Coronavirus : 61.978 morts en France, la circulation du virus reste élevée

, modifié à
  • A
  • A
Près de 15.000 tests positifs au Covid-19 ont été enregistrés en France en 24 heures.
Près de 15.000 tests positifs au Covid-19 ont été enregistrés en France en 24 heures. © Ludovic MARIN / POOL / AFP
Partagez sur :
Le Conseil d'Etat a validé mercredi la fermeture des théâtres et cinémas, décidée par le gouvernement jusqu'au 7 janvier au moins, au vu du "contexte sanitaire" et du "risque d'augmentation de l'épidémie à court terme". La France, qui compte 61.978 morts du Covid-19 selon les chiffres publiés mercredi, autorise par ailleurs à partir de ce mercredi certains retours du Royaume-Uni, pays dans lequel une variante du coronavirus a été identifiée.
L'ESSENTIEL

Après la panique de ce week-end autour de la nouvelle souche de Covid-19 au Royaume-Uni, l'heure semblait au retour au calme et au desserrage de vis mercredi. La France a autorisé, sous réserve de test Covid sensible au nouveau variant négatif, le retour des Français et des personnes qui résident en France ou dans l'espace européen ou "doivent effectuer des déplacements indispensables" depuis le Royaume-Uni.

Le Conseil d'Etat a par ailleurs validé mercredi la fermeture des théâtres et cinémas, décidée par le gouvernement jusqu'au 7 janvier au moins, au vu du "contexte sanitaire" et du "risque d'augmentation de l'épidémie à court terme". La France a encore enregistré près de 15.000 cas positifs au Covid-19 mercredi, avec 61.978 morts depuis le début de l'épidémie.

Les informations à retenir :

  • La France dénombre mercredi 61.978 décès du Covid-19 depuis le début de l'épidémie
  • La France autorise à partir de ce mercredi, sous réserve de test Covid négatif, certains retours du Royaume-Uni
  • Le Conseil d'Etat valide la fermeture des cinémas et théâtres au vu du "contexte sanitaire"
  • Fin de l'isolement pour Castex et Ferrand, testés négatif

La France compte 61.978 morts du Covid-19, les hospitalisations en baisse

La France a enregistré 14.929 nouvelles contaminations au Covid-19 sur les dernières 24 heures selon les chiffres publiés par Santé publique France mercredi, très loin de l'objectif que s'était fixé le gouvernement pour la mi-décembre il y a quelques semaines. Ce chiffre est "minimal et non consolidé" à cause de difficultés "dans la remontée des résultats de tests", fait savoir Santé publique France. Le nombre de patients en services de réanimation ou de soins intensifs était en baisse rapport à mardi, à 2.710, soit 18 patients de moins dans ces services en 24 heures. Au total, les hôpitaux comptaient 24.884 malades du Covid-19 mercredi, soit 80 patients de moins en 24 heures.

Santé publique France a annoncé 276 décès supplémentaires à l'hôpital mercredi au cours des dernières 24 heures. Le nombre total de morts depuis le début de l'épidémie s'élève à 61.978. Face à des indicateurs épidémiques qui restent élevés, plusieurs professionnels de santé alertent sur un risque de troisième vague au lendemain des fêtes de fin d'année, et appellent à des mesures de restriction supplémentaires, voire à un confinement préventif pendant le Nouvel An.

Le Conseil d'Etat valide la fermeture des cinémas et théâtres au vu du "contexte sanitaire"

Le Conseil d'Etat a validé mercredi la fermeture des théâtres et cinémas, décidée par le gouvernement jusqu'au 7 janvier au moins, au vu du "contexte sanitaire" et du "risque d'augmentation de l'épidémie à court terme". Saisie par des professionnels de la culture, la plus haute juridiction administrative leur a toutefois donné partiellement raison en précisant que si la situation venait à s'améliorer sur le front du coronavirus, "leur fermeture ne pourrait être maintenue au seul motif qu'il existe un risque" de contamination dans ces lieux. Mercredi soir sur Europe 1, la codirectrice du théâtre parisien Le Monfort, Laurence de Magalhaes, a résumé par la formule "on a perdu mais on a gagné quand même" le sentiment des professionnels de la culture à la suite de cette décision, comme vous pouvez le lire ici.

Macron devrait bientôt revenir à l'Élysée, Castex déconfiné

Emmanuel Macron, dont l'état de santé "présente des signes d'amélioration" mercredi, ne devrait pas passer Noël à La Lanterne, la résidence versaillaise dans laquelle il s'était isolé après avoir été testé positif au Covid-19 la semaine dernière. La parenthèse médical du président devrait bientôt se terminer. Si Emmanuel Macron ne présente plus de symptômes ou n'a plus de fièvre d'ici jeudi, il pourra sortir de son isolement. Les derniers bulletins de santé du chef de l'État ont été suffisamment rassurants.

Le Premier ministre Jean Castex et le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand, tous deux cas contact d'Emmanuel Macron, ont mis fin mercredi à leur période d'isolement après avoir été testés négatif au Covid-19. "Cas contact du Président de la République, ne présentant aucun symptôme, et après avoir respecté une période d'isolement de 7 jours comme recommandé par les autorités de santé, le Premier ministre a procédé à un test PCR ce matin. Ce test étant négatif, cette période d'isolement prend donc fin aujourd'hui", a annoncé Matignon.

Le Premier ministre, qui avait dîné le mercredi 16 décembre à l'Elysée avec le président de la République en compagnie de nombreuses personnalités de la majorité, avait réalisé un premier test PCR dès jeudi dont le résultat était négatif. "Conformément aux consignes sanitaires en vigueur, le Président de l'Assemblée nationale, cas contact du Président de la République, a effectué un test RTPCR après la période d'isolement imposée. Le test est négatif", a indiqué pour sa part la présidence de l'Assemblée nationale dans un communiqué.

