Covid-19 : 101.180 morts, la pression hospitalière s'accentue

, modifié à
  • A
  • A
Réanimation
La pression hospitalière ne faiblit pas en France, deux semaines après le durcissement des restrictions. © BERTRAND GUAY / AFP
Partagez sur :
Alors que la France comptait lundi 101.180 morts depuis le début de l'épidémie de Covid-19, le gouvernement rechigne toujours à donner un calendrier de réouverture précis pour les restaurants et les lieux de culture. Dans le reste de l'Europe, plusieurs pays s'apprêtent à alléger les mesures, notamment en Grèce et au Portugal.
L'ESSENTIEL

La France comptait lundi plus de 101.180 morts depuis le début de l'épidémie de Covid-19. Face à une situation sanitaire toujours dégradée dans l'Hexagone et à l'inquiétude des variants, le gouvernement va imposer une quarantaine obligatoire de 10 jours aux voyageurs en provenance du Brésil, d'Argentine, du Chili et d'Afrique du Sud. De fortes amendes seront appliquées en cas de non-respect de l'isolement, a annoncé lundi Gabriel Attal. En Europe, plusieurs pays vont alléger les mesures sanitaires, notamment en Grèce et au Portugal.

Les informations à retenir :

  • La France compte lundi 101.180 morts du Covid-19 depuis le début de l'épidémie
  • Une quarantaine va être imposée aux voyageurs en provenance de quatre pays et des amendes seront appliquées en cas de non-respect
  • Les mesures sanitaires vont être allégées dans plusieurs pays, notamment en Grèce et au Portugal 
  • Le contrat européen de vaccins avec le groupe AstraZeneca pourrait ne pas être renouvelé

Plus de 101.180 morts en France

Le nombre de malades du Covid-19 hospitalisés en réanimation frôle les 6.000 personnes, lundi, selon les chiffres publiés par Santé publique France. Lundi, on comptait 5.970 personnes dans les services de soins critiques (qui rassemblent réanimation, soins intensifs et surveillance continue), contre 5.883 dimanche. 

Le nombre total de personnes à l'hôpital est remonté, avec 31.214 patients positifs au coronavirus actuellement hospitalisés, contre 30.789 la veille. Au total, 955 personnes ont été hospitalisées ces dernières 24 heures. Sur le plan des contaminations, 6.696 cas ont été enregistrés depuis la veille, mais ces chiffres sont habituels pour un lundi, lendemain de week-end.

Concernant le bilan des morts, 101.180 personnes sont décédées du coronavirus en France depuis le début de l'épidémie, dont 75.010 à l'hôpital (+447 en 24 heures).

Des amendes pour contrôler la quarantaine obligatoire

La France va instaurer une quarantaine obligatoire de dix jours pour les voyageurs en provenance du Brésil, d'Argentine, du Chili et d'Afrique du Sud, face à l'inquiétude sur les variants du Covid-19. Cette mesure, qui sera progressivement mise en œuvre jusqu'à sa pleine entrée en vigueur samedi 24 avril, s'appliquera également aux voyageurs en provenance de Guyane et des tests antigéniques systématiques seront mis en place à l'arrivée pour les trajets de la Guyane vers les Antilles.

"Il y aura des contrôles de police et de gendarmerie pour vérifier que les voyageurs restent bien dans leur lieu de quarantaine", a annoncé Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, invité d'Europe 1 lundi matin. En cas de non-respect de la quarantaine, une amende de 1.500 euros pourra être appliquée. Le montant passera à 3.000 euros en cas de récidive, a souligné le porte-parole. Retrouvez ici son interview : 

AstraZeneca sur la sellette dans l'UE…

Le commissaire européen au marché intérieur, Thierry Breton, a déclaré dimanche que le contrat européen de vaccins contre le Covid-19 avec le groupe pharmaceutique AstraZeneca pourrait ne pas être renouvelé en raison des retards de livraison accumulés depuis le début de l'année.

Ces vaccins sont par ailleurs boudés par une partie de la population après la détection de rares cas de thrombose, malgré le fait que les autorités sanitaires se montrent rassurantes. À Nice, le centre de vaccination, qui devait rester ouvert tout le week-end, a fermé faute de candidats. Retrouvez ici notre reportage au centre de vaccination de Douai, dans le Nord

… qui active une option pour 100 millions de doses supplémentaires de Pfizer

L'UE a annoncé lundi avoir activé une option de son second contrat signé avec les laboratoires BioNTech et Pfizer pour acquérir 100 millions de doses supplémentaires de leur vaccin - un volume qui était déjà comptabilisé dans le calendrier établi par Bruxelles. "C'est une importante nouvelle (…) Au total, 600 millions de doses (de BioNTech-Pfizer) seront livrées en 2021" aux pays de l'UE, s'est félicitée sur Twitter la commissaire à la Santé Stella Kyriakides.

