Le cri d’alerte des personnes obèses de moins de 50 ans, oubliées de la vaccination

, modifié à
  • A
  • A
Près de 40.000 personnes souffrant d’obésité seraient mortes du Covid-19 depuis le début de l'épidémie, selon les chiffres de la Ligue contre l'obésité. (Image d'illustration) 1:37
Près de 40.000 personnes souffrant d’obésité seraient mortes du Covid-19 depuis le début de l'épidémie, selon les chiffres de la Ligue contre l'obésité. (Image d'illustration) © JEFF HAYNES / AFP
Partagez sur :
Les personnes obèses âgées de moins de 50 ans n'ont toujours pas accès à la vaccination, alors que de nombreux médecins alertent sur l'afflux de patients jeunes et en surpoids dans les services de réanimation. la Ligue contre l’obésité réclame une réévaluation du critère d'âge pour la vaccination de ces personnes.

Plus de 12,5 millions de Français ont reçu au moins une injection d’un vaccin anti-Covid, ce qui représente 18,5% de la population totale (et 4,5 millions de personnes ont reçu les deux doses). La vaccination est désormais ouverte à l’ensemble des plus de 55 ans et aux 50-54 ans avec comorbidité. Les personnes souffrant d’obésité qui ont plus de 50 ans rentrent donc dans cette dernière catégorie, mais rien n’est encore prévu pour toutes celles qui ont moins de 50 ans, et qui sont pourtant très vulnérables face au Covid-19.

Il y a environ 3,5 millions de Français de moins de 50 ans qui souffrent d’obésité. C’est le cas d’Alina Constantin, 45 ans. Depuis des mois, elle sort très peu de chez elle pour ne pas attraper le virus. Elle a essayé de se faire prescrire le vaccin auprès de son médecin traitant mais rien à faire. Et aujourd’hui elle ne comprend pas pourquoi les personnes obèses ne sont pas prioritaires dans la campagne de vaccination. "Les services de réanimation sont engorgés par des personnes en surpoids ou en état d’obésité, de plus en plus jeunes. La réalité est là !", pointe-t-elle auprès d’Europe 1. "Ce n’est pas normal. Nous ne sommes pas des citoyens de deuxième classe !"

"Il y a des inégalités sur le territoire"

Certaines personnes obèses de moins de 50 ans réussissent à se faire vacciner en rusant. Une incohérence que souligne Agnès Maurin, cofondatrice de la Ligue contre l’obésité : "Il y a des inégalités sur le territoire. Ce week-end, l’ARS du Grand-Est et le préfet ont demandé l’ouverture d’un centre de vaccination dédié aux patients obèses à partir de 18 ans", rapporte-t-elle. "Cela signifie que lorsqu’on habite Strasbourg, on peut se faire vacciner si on a 20 ans, mais pas ailleurs sur le territoire."

Agnès Maurin réclame d’urgence la vaccination pour toutes les personnes obèses sans critère d’âge. Elle avance un chiffre pour insister sur l’urgence de la situation : près de 40.000 personnes souffrant d’obésité sont mortes du Covid-19 depuis le début de la crise.

Europe 1
Par Victor Dhollande, édité par Romain David