Coronavirus : 50.618 décès en France, les hospitalisations toujours en baisse

, modifié à
  • A
  • A
Le nombre de malades du Covid-19 hospitalisés est passé sous les 30.000, selon les chiffres publiés mercredi par Santé Publique France.
Le nombre de malades du Covid-19 hospitalisés est passé sous les 30.000, selon les chiffres publiés mercredi par Santé Publique France. © AFP
Partagez sur :
En France, alors qu'Emmanuel Macron a dévoilé mardi un calendrier de déconfinement en trois étapes, le nombre de malades du Covid-19 hospitalisés a poursuivi sa décrue mercredi, en passant sous la barre des 30.000. 
L'ESSENTIEL

En France l’horizon s’éclaircit : le président Emmanuel Macron a confirmé lors d’une allocution télévisée mercredi soir la baisse des indicateurs de suivi de l’épidémie de Covid-19. Le chef de l’Etat a également dévoilé un calendrier de déconfinement en trois étapes à partir de samedi, et étalées jusqu’au 20 janvier. Selon nos informations, les bars ne pourraient en revanche pas rouvrir avant le 1er février. Par ailleurs, le nombre de malades du Covid-19 hospitalisés est passé sous les 30.000 mercredi.  

Les principales infos à retenir :

  • En France le déconfinement se fera en trois étapes, prévues le 28 novembre, le 15 décembre, puis le 20 janvier
  • Selon les informations d'Europe 1, les bars pourraient ne pas rouvrir avant le 1er février
  • Jean Castex doit s'exprimer jeudi matin pour détailler les mesures annoncées par Emmanuel Macron
  • Les premiers vaccins seront disponibles fin décembre - début janvier

50.618 décès en France, les réanimations continuent de baisser

Le nombre de malades du Covid-19 hospitalisés est passé sous les 30.000, selon les chiffres publiés mercredi par Santé Publique France, qui fait état de 16.282 nouveaux cas et 384 nouveaux décès en 24 heures à l'hôpital. Le nombre de patients hospitalisées avait passé la barre des 30.000 le 8 novembre, augmentant jusqu'à plus de 33.000 mi-novembre avant d'entamer une décrue pour atteindre mercredi 29.944.

La pression continue à baisser également en réanimation, avec un total de 4.136 patients Covid en réa et soins intensifs (4.277 mardi), dont 258 nouvelles admissions en 24 heures (270 mardi). 16.282 nouveaux cas positifs ont par ailleurs été confirmés, contre 9.155 mardi et 4.452 lundi. C'était alors la première fois qu'ils repassaient sous la barre des 5.000 depuis fin septembre, un chiffre qui est toutefois toujours moins élevé après le weekend, quand moins de tests sont pratiqués.

384 nouveaux décès ont été enregistrés à l'hôpital en 24 heures, portant le total à 50.618 en France depuis le début de l'épidémie (dont 34.780 à l'hôpital). La barre des 50.000 morts avait été dépassée mardi. 

Un allègement du confinement en France, les bars devront patienter 

Le président Emmanuel Macron a annoncé mardi un allègement du confinement, alors que le pays a franchi la barre des 50.000 décès dus au Covid-19. Cet allègement débutera samedi 28 novembre avec notamment la réouverture des petits commerces et la reprise des offices religieux. L'attestation restera nécessaire pour les sorties, mais permettra de se déplacer plus loin de son domicile (20 km) et plus longtemps (3 heures contre 1 heure actuellement). 

Le 15 décembre, le confinement sera remplacé par un couvre-feu (avec une exception pour les soirées de Noël du 24 et du Nouvel An du 31) et les cinémas, théâtres et musées pourront rouvrir sous conditions. Les restaurants ne pourront toutefois rouvrir que le 20 janvier, si la situation sanitaire le permet. Quant aux bars, Europe 1 révèle ce mercredi qu'ils ne pourront pas rouvrir avant le 1er février.

Tous les trains grandes lignes devraient circuler pour les vacances scolaires si l'évolution de la situation sanitaire permet la levée du confinement comme prévu le 15 décembre, a indiqué de son côté la SNCF. Les réservations en ligne ont d'ailleurs enregistré un bon de 400% mardi soir, pendant l'allocution du président.

Le Premier ministre, Jean Castex, tiendra une conférence de presse jeudi matin pour détailler les annonces d'Emmanuel Macron, a indiqué Matignon peu après la fin de la prise de parole du chef de l'État.

Quelle stratégie vaccinale ?

Mardi soir, Emmanuel Macron s'est refusé à rendre obligatoire en France la vaccination contre le coronavirus. Il a indiqué que la vaccination débutera dès fin décembre-début janvier, avec un déploiement "massif", en commençant par les personnes sensibles, car la stratégie vaccinale repose sur des vaccins différents qui n'arriveront pas tous en même temps. "La stratégie à plusieurs vaccins vise à pouvoir vacciner très rapidement les personnes à risque, susceptibles de développer des formes graves. Dans ce cas, le rapport bénéfice/risque est évident", explique à Europe 1 le professeur Jean-Daniel Lelièvre qui dirige le service des maladies infectieuses de l'hôpital Henri Mondor à Créteil.

