Coronavirus : "Nous avons mis en place des moyens exceptionnels dans nos Ehpad", assure Korian

, modifié à
  • A
  • A
"Aujourd'hui, les tests ne sont pas systématiques" dans les Ehpad, regrette Nadège Plou, directrice des ressources humaines de Korian France (photo d'illustration) 0:58
"Aujourd'hui, les tests ne sont pas systématiques" dans les Ehpad, regrette Nadège Plou, directrice des ressources humaines de Korian France (photo d'illustration) © Loic Venance / AFP
Partagez sur :
Invitée de la matinale d'Europe 1, Nadège Plou, la directrice des ressources humaines de Korian France, est revenue sur la gestion de la pandémie dans les Ehpad du groupe. Elle explique que des mesures strictes de protections sont appliquées, et appelle à ce que les résidents soient prioritaires concernant les tests de dépistage. 
INTERVIEW

"C'est une pandémie exceptionnelle. Et à pandémie exceptionnelle, nous avons mis en place des moyens exceptionnels", a commencé lundi au micro d'Europe 1 Nadège Plou, la directrice des ressources humaines de Korian France, qui gère de nombreux Ehpad. Depuis le début de l'épidémie de coronavirus en France, la situation dans les Établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes est dramatique avec plus de 4.500 décès et un nombre inconnu de personnes contaminées.

 "Nous appliquons strictement les mesures de confinement"

"Nous réagissons chaque jour", indique Nadège Plou, qui explique que le groupe a mis en place une équipe de recruteurs afin d'avoir le vivier de personnel nécessaire pour que les équipes d'aides-soignants dans les Ehpad puissent "souffler au quotidien". 

Interrogée sur le respect des mesures de distanciation sociale, la directrice des ressources humaines du groupe Korian est claire : "Nous appliquons strictement les mesures de confinement", dit-elle, répondant à un auditeur qui affirmait que certaines personnes étaient "entassées dans des chambres (...) pour faire du chiffre".

"Nous avons des chambres doubles puisque nous accueillons aussi des couples", explique Nadège Plou, "mais être en confinement ça peut aussi dire être en confinement dans une seule chambre. Donc ça veut dire avoir des mesures de protection et notamment porter des masques pour faire en sorte que le virus ne se transmette pas de résident à résident", poursuit-elle, alors que Korian est mis en cause dans sa gestion de plusieurs Ehpad. 

Concernant les moyens alloués aux personnels dans les Ehpad, là aussi les propos de Nadège Plou sont tranchés. "Tous sont équipés", assure-t-elle. "Ils ont des gants, des charlottes et des surblouses". Si un membre du personnel soignant n'est pas en contact direct avec les résidents atteints du Covid-19, alors il porte un masque chirurgical, explique Nadège Plou, mais porte un masque FFP2 "quand il s'agit de prodiguer des soins de contact, comme la toilette du visage par exemple". 

"Les personnes fragilisées doivent être prioritaires pour obtenir des tests"

"Aujourd'hui, les tests ne sont pas systématiques" dans les Ehpad, regrette Nadège Plou, qui affirme que le groupe Korian a "poussé pour obtenir un maximum de tests". "Aujourd'hui, ils sont sous l'égide de l'autorité publique", regrette-t-elle, affirmant que les "personnes fragilisées doivent être prioritaires pour obtenir des tests".

"Nous l'avons déjà fait dans plusieurs établissements ça nous permet d'aller au-delà du confinement (...) Et de rendre hermétiques différents étages pour faire en sorte qu'il n'y ait pas de contamination, afin de lutter contre la propagation de ce virus", justifie-t-elle. En attendant les tests, une mesure a été prise, conclut Nadège Plou. Si une personne est suspectée et ne peut être dépistée, alors le port de masques "devient systématique". 

Europe 1
Par Ariel Guez