La France assouplit ses restrictions vis-à-vis du Royaume-Uni

La France a autorisé à partir de mercredi, sous réserve de test Covid négatif, le retour du Royaume-Uni des Français et des personnes qui résident en France ou dans l'espace européen ou "doivent effectuer des déplacements indispensables". Les personnes concernées seront "systématiquement soumises à l’obligation de disposer, avant le départ, du résultat d’un test négatif (au Covid-19) de moins de 72 heures", soit PCR soit antigénique, à condition qu'il soit sensible au nouveau variant mis en évidence outre-Manche.

Par ailleurs, un accord a été trouvé entre Londres et Paris pour rouvrir la frontière et ainsi résoudre la difficulté rencontrée par de nombreux routiers français et britanniques, coincés de part et d'autre de La Manche. Le port de Douvres a rouvert dans la nuit de mardi à mercredi, et des véhicules avec passagers ont débarqué à Calais pour la première fois depuis dimanche. Eurostar a également annoncé la reprise de la circulation de ses trains mercredi pour des "voyages depuis le Royaume-Uni vers l'Europe continentale", mais qui restent soumis à "conditions".

Mais cette reprise du trafic a été poussive, aucun ferry n'a par exemple quitté Calais mercredi après-midi. Du côté des ressortissants français, et en particulier des routiers, la situation est restée très compliquée, comme nous vous l'expliquons ici :

La variante du virus au cœur des débats

La branche européenne de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé mardi qu'elle allait réunir ses membres pour discuter des stratégies face à la nouvelle souche. De leur côté, les experts américains ont commencé à l'étudier, mais ils ne sont pour l'instant pas convaincus qu'elle soit plus contagieuse que les autres, a indiqué lundi un haut responsable américain. "Il n'y a pas de preuve tangible que ce virus soit effectivement plus contagieux, (mais) il y a des preuves claires qu'il est plus répandu dans la population", a déclaré le conseiller principal du programme gouvernemental de vaccination, Moncef Slaoui.

En France, l'exécutif se méfie d'un possible calcul politique des autorités britanniques sur le danger de cette nouvelle souche, comme nous vous l'expliquons dans cet article.

Quid de l'efficacité du vaccin face à la nouvelle souche ?

Le régulateur européen des médicaments a déclaré lundi qu'il n'existait "aucune preuve" permettant de dire que le vaccin Pfizer-BioNTech ne protégerait pas contre cette nouvelle souche du coronavirus. On fait le point dans cet article sur l'efficacité du vaccin contre cette variante qui inquiète toute l'Europe.

BioNTech est capable de fournir un nouveau vaccin "en six semaines" en cas de mutation du virus, comme l'a indiqué son co-dirigeant, Ugur Sahin, mardi matin. "En principe la beauté de la technologie de l'ARN messager est que nous pouvons directement commencer à concevoir un vaccin qui imite complètement la nouvelle mutation", a-t-il ajouté.

Le Royaume-Uni restreint les arrivées en provenance d'Afrique du Sud à cause d'une nouvelle mutation

Les autorités britanniques ont annoncé mercredi avoir identifié deux cas d'une autre nouvelle souche du coronavirus, "hautement préoccupante" car "plus contagieuse", en provenance d'Afrique du Sud, pays avec lequel des restrictions de voyage sont mises en place "immédiatement". "Ce nouveau variant est hautement préoccupant, parce qu'il est plus contagieux et semble avoir muté davantage que le nouveau variant qui a été identifié au Royaume-Uni", a déclaré le ministre de la Santé Matt Hancock, annonçant que quiconque a été en Afrique du Sud ou a été en "contact proche" avec quelqu'un qui est allé dans ce pays ces deux dernières semaines doit se mettre "immédiatement en quarantaine".

Comme les États-Unis avant lui, le Canada a approuvé le vaccin de la jeune firme américaine de biotech Moderna contre le Covid-19, a annoncé mercredi le ministère de la Santé dans un communiqué. Les autorités canadiennes avaient déjà donné leur feu vert au vaccin de l'alliance Pfizer-BioNTech le 9 décembre dernier, ouvrant la voie au lancement d'une campagne de vaccination historique au Canada moins d'une semaine plus tard. Le Premier ministre du pays, Justin Trudeau, a par ailleurs annoncé mercredi la prolongation jusqu'au 6 janvier de la suspension des vols en provenance du Royaume-Uni.

En France, premières vaccinations dimanche

La première campagne de vaccination contre le Covid-19 débutera dimanche en France dans "deux ou trois" établissements pour personnes âgées et concernera "quelques dizaines de résidents", a annoncé le ministre de la Santé Olivier Véran mardi soir sur TF1. Il a précisé que les premiers vaccins seraient "livrés samedi" sur le territoire.

Ensuite, cela sera étendu "à d'autres établissements le lundi puis le mardi. On va égrener comme ça progressivement, c'est l'initiation de la campagne vaccinale", a ajouté Olivier Véran. Des livraisons de vaccins "plus importantes" sont prévues pour "la fin du mois de décembre et au début du mois de janvier". Comme nous l'expliquons dans cette article, la police nationale envisage de mettre en place un dispositif spécifique pour garantir le bon déroulé de l'approvisionnement.

Plus de 1.7 million de morts 

La pandémie a fait au moins 1.703.500 morts dans le monde depuis son apparition, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles mercredi en milieu de journée. Plus de 77,9 millions de cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l'épidémie, dont plus de 18 millions aux États-Unis. Les États-Unis restent le pays le plus touché avec 322.849 morts officiellement comptabilisés, suivis par le Brésil (188.259 décès), l'Inde (146.444), le Mexique (119.495) et l'Italie (69.842).