Coronavirus : une première étude "à large échelle" pointe les dangers de la chloroquine

, modifié à
  • A
  • A
Selon une étude publiée dans une revue scientifique britannique, la chloroquine ne serait pas efficace face au coronavirus. 1:07
Selon une étude publiée dans une revue scientifique britannique, la chloroquine ne serait pas efficace face au coronavirus. © GERARD JULIEN / AFP
Partagez sur :
Une étude d'envergure publiée dans "The Lancet", une revue médicale britannique, démontre que la chloroquine et l'hydroxychloroquine ne seraient pas de bons médicaments face au Covid-19. Ces molécules pourraient même augmenter le risque de mortalité des patients atteints par le coronavirus, préviennent les scientifiques. 

Ni la fameuse chloroquine, ni son dérivé l'hydroxychloroquine ne se montrent efficaces contre le Covid-19. Pire : leur administration serait même dangereuse sur les malades, selon les conclusions d'une étude parue vendredi dans The Lancet, une prestigieuse revue médicale britannique. Menée sur près de 15.000 malades, il s'agit de la "première étude à large échelle" à montrer une "preuve statistique robuste" que ces deux traitements, "ne bénéficient pas aux patients du Covid-19", déclare dans un communiqué le Docteur Mandeep Mehra. 

Une étude menée sur 15.000 malades

L'étude a analysé des données d'environ 96.000 patients infectés par le coronavirus admis dans 671 hôpitaux entre le 20 décembre 2019 et le 14 avril 2020, sortis ou décédés depuis. Parmi eux, 15.000 avaient été traités avec des combinaisons différentes à base de chloroquine et d'hydroxychloroquine.

Avec la chloroquine, le risque de mortalité augmente

Pour les auteurs, avec ce traitement, le risque de mortalité augmente fortement. Il peut être jusqu'à 45 % plus élevé chez les patients traités que chez les malades présentant déjà des facteurs de risques. Les scientifiques ont également découvert que les problèmes de rythme cardiaque étaient plus fréquents avec la prise de ces molécules. Le lien de cause a effet n'est toutefois pas directement prouvé. Les auteurs demandent donc une confirmation "urgente" via des essais cliniques.

Ces traitements n'améliorent pas l'état des patients

Pour eux les preuves statistiques sont robustes : ces traitements n'améliorent pas l'état des malades. Ils recommandent donc de ne pas les administrer en dehors des essais cliniques, alors que plusieurs pays comme le Brésil parient sur leur usage.  

Soulignant que des études préliminaires à petite échelle ont déjà "échoué à identifier des preuves robustes d'un bénéfice" de ces deux traitements, "nous savons maintenant avec notre étude que les chances d'améliorer" l'état des malades du Covid-19 avec la chloroquine "sont plutôt minces", écrit le Frank Ruschitzka, du centre hospitalier universitaire de Zurich, coauteur de l'étude. 

Europe 1
Par Caroline Baudry, édité par Ariel Guez avec AFP