Les commerçants attendent beaucoup de ce premier week-end déconfiné

, modifié à
  • A
  • A
Ce samedi est considéré comme celui de la reprise pour les commerçants. 1:24
Ce samedi est considéré comme celui de la reprise pour les commerçants. © ALAIN JOCARD / AFP
Partagez sur :
Pour ce premier week-end de réouverture des magasins, les commerçants se sont préparés à accueillir de nombreux clients et espèrent que la journée sera bonne. De leur côté, les centres commerciaux, également rouverts, ont placé la sécurité sanitaire au centre de leur dispositif. 

Un premier week-end assis en terrasse ou à faire du lèche vitrine. Comme les terrasses des bars, les magasins sont de nouveaux ouverts depuis mercredi. Alors forcément, en ce premier samedi où le shopping ne se fait plus obligatoirement via un écran, les commerçants s'attendent à voir beaucoup de clients. "On est prêt, super prêt", confie ainsi au micro d'Europe 1 Anne Crozet, qui tient une boutique de décorations dans le quartier parisien de la Bastille. 

"On espère que ce samedi sera très porteur en termes de chiffre d'affaires"

"On a eu deux mois pour se préparer, on espère que ce samedi sera très porteur en termes de chiffre d'affaires. On espère avoir du monde." La commerçante a même pris le temps de repeindre sa boutique aux couleurs de l'été pour être certaine d'attirer du monde. 

De son côté Yohan, commerçant qui tient une boutique de vêtements pour femmes à quelques rues de là, est lui aussi prêt à voir défiler les clients. Et s'il n'a pas repeint sa boutique, il mise sur les prix. Il a donc choisi de mettre en avant des produits qui bénéficient d'une remise. "Ce manteau se retrouve déjà à -30%, il faut le vendre maintenant", explique-t-il en le prenant en main.

La sécurité sanitaire, première préoccupation des centres commerciaux

Mais les boutiques ne sont pas les seules à se préparer pour ce samedi considéré comme la véritable reprise, les centres commerciaux sont eux aussi sur le qui-vive. Car si beaucoup de monde est attendu, la sécurité sanitaire reste la priorité absolue. C'est pour cela que cette semaine, Michel Lalande, le préfet du Nord, est allé faire une tournée d’inspection des règles et du protocole sanitaire dans plusieurs centres commerciaux, notamment celui d’Euralille, sur le territoire de la capitale des Flandres.

Une visite accompagnée par le directeur du site, et qui commence par l'entrée du centre : "On a un système de compteur sur toutes les entrées, pour un comptage en temps réel avec une jauge limitée à un peu plus de 1.400 personnes pour cette ouverture", explique-t-il au préfet. 

Des capteurs de CO2

Dans ce temple de la consommation, la règle, c'est un visiteur pour 10 mètres carrés. "Quand on aura atteint un certain seuil, on bloquera la porte et on fera rentrer les gens au fur à mesure que d'autres sortent", appuie encore le directeur du site. 

Et pour rassurer un peu plus les autorités, le directeur a fait installer des capteurs de CO2 qui surveillent la qualité de l'air et permettent de limiter l'éventuelle circulation du virus. "On est à 467 ppm, très légèrement au dessus de ce qu'on peut trouver à l'extérieur", indique-t-il lors de la visite de Michel Lalande. Et si les vitrines des 120 magasins du centre commercial affichent le nombre de clients autorisés, ce dernier prévient que des contrôles de police seront effectués. Mais "ce n'est pas la police qui va venir toutes les minutes. Contrôler ça, ce n'est pas son métier, c'est celui du professionnel qui est là. C'est un exercice d'exigence", avance le haut-fonctionnaire. 

Désormais, la seule incertitude pour les commerçants est de savoir si les Français préféreront le shopping aux terrasses.  

Europe 1
Par Carole Ferry et Lionel Gougelot, édité par Ugo Pascolo