Cri d’alerte des personnes obèses de moins de 50 ans

La vaccination est désormais ouverte à l’ensemble des plus de 55 ans et aux 50-54 ans avec comorbidité. Les personnes souffrant d’obésité qui ont plus de 50 ans rentrent donc dans cette dernière catégorie, mais rien n’est encore prévu pour toutes celles qui ont moins de 50 ans, pourtant très vulnérables face au Covid-19.

"Les services de réanimation sont engorgés par des personnes en surpoids ou en état d’obésité, de plus en plus jeunes. La réalité est là !", pointe Alina Constantin, 45 ans. Depuis des mois, elle sort très peu de chez elle pour ne pas attraper le virus. Elle a essayé de se faire prescrire le vaccin auprès de son médecin traitant, sans succès. "Ce n’est pas normal. Nous ne sommes pas des citoyens de deuxième classe !" Retrouvez ici notre article complet

Passeport vaccinal : avis défavorable du comité d'urgence de l'OMS

Le comité d'urgence de l'OMS sur le Covid a indiqué lundi ne pas être favorable à un passeport vaccinal obligatoire pour les voyageurs internationaux, même si la pratique semble séduire. Dans un communiqué, les experts, chargés de guider le chef de l'OMS, recommandent de "ne pas exiger de preuve de vaccination comme condition d'entrée" pour les voyageurs internationaux "étant donné les preuves limitées (bien que croissantes) concernant la performance des vaccins sur la réduction de la transmission et étant donné l'inégalité persistante en matière de distribution mondiale des vaccins".

Les restaurateurs veulent "du concret" sur leur réouverture

Lors d'une réunion avec quelques maires organisée cette semaine, le président de la République, Emmanuel Macron, a réaffirmé sa volonté de rouvrir le pays à partir de la mi-mai après des semaines de mesures additionnelles pour lutter contre l'épidémie de Covid-19. Dans un premier temps, cette réouverture doit concerner les terrasses des bars et restaurants, ainsi que les musées. Mais le chef de l'Etat reste prudent et conditionne toujours cette réouverture à l'évolution de la situation sanitaire.

"On manque un petit peu de choses concrètes pour pouvoir se projeter réellement sur la réouverture de nos affaires", regrette Geoffrey Clavel, président de la branche cafés-bars-brasseries de l’UMIH (Union des métiers et des industries de l’hôtellerie) Rhône et restaurateur à Lyon, dimanche sur Europe 1. Pour plus d'informations, c'est ici

Covax appelle à la solidarité avec les pays pauvres

Le programme international Covax a lancé jeudi une campagne pour collecter 2 milliards de dollars supplémentaires afin de pouvoir réserver des doses de vaccins anti-Covid. Ce système permet aux 92 pays les plus pauvres d'obtenir des doses de vaccins, grâce à des fonds réunis par des donateurs. "Si nous voulons sortir de cette pandémie, il faudra le faire tous ensemble. Il n'y a pas de place pour un nationalisme, un égoïsme vaccinal", martèle Chrysoula Zacharopoulou, invitée d'Europe 1 lundi matin. 

Vendredi encore, le patron de l'Organisation mondiale de la santé Tedros Adhanom Ghebreyesus lançait une statistique choc : on dénombre un vacciné sur quatre dans certains pays riches, contre un sur 500 dans certains pays pauvres.

Vers un allégement des mesures dans plusieurs pays européens 

La situation demeure précaire en Europe, même si certains pays, pressés par des opinions publiques exaspérées, s'apprêtent à relâcher quelque peu les restrictions sanitaires. Ce sera notamment le cas cette semaine à divers degrés en Suisse, Belgique, Slovénie, Slovaquie, à Monaco, au Portugal et au Danemark. Le Portugal est ainsi entré lundi dans la troisième phase d'un déconfinement progressif entamé il y un mois, avec la réouverture des centres commerciaux, de l'intérieur des cafés et des restaurants, des salles de spectacle, des lycées et des universités.

En Grèce, la quarantaine obligatoire de sept jours est levée pour les voyageurs résidents de l'UE, de l'espace Schengen, du Royaume-Uni, des Etats-Unis, de l'Israël, de la Serbie et des Emirats arabes unis, s'ils ont reçu deux doses de vaccin ou ont un test négatif au coronavirus. Le pays connaît pourtant un pic d'épidémie avec des dizaines de morts et plus de 1.500 cas de coronavirus par jour. Les habitants sont toujours soumis à un confinement strict, les déplacements entre départements ne sont autorisés que pour des raisons "essentielles". 

Plus de trois millions de morts dans le monde

La pandémie a fait plus de 3 millions de morts dans le monde (au moins 3.011.975 décès), selon un bilan établi dimanche par l'AFP à partir de sources officielles. Les Etats-Unis sont le pays qui compte le plus grand nombre de morts avec 567.210 décès, suivi par le Brésil (373.335), le Mexique (212.228), l'Inde (177.150) et le Royaume-Uni (127.260).

Ces chiffres sont globalement sous-évalués. Ils se fondent sur les bilans quotidiens des autorités nationales de santé, sans inclure les réévaluations reposant sur des bases statistiques.

Europe 1
Par Europe 1 avec AFP