Une guitare royale, deux nouveaux films à Venise, des nouvelles d’Hadopi, des artistes qui s’engagent et une chanson totalement de saison

  • A
  • A
7:05
Le journal de la culture est une chronique de l'émission Culture médias
Partagez sur :

Une guitare Martin-D18 construite en 1942 d’Elvis Presley a été vendue 1,32 million de dollars à un fan anonyme. "One night in Miami" de l’actrice et réalisatrice Regina King et "La voix humaine" de Pedro Almodovar viennent compléter la sélection du festival de Venise. 11 ans après sa création, l’Hadopi s’avère être un véritable gouffre financier. En Grande Bretagne, 700 artistes ou acteurs de l’industrie musicale se sont mobilisés à travers une lettre ouverte pour combattre la haine qui peut parfois sévir dans le monde de la musique. Une lettre écrite en réaction notamment à une série de tweets antisémites publiés par le rappeur Wiley il y a quelques jours.

Une guitare d’Elvis Presley a battu des records ce lundi.

Cette guitare acoustique, c’est une Martin-D18 construite en 1942. Le King l’a utilisé 12 ans plus tard de 1954 à 1956 pour l’enregistrement de son album "The Sun Sessions". Le fan, anonyme pour le moment, n’a pas hésité à déboursé 1,32 million  de dollars pour assouvir son obsession fétichiste. C’est avec cette guitare que Presley a joué un de ses tubes "Good Rockin Tonight".

 

Dans un autre style, deux nouveaux films viennent compléter la sélection du festival de Venise.

Nous vous parlions il y a quelques jours des films qui vont être présentés dans le cadre de la Mostra. Mais on ne nous avait pas tout dit ! Les organisateurs viennent d’annoncer que le film "One night in Miami" de l’actrice et réalisatrice Regina King ainsi que le court-métrage "La voix humaine" de Pedro Almodovar vont eux aussi être projetés lors du prochain festival. "One night in Miami" se déroule la nuit du 25 février 1964, alors que le jeune boxeur Cassius Clay vient de devenir champion du monde. Il part alors fêter sa victoire dans le quartier noir de Miami avec le militant des droits civiques Malcom X, le chanteur Sam Cook et la star du football américain Jim Brown. Et cette nuit-là va totalement changer le cours de l’histoire. C’est intriguant. De  son côté, Pedro Almodovar viendra présenter son adaptation cinématographique de la pièce de Jean Cocteau. C’est son premier film en anglais. Son actrice Tilda Swinton va en effet être honoré par un Lion d’Or d’honneur. Le court-métrage devrait logiquement être projeté à cette occasion. 

11 ans après sa création, l’Hadopi s’avère un gouffre financier.

Hadopi, c’est cet organisme créé par le gouvernement Sarkozy en 2009 qui voulait mettre des amendes aux pirates qui téléchargeaient illégalement des contenus sur le net. Et selon nos confrères du site NextContact, c’est un fiasco total, un échec, la bérézina ! Depuis ses débuts, l’Hadopi (la Haute Autorité pour la Diffusion des Œuvres et la Protection des droits sur Internet) a récolté 87.000 euros d’amende, dont un tiers dans l’année qui vient de s’écouler. Mais problème, en 11 ans, elle a coûté 82 millions d’euros à l’État français, soit presque 1.000 fois plus que les gains qu’elle a engrangé. La somme des amendes correspondent à seulement quatre jours de fonctionnement de l’organisme. Autre souci, l’Hadopi se focalise sur les fichiers en peer to peer alors que les usages des internautes ont évolué vers le streaming. L’Hadopi semble donc totalement dépassée et surtout beaucoup trop onéreuse pour un gouvernement qui ne cesse de répéter son désir d’économie. On attend donc désormais la réaction de Madame Bachelot sur ce dossier.

Sur l’île de Ré, une vingtaine d’artistes vont participer à la restauration d’une église.

