Pourquoi les infirmières françaises sont-elles parmi les plus mal payées d'Europe ?

, modifié à
  • A
  • A
Le gouvernement a promis des augmentations de salaire pour les infirmier(e)s. 1:20
Le gouvernement a promis des augmentations de salaire pour les infirmier(e)s. © Sameer Al-Doumy / AFP
Partagez sur :
Au sein de l'OCDE, la France arrive à la 22ème place sur 33 concernant la rémunération de ses infirmières à l'hôpital. La durée du temps de travail, mais aussi les compétences requises d'un pays à l'autre pour exercer cette profession, expliquent, en partie, le bas niveau de salaire des personnels français.

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé mercredi, à l'issue du Conseil des ministres, qu’il voulait mettre fin à la "paupérisation" des personnels soignants. En France, le salaire d'embauche d'un infirmier hospitalier est de 1.340 euros net, et il peut espérer terminer sa carrière à 2.400 euros net. Selon les derniers chiffres publiés par l'OCDE, les 300.000 infirmièr(e)s français(es) qui travaillent à l'hôpital public sont en queue de peloton de l'Union européenne concernant leur rémunération, à la 22ème place sur 33. Ce décrochage s’explique, entre autres, pour des raisons historiques, mais aussi par la répartition du temps de travail.

Si les infirmières en France sont mal payées, c'est d'abord un héritage de l'histoire. Pendant longtemps, cette mission a été confiée aux religieuses qui soignaient par vocation, et donc gratuitement. Il en est resté quelque chose, à l'hôpital comme dans les métiers de l'enseignement d’ailleurs, souvent endossés par des religieux dans le passé.

Des infirmières qui font davantage de gestes médicaux dans certains pays

Ce contexte n’existe pas toujours à l'étranger où l'approche est plus neutre : un diplôme d'infirmier donne tout bêtement des compétences, qui correspondent à un niveau de salaire. Et puis en France, il y a aussi la question du statut de la fonction publique hospitalière qui pèse sur la feuille de paie, comme l’explique Muriel Salle, historienne de la santé : "Cela peut conduire les infirmières à accepter un moindre niveau de rémunération, comme étant le prix à payer pour avoir la sécurité de l’emploi."

Et puis, les infirmières ne font pas exactement le même métier en fonction des pays. En Scandinavie ou dans les pays anglo-saxons, elles font plus de gestes médicaux qu'en France et sont donc mieux rémunérées. Enfin, dernière différence : le temps de travail. Les infirmières travaillent 40 heures par semaine en Allemagne contre 35 heures en France, ce qui explique en partie l'écart de salaire mensuel. Sauf que si l’on compare le salaire horaire, les Allemandes continuent à gagner plus que les Françaises.

Europe 1
Par Eve Roger, édité par Romain David