Confinement : duel virtuel entre le pilote de F1 Esteban Ocon et l'espagnol Carlos Sainz Jr.

  • A
  • A
Esteban Ocon 1:37
Le pilote français Esteban Ocon s'entraîne aussi grâce aux jeux vidéo. © GIUSEPPE CACACE / AFP
Partagez sur :
Après un mois de confinement, loin des circuits, le pilote français de Formule 1 Esteban Ocon affrontera vendredi soir son adversaire espagnol Carlos Sainz Jr. La course sera retransmise en direct sur L'Équipe TV mais restera un peu particulière... puisque les deux coéquipiers de Renault s'affronteront sur le jeu vidéo Gran Turismo.
INTERVIEW

Avis aux adeptes de Formule 1, la chaîne L'Équipe TV propose un programme surprenant à ses téléspectateurs confinés. Vendredi, à 19 h, le pilote français de la team Renault F1, Esteban Ocon, affrontera l'espagnol Carlos Sainz Jr. sur le jeu vidéo Gran Turismo Sport, disponible sur PlayStation.

"Voilà le siège, avec la position comme en F1 avec les pédales inclinées", explique Esteban Ocon, présentant l'habitacle de son "véhicule" à Europe 1. Adepte de ces jeux vidéos, la nouvelle génération de pilotes F1 s'en sert de plus en plus comme de simulateurs.

 

"Maintenant, on peut simuler très correctement notre sport"

Chez ses parents en Normandie, casquette jaune aux couleurs de son écurie française, Esteban Ocon s'installe dans son siège façon F1, face à un écran avant d'allumer sa console. "Les jeux de simulation et Gran Turismo ont toujours fait partie de ma vie", raconte-t-il. "J'ai grandi avec ce jeu qui m'a forgé en tant que pilote professionnel, parce que ça fait énormément d'entraînement."

 

En effet, si le pilote de F1 s'amuse aussi sur ces jeux entre les courses en temps normal, le confinement est une période particulièrement propice à ce genre d'entraînement virtuel. "Si le confinement avait eu lieu il y a trente ans, le temps aurait été bien plus long pour nous, pilotes", admet-il. "Mais maintenant, on peut simuler très correctement notre sport."

Grâce à ces jeux, Esteban Ocon dit parvenir à maintenir sa condition physique. Si bien que si la saison de F1 commençait demain, dit-il, il serait "immédiatement opérationnel" pour prendre les commandes de sa vraie F1.

Europe 1
Par Axel May, édité par Pauline Rouquette