Covid : 70.283 morts en France, la tension hospitalière reste forte

, modifié à
  • A
  • A
La tension hospitalière reste forte en France.
La tension hospitalière reste forte en France. © AFP
Partagez sur :
L'épidémie de coronavirus ne faiblit pas en France, avec le franchissement de la barre des 70.000 morts, ce qui pose la question de la gestion des frontières dans le débat public. Le groupe américain Pfizer a annoncé avoir un "plan" pour limiter à une semaine les retards de livraisons de son vaccin.
L'ESSENTIEL

Les Français doivent désormais faire avec une nouvelle restriction majeure entrée en vigueur samedi, avec l'élargissement du couvre-feu à 18 heures au niveau national pour faire reculer le coronavirus. Alors que la tension hospitalière reste forte, 70.283 personnes sont mortes en France depuis le début de l'épidémie. Les autorités françaises et européennes tentent de se réorganiser après l'annonce du laboratoire américain Pfizer, qui a confirmé que ses livraisons de vaccins anti-Covid en dehors des États-Unis allaient ralentir, normalement pendant une semaine au maximum.

Les informations principales à retenir :

  • En France, la tension hospitalière reste forte
  • Le couvre-feu a été étendu à 18 h dans tout le pays
  • Seuls 10% des 700.000 résidents d'Ehpad vaccinés
  • Les retards de livraisons pour le vaccin Pfizer devraient être limités à une semaine

70.283 morts en France à cause du Covid-19

Le nombre de nouvelles contaminations au Covid-19 enregistrées en 24 heures a atteint 16.642, un peu moins que ces derniers jours comme c'est en général le cas le weekend, selon les chiffres de Santé publique France dimanche. Le taux de positivité, qui mesure le pourcentage des personnes positives au coronavirus parmi les personnes testées, est en très légère augmentation, à 6,6%, contre 6,5% la veille.

Le bilan, qui a passé samedi la barre des 70.000 morts depuis le début de l'épidémie, a continué de s'alourdir avec 141 nouveaux décès en milieu hospitalier en 24 heures, portant le total à 70.283 décès liés au Covid-19 depuis le début de l'épidémie dans le pays. La tension sur les hôpitaux reste forte, avec un nombre total de malades du Covid hospitalisés s'élevant à 25.235, dont 698 nouvelle hospitalisations. Parmi eux, 2.766 se trouvent en réanimation, avec 136 nouvelles admissions en 24 heures. 

Pfizer annonce des retards de livraisons des vaccins limités à une semaine

Le groupe américain Pfizer, associé au laboratoire allemand BioNTech, a annoncé samedi un "plan" qui doit permettre de limiter à une semaine les retards de livraisons du vaccin contre le Covid-19, alors que l'Europe craignait de voir faiblir les livraisons de doses pendant "trois à quatre semaines". "Pfizer et BioNTech ont développé un plan qui permettra d'augmenter les capacités de fabrication en Europe et de fournir beaucoup plus de doses au deuxième trimestre", ont annoncé les deux entreprises dans un communiqué conjoint. "Nous reviendrons au calendrier initial de livraisons à l'Union européenne à partir de la semaine du 25 janvier, avec une augmentation des livraisons à compter de la semaine du 15 février", ont ajouté les deux groupes.

En France, ce retard aura malgré tout un impact notable. Le pays, qui n'a, pour l'heure, vacciné que près de 400 000 personnes, devra ajuster le calendrier de sa vaccination en fonction du rythme des livraisons.

Vers une fermeture des frontières ?

Alors que l'inquiétude grandit sur la propagation des variants du coronavirus, la question de la gestion des frontières a animé le débat public ce week-end. Déjà prévue à partir de lundi pour tous les étrangers en provenance de pays hors Union européenne, l'exigence d'un test PCR à l’entrée en France pour tous les voyageurs a été réclamée dimanche par le président du Sénat Gérard Larcher sur Europe 1. "Je pense que c'est une décision collective que les 27 doivent prendre", a-t-il notamment déclaré.

