le PDG de Doctolib, Stanislas Niox-Chateau, estime que ce phénomène de créneaux vide n'est pas généralisé. Plus de 50% des Français seront vaccinés avec la première dose d'ici au 29 juin, estime-t-il. Lisez ici son interview. 

Mais un élargissement est pour l'instant écarté 

Face à cette situation, certains appellent à faire sauter le critère d'âge et à élargir l'accès aux vaccins à des sujets plus jeunes. Invité d'Europe 1 mercredi, le "Monsieur vaccination" du gouvernement Alain Fischer a écarté cette hypothèse. La règle, a-t-il précisé, est toujours de "vacciner en priorité les personnes vulnérables par l'âge et la maladie". Plus d'informations ici

La veille, le ministre de la Santé Olivier Véran avait déjà semblé exclure une ouverture plus rapide à des catégories d'âge plus jeunes. "Si on se fixe une cible de 80% d'une tranche d'âge qui doit être vaccinée pour être protégée, il y a encore 4,3 millions de Français qui relèvent de la vaccination qui n'ont pas encore été vaccinés", avait-il justifié, à l'issue d'une visite de la cellule de crise de l'Agence régionale de santé d'Île-de-France à Saint-Denis.

Hausse des variants en Ile-de-France

La question de la circulation des variants inquiète toujours. La part des variants brésilien et sud-africain reste très minoritaire en France (4,2% de suspicion de ces variants dans les nouveaux cas), mais leur part a brusquement augmenté en Ile-de-France, passant de 6 à 9% en quelques jours.

"On constate depuis une grosse semaine une augmentation de la proportion du variant sud-africain, notamment en petite couronne" parisienne, a confirmé Olivier Véran, précisant qu'"aucun cas de variant d'origine indienne" n'a été détecté "en France métropolitaine".

Une dose de vaccin anti-Covid réduit de presque 50% la transmission

Une seule dose de vaccin Pfizer ou AstraZeneca permet de réduire la transmission du coronavirus jusqu'à près de moitié au sein d'un même foyer, où le risque de contagion est élevé, selon une étude de l'agence publique de santé anglaise (PHE). 

Les personnes infectées par le virus trois semaines après avoir reçu une dose de vaccin sont de 38% à 49% moins susceptibles que celles n'ayant pas été vaccinées de transmettre le virus aux membres de leur foyer, a souligné Public Health England dans un communiqué.  Ce niveau de protection, observé autour du quatorzième jour suivant la vaccination, est similaire quel que soit l'âge de la personne vaccinée ou des membres du foyer.

L'organisme souligne qu'une dose de vaccin permet également, après quatre semaines, de réduire de 60 à 65% le risque de développer des symptômes.  

Plus de 3,1 millions de morts dans le monde

La pandémie a fait au moins 3.137.725 morts dans le monde depuis décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles mercredi en milieu de journée. Les États-Unis comptent le plus grand nombre de morts (573.381) suivis par le Brésil (395.022), le Mexique (215.547), l'Inde (201.187) et le Royaume-Uni (127.451). Parmi les pays les plus durement touchés, la Hongrie est celui qui déplore le plus grand nombre de morts par rapport à sa population.

Ces chiffres sont globalement sous-évalués. Ils se fondent sur les bilans quotidiens des autorités nationales de santé, sans inclure les réévaluations reposant sur des bases statistiques.