Covid-19 : combien coûterait un nouveau reconfinement ?

, modifié à
  • A
  • A
Le ministère de l'économie prévoit une perte d'activité de 10 à 18 %. 1:11
Le ministère de l'économie prévoit une perte d'activité de 10 à 18 %. © BERTRAND GUAY / AFP
Partagez sur :
Alors que la menace d'un nouveau reconfinement se profile, Bercy milite pour que les commerces puissent rester ouverts afin de l'imiter les conséquences sur l'économie. Selon les projections du ministère, une perte d'activité de 10 à 18 % est à prévoir, selon le scénario retenu par le gouvernement. 

Qui dit reconfinement dit perte d'activité pour les entreprises. Alors que le gouvernement étudie plusieurs scénarios, dont un reconfinement "très serré", le ministère de l'Economie craint les effets d'une décision trop stricte. Il milite donc pour qu'une bonne partie des magasins restent ouverts. Les organisations patronales ont déjà fait remonter au ministère leurs inquiétudes quant aux conséquences si le pays devait se remettre à l'arrêt. En effet, plus les mesures prises seront dures, plus l'impact sur l'économie sera important, ce que veut éviter Bruno Le Maire

Entre 10 et 18 % de perte d'activité 

Selon les projections du ministère de l'Economie le reconfinement entrainerait une perte d'activité entre 10 et 18 %. Plus précisément, le cas le moins défavorable serait celui d'une fermeture des collèges, des lycées et des restaurants d'entreprise pour lutter contre la propagation du coronavirus. Les pertes seraient alors de "seulement" 10% par rapport à un niveau d'avant crise. En fermant en plus les magasins dits "non-essentiels", la chute atteindrait 13 %. Le dernier scénario, incluant la fermeture des écoles et des crèches, entrainerait une perte d'activité de 18 %.

Seule note positive : la baisse n'atteindra par les niveaux du printemps dernier. Lors du premier confinement, la perte d'activité avait alors été de 32 %. Bruno Le Maire avait tout de même déjà précisé qu'un mois de confinement coûtait au minimum onze milliards d'euros à l'Etat en comptabilisant toutes les aides et les dépenses. Celui de novembre, lui, avait entrainé une perte d'activité de 12 %.

Europe 1
Par Aurélien Fleurot, édité par Guilhem Dedoyard