L'UE signera mercredi un nouveau contrat de précommande de vaccins - le sixième - avec la société américaine Moderna, pour fournir jusqu'à 160 millions de doses, a indiqué la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. On vous explique dans cet article pourquoi c'est l'Union européenne qui s'est chargée de passer toutes ces commandes.

Par ailleurs, au micro d'Europe 1, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a confirmé la tenue d'un "débat démocratique", déjà annoncé par Emmanuel Macron, et visant la mise en place de mesures contraignant les personnes testées positives au Covid-19 à s'isoler. Il rappelle que d'autres pays européens ont déjà légiféré en la matière, et appliquent des sanctions. 

De nouvelles aides pour les entreprises

Les entreprises "qui resteront fermées administrativement" dans les prochaines semaines, comme les restaurants, pourront obtenir une aide correspondant à 20% de leur chiffre d'affaires annuel, au lieu des 10.000 euros déjà proposés par le fonds de solidarité, a indiqué mardi Emmanuel Macron. Cette mesures concerne notamment "les restaurants, les bars, les salles de sport, les discothèques, tous les établissements qui resteront fermés administrativement, quelle que soit leur taille."

L'agacement du clergé

Dès samedi, les messes pourront à nouveau être célébrées en public, à condition qu'elle réunissent 30 personnes au maximum. Une mesure contestée par Monseigneur Matthieu Rougé, évêque de Nanterre, qui a estimé mercredi sur Europe 1 que la limite de 30 personnes était "à la fois irrespectueuse et incohérente", notamment en raison des différences de taille entre les édifices religieux. Au micro d'Europe 1, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a pourtant estimé que cette "jauge" apportait suffisamment de "clarté" pour permettre la reprise des cultes.

Les pays touchés par la pandémie se préparent à des fêtes de Noël dans l'intimité

Un Noël en petit comité, sans grande réunion de famille, est sans doute "la meilleure option" en ces temps de pandémie pour la majorité des pays, selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Les régions allemandes plaident de leur côté pour une limitation à dix personnes issues de plusieurs foyers du nombre de participants aux fêtes de Noël et du Nouvel an, avec une mise en quarantaine avant et après les festivités. Les enfants de moins de 14 ans ne seraient pas inclus dans ce décompte. Par la voix de sa chancelière Angela Merkel, l'Allemagne a par ailleurs annoncé mercredi le prolongement jusqu'à début janvier de ses restrictions pour lutter contre le Covid-19, comme la fermeture des bars et restaurants et les limitations de participants à des réunions privées. "Nous devons encore faire des efforts (...) le nombre d'infections quotidiennes se situe encore à un niveau beaucoup trop élevé", a déclaré la dirigeante.

Au Royaume-Uni, trois foyers pourront se rassembler pendant cinq jours maximum, du 23 au 27 décembre, et les familles pourront se déplacer au sein du pays, a indiqué le gouvernement.

Les Etats-Unis vont lancer une campagne massive de vaccinations

L'immense logistique nécessaire à la distribution de millions de doses du vaccin Pfizer/BioNTech contre le Covid-19 est prête, ont assuré mardi des responsables américains, qui prévoient de distribuer 6,4 millions de doses dès le feu vert de l'Agence des médicaments (FDA) attendu dans moins de trois semaines. Et "40 millions avant la fin de l'année", a dit le général Gus Perna, le chef des opérations de l'opération Warp Speed, montée par le gouvernement de Donald Trump pour soutenir le développement et la distribution des vaccins.

De son côté, UPS accélère la production de glace pour les vaccins. Le géant de la logistique UPS a augmenté sa capacité de production de glace sèche dans ses entrepôts pour pouvoir stocker et transporter des vaccins contre le Covid-19, et a développé des congélateurs pour les petits établissements de santé. L'entreprise a indiqué qu'elle était désormais en mesure de produire plus de 500 kilos de glace sèche par heure dans ses entrepôts américains pour l'entreposage et le transport des vaccins.

Par ailleurs, le comté de Los Angeles en Californie a décidé la fermeture dès mercredi soir - et pour au moins trois semaines - des restaurants, brasseries et bars, qui ne pourront pratiquer que la vente à emporter, selon un communiqué des autorités sanitaires

Plus de 60 millions de cas dans le monde

Plus de 60 millions de cas ont été officiellement détectés dans le monde depuis le début de la pandémie, selon un comptage réalisé par l'AFP à partir des bilans fournis par les autorités mercredi à 18h30 GMT. Au total 60.014.291 cas, dont 1.415.258 décès, ont été recensés dans le monde depuis le début de la pandémie en Chine en décembre 2019. 

L'Europe, avec 17,1 millions de cas confirmés (pour près de 388.000 décès), est la région qui recense le plus de cas actuellement, mais la progression de l’épidémie y ralentit. Ces sept derniers jours, 1,7 million de nouveaux cas ont été enregistrés dans les 52 pays de la région européenne, soit 10% de moins que la semaine précédente.

Derrière l'Europe, les régions les plus touchées en nombre total de cas détectés sont les Etats-Unis et le Canada (13 millions, 272.183 décès), l'Amérique latine et les Caraïbes (12,6 millions, 438.098), et l'Asie (12,1 millions, 190.108). Suivent le Moyen-Orient (3,2 millions de cas, 75.700 décès), l'Afrique (2,1 millions, 50.422) et l'Océanie (plus de 30.000 cas, 941 morts)

Europe 1
Par Europe 1 avec AFP