Oui, à travers une exposition qui ouvre ses portes aujourd’hui et qui se déroulera jusqu’au 14 août. Le but de cet exposition ? Poursuivre la restauration de l’église Saint Etienne, le joyau gothique d’Ars-en-Ré. Les artistes se sont engagés en faisant don d’une de leurs oeuvres qui sera vendue au profit de la Fondation du Patrimoine. L’exposition s’articule autour du thème des "Ex-Votos". Parmi les artistes présents, on retrouve entre autre Nicole Garcia, Fabrice Hyber, Eva Jospin ou encore le comédien Louis-Do de Lencquesaing. Mais aussi Vincent Darré, architecte, designer de renom et icône des nuits parisiennes à l’époque du Palace. Il a signé une aquarelle représentant l’église auréolée d’un coeur, d’un oeil et d’une main. Et Vincent Darré m’a expliqué comment cette église l’avait inspiré.

"Dès que j’entends parler d’une église, j’y vois tout de suite des ex-votos et j’y vois aussi un coté surréaliste. Et puis en plus aussi, c’est une église qui est au bord de la mer et les ex-votos sont assez représentatifs des marins. C’est une chose bénévole donc le cœur, je trouvais que ça allait bien avec l’histoire". 

L’exposition est donc visible dès aujourd’hui au Cercle Nautique sur le port d’Ars-en-Ré ainsi qu’au Presbytère. Certaines œuvres sont vraiment très belles, ça vaut vraiment le coup d’aller faire un tour si vous êtes dans le coin. 

En Grande Bretagne, des chanteurs se mobilisent pour combattre la haine.

Ils sont plus de 700 artistes ou acteurs de l’industrie musicale. On retrouve par exemple les chanteuses Lily Allen et Rita Ora, le groupe Years and Years, le chanteur James Blunt ou encore la légende Nile Rodgers. Dans une lettre ouverte partagée en ligne, tous ces artistes dénoncent la xénophobie, l’antisémitisme, l’islamophobie, l’homophobie ou la transphobie qui peuvent parfois sévir dans le monde de la musique. Une lettre écrite en réaction notamment à une série de tweets antisémites publiés par le rappeur Wiley il y a quelques jours. Son compte Twitter avait été désactivé suite à ces publications et le rappeur a depuis présenté ses excuses. Mais, dans cette tribune, les artistes et maison de disques anglaises entendent manifester leur colère et réclament un changement de mentalité. Ils s’engagent à développer des valeurs d’entraide et d’empathie dans leur activités artistiques. 

Et dans la même veine, l’acteur Ryan Reynolds lui passe à l’action.

Le comédien hollywoodien, qui incarne le super-héros Deadpool sur grand écran, se mobilise également pour casser les inégalités. Il vient en effet de lancer un projet très concret visant a former des personnes issues des minorités au métier du cinéma.

Extrait Ryan Reynolds "Je vais débuter le tournage d’un nouveau film cet automne et je m’engage à recruter 10 à 20 stagiaires de tous les âges issus des minorités et des communautés marginalisées. Ces nouvelles recrues seront payées, logées et leurs déplacements seront payés sur mon salaire. Ils vont pouvoir vivre le quotidien d’un tournage professionnel. Ils vont acquérir une expérience qu’ils pourront utiliser dans leur boulot ou, s’ils ne sont pas trop déçus, se lancer dans une carrière cinématographique". 

Ryan Reynolds appelle les futurs stagiaires à postuler via un site internet qu’il a créé pour l’occasion. Les candidatures se font en ligne mais quelque chose me dit qu’il devrait y avoir beaucoup de demandes. Ça risque de se bousculer au portillon.

Deux nouvelles têtes : la chanteuse Emma Hoet et le musicien Blowsom. 

Deux artistes qui viennent de sortir un titre parfaitement de saison. Ça s’appelle "Arrogance bikini". C’est frais comme un verre de rosé dégusté sous une tonnelle ou comme une sieste dans une bouée flamand rose au milieu d’une piscine. C’est charmant comme une glace à l’eau ou une ballade romantique en bord de plage.