Pour le moment, le gouvernement ne prévoit pas de fermeture des frontières entre la France et les autres États membres de l'UE. Dans certains territoires d'outre-mer en revanche, les appels à une limitation drastique des échanges avec des pays tiers se sont multipliés. Un cas du variant sud-africain du Covid-19 a été détecté à La Réunion, ont indiqué dimanche la préfecture et l'Agence régionale de santé (ARS). Un autre cas positif au variant 501.V2, dit variant d’Afrique du Sud, a été confirmé samedi à Mayotte. La préfecture de cet autre département français de l'océan Indien a ensuite suspendu les liaisons maritimes et aériennes internationales.

La France s'est en revanche dite "réticente" sur la mise en place d'un passeport vaccinal communautaire, estimant que la question ne doit pas être au menu du Conseil européen de la semaine prochaine, selon son secrétaire d'Etat aux Affaires européennes. "Nous sommes très réticents", a déclaré dimanche Clément Beaune. "Si on parle d'un papier, un document qui vous autorise à voyager en Europe, je crois que c'est très prématuré", a-t-il ajouté sur la radio France Info.

Interruption d'une soirée clandestine en Isère, des dérogations possibles au couvre-feu à 18h

Le gouvernement a décidé cette semaine d'instaurer un couvre-feu généralisé à 18 heures, appliqué depuis samedi soir. Dans la nuit de samedi à dimanche, la police a mis fin à une soirée clandestine réunissant deux cents participants dans la banlieue de Grenoble malgré le couvre-feu, et interpellé trois d'entre eux, notamment pour violences, a-t-on appris auprès du parquet. Trente-huit verbalisations pour non port du masque ont été prononcées et la sono a été saisie.

De son côté, la mairie de Saint-Brieuc (Côtes d'Armor) a fait savoir que les services municipaux à la petite enfance resteront ouverts aux horaires habituels, soit 18 h 45. "J'utilise le pouvoir dérogatoire prévu", concernant le domaine de l'enfance, par le texte gouvernemental instaurant le couvre-feu à 18 h sur l'ensemble du territoire national, a expliqué à le maire, Hervé Guihard (PS).

Par ailleurs, quelques dérogations sont bien entendu possibles pendant le couvre-feu à condition de pouvoir fournir une attestation de déplacement. Ainsi, il est possible d'aller chercher ses enfants chez la nounou, à la crèche ou à la sortie des cours. Il suffit de remplir la case "motif familial impérieux". En revanche, il n'est pas possible de se rendre ensuite dans un supermarché, de faite du sport ou toute autre activité de plein air après l'heure de couvre-feu.

Il est en revanche possible de rentrer chez soi du travail après 18 heures, à condition d'avoir une attestation spéciale de l'employeur. Pour tout autre déplacement après le couvre-feu (sortir son chien, rendre visite à un proche malade, aller à la pharmacie ou chez le médecin), une case est réservée dans l'attestation du gouvernement. Enfin, les voyages en train ou en avion restent autorisés.

10% des résidents d'Ehpad vaccinés, 833 centres ouverts

Selon les chiffres obtenus par Europe 1, seuls 10% des Ehpad ont été vaccinés. Sur 318.216 personnes vaccinées, 74.242 sont donc des résidents d’Ehpad, ce qui représente à peine plus de 10% des 700.000 personnes âgées qui vivent dans des maisons de retraite. Les 243.974 autres personnes vaccinées sont des soignants de plus de 50 ans ou présentant des comorbidités, mais aussi les pompiers, les aides à domicile de plus de 50 ans ou présentant des comorbidités.

La vaccination va être ouverte aux personnes présentant "une des six pathologies conduisant à un très haut risque de la forme grave de la maladie" à partir de lundi, quel que soit leur âge. Vendredi, Olivier Véran a annoncé l'ouverture dans la matinée de 833 centres de vaccination, tandis que le site Doctolib affirme à Europe 1 que "les données personnelles seront protégées". Selon le ministère de la Santé, plus d'un million de rendez-vous ont été pris pour les premières et deuxièmes injections du vaccin, ce qui représente donc "500.000 personnes".

Castex veut une vaccination "progressive" et "dans le calme"

Le Premier ministre Jean Castex a souhaité samedi une campagne "progressive" de vaccination "dans le calme et dans l'ordre", assurant que le défi "serait relevé" même s'il est impossible de vacciner les plus de 75 ans "en quelques jours". Il a précisé que 390.000 personnes avaient été vaccinées à ce jour en France et qu'un million de rendez-vous de vaccination avaient été pris, alors que les accusations de lenteurs se poursuivent contre le gouvernement.

"Je vous rappelle à toutes et à tous que ces vaccinations s'effectueront dans l'ordre et dans la sécurité du à nos concitoyens", a affirmé le chef du gouvernement lors d'un déplacement à Lyon. Ces vaccinations "s'effectueront de manière progressive, au fur et à mesure que les 200 millions de doses de vaccin que la France a commandées ou pré-commandées arriveront sur le territoire national", a-t-il ajouté.

Henri Giscard d'Estaing, président du Club Med, appelle à "sauver la montagne française"

Avec la fermeture des remontées mécaniques en raison de la crise du coronavirus, les professionnels de la montagne ont débuté une saison difficile sur le plan économique. Ils doivent rencontrer le premier ministre Jean Castex mercredi prochain, le 20 janvier, afin de savoir si leur activité pourra reprendre dans les semaines suivantes. Mais d'ores et déjà, Henri Giscard d'Estaing, président du Club Med, a adressé une lettre ouverte au gouvernement, parue dans le Journal du Dimanche. Sur Europe 1, dimanche matin, il a demandé de "sauver la montagne française".

"La décision que Jean Castex va prendre aura des répercussions sur toutes celles et ceux qui voudraient passer leurs vacances à la montagne", a expliqué Henri Giscard d'Estaing. "Elle met aussi en jeu la survie de la montagne française, qui est un leader mondial et un tissu économique humain fondamental pour notre pays et dont la survie est aujourd'hui en jeu". Les professionnels espèrent pouvoir reprendre leur activité avant les vacances de février, un pic de fréquentation.

Les pompiers viennent en renfort pour vacciner dans le Nord

À partir de lundi, la vaccination contre le Covid-19 s'ouvrira aux plus de 75 ans et aux personnes présentant des pathologies à haut risque. Depuis jeudi, il est toutefois possible de prendre rendez-vous en amont pour se faire vacciner. Mais les plateformes téléphoniques mises en place par les Agences régionales de santé sont surchargées. Les pompiers sont donc obligés de mettre la main à la pâte. C'est le cas au centre de traitement des appels de Villeneuve d'Ascq, dans la métropole lilloise.

Les pompiers sont ainsi venus réceptionner les appels des personnes éligibles à la vaccination dans un centre d'appels du Nord. Ils sont épaulés par des professionnels, des volontaires ainsi que des agents administratifs. Ils aident ainsi les personnes âgées qui ont des difficultés pour réserver un créneau en ligne.

Plus de 2 millions de morts, au moins 35 millions de doses de vaccins inoculées

La pandémie a fait au moins 2.022.740 morts dans le monde depuis sa découverte en Chine en décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles dimanche en milieu de journée. Plus de 94 millions de cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués. Les États-Unis demeurent le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 395.851 décès pour 23,7 millions de cas recensés. Ils sont suivis par le Brésil (209.296 morts), l'Inde (152.274), le Mexique (140.241) et le Royaume-Uni (88.590).

Espoir face à la pandémie, au moins 35,61 millions de doses de vaccins contre le Covid-19 ont déjà été administrées dans le monde, dans au moins 58 pays et territoires, selon un décompte de l'AFP à partir de sources officielles vendredi.