Coronavirus : les remontées mécaniques resteront fermées en février

, modifié à
  • A
  • A
Les remontées mécaniques resteront fermées en février.
Les remontées mécaniques resteront fermées en février. © JEFF PACHOUD / AFP
Partagez sur :
Alors que les nouvelles mesures de restriction visant à freiner l'épidémie de coronavirus entrent en vigueur en France, le gouvernement a annoncé que les remontées mécaniques resteraient fermées en février dans les stations de ski. À contre-courant de ses voisins européens, l'Italie a elle assoupli ses restrictions en vigueur dans la plupart de ses régions.
L'ESSENTIEL

Bien qu'effectives depuis dimanche, c'est bien lundi que les nouvelles mesures de restriction visant à freiner l'épidémie de coronavirus sont entrées concrètement en vigueur en France. Elles comprennent notamment la fermeture des frontières et celle des plus grands centres commerciaux. Par ailleurs, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a durci le ton envers les restaurateurs qui seraient tentés de rester ouverts malgré l'interdiction. Dans les stations de ski, les remontées mécaniques resteront fermées en février. 

Avec 455 nouveaux décès, 76.512 personnes sont mortes en France depuis le début de l'épidémie. Outre-Manche, une opération massive de dépistage a été lancée contre le variant sud-africain du virus, tandis que l'Italie a rouvert ses bars et ses restaurants.

Les principales infos à retenir : 

  • Les remontées mécaniques vont rester fermées en février 
  • 76.512 morts en France depuis le début de l'épidémie
  • Astra Zeneca va livrer 9 millions de doses supplémentaires à l’UE au premier trimestre, Pfizer/BioNTech va augmenter ses livraisons
  • La France a adopté de nouvelles mesures de restriction, Bruno Le Maire veut supprimer les aides pour les restaurateurs récalcitrants
  • L'Italie a rouvert ses bars et ses restaurants

Les remontées mécaniques resteront fermées en février 

Les remontées mécaniques des stations de ski resteront fermées en février, sans qu'une date de réouverture n'ait été fixée, a annoncé lundi Matignon à l'issue d'une rencontre entre le Premier ministre Jean Castex et les acteurs de la montagne. "L'évolution de la situation sanitaire ne nous permet pas à ce stade de rouvrir les remontées mécaniques", a expliqué l'entourage de Jean Castex, en faisant observer qu'il n'y avait "pas de tendance à la réouverture générale" dans les autres pays européens. 

Les commerces de matériel de ski et des activités annexes, en amont de l'économie de la montagne, seront éligibles aux aides versées par le Fonds de solidarité et celles du plan Tourisme. Les entreprises ayant une activité "d'ingénierie, de menuiserie, ou encore de fabrication de remonte-pentes", pourront bénéficier notamment du soutien du Fonds de solidarité. Ce fonds verse une compensation de 20% du chiffre d'affaires, dans la limite de 200.000 euros, aux entreprises frappées indirectement par les fermetures administratives liées à la lutte contre la pandémie, si elles ont perdu 70% de leur chiffre d'affaires.

76.512 morts en France, la pression sur l'hôpital s'accroît 

Selon le dernier bilan publié par les autorités sanitaires, la France a recensé lundi 4.347 nouvelles contaminations. 455 nouveaux décès ont été enregistrés lors des dernières 24 heures, pour un bilan total de 76.512 morts en France depuis le début de l'épidémie. 27.914 patients sont actuellement hospitalisés pour Covid-19, soit 301 de plus que la veille. Avec 70 patients de plus par rapport à dimanche, 3.228 personnes se trouvent actuellement en réanimation. 

L'Italie rouvre ses bars et restaurants

À contre-courant de ses voisins européens l'Italie a assoupli lundi les restrictions anti-Covid en vigueur dans la plupart de ses régions, permettant la réouverture au public des bars et restaurants et de lieux aussi emblématiques que le Colisée, comme vous pouvez le lire ici, ainsi que la Chapelle Sixtine. Les restaurants peuvent désormais accueillir des clients à leurs tables jusqu'à 18h, mais en nombre limité et en respectant les règles de distanciation.

L'UE fait (un peu) plier AstraZeneca, Pfizer-BioNTech vont accélérer leurs livraisons

C’est une petite victoire, mais une victoire tout de même. L'Union européenne, critiquée de toutes parts pour la lenteur des vaccinations contre le Covid, a annoncé dimanche soir qu'elle recevrait au premier trimestre 30% de doses en plus d'AstraZeneca, mais prévenu que les mois de février et mars resteraient "difficiles". Au total, le laboratoire anglo-suédois "va fournir 9 millions de doses supplémentaires par rapport à ce qui était offert la semaine dernière, soit 40 millions au total", a écrit la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, sur Twitter.

L’objectif initial de livraison de 80 millions de doses au premier trimestre, que le laboratoire avait annoncé la semaine dernière ne pas pouvoir remplir, reste tout de même loin. En dépit des problèmes actuels, la dirigeante a également maintenu sur la chaîne allemande ZDF l'objectif de l'UE de vacciner 70% des adultes d'ici "la fin de l'été". Le 19 janvier, l'UE s'était également donné pour objectif de vacciner 80% des professionnels de la santé et des plus de 80 ans d'ici mars.

La vraie bonne nouvelle lundi est venue de Pfizer-BioNTech. Le dernier nommé a annoncé lundi une accélération des livraisons à l'Union européenne du vaccin développé avec le laboratoire américain, promettant jusqu'à 75 millions de doses supplémentaires au deuxième trimestre. 

Bayer va produire le vaccin CureVac dès 2022

Enfin, le géant allemand de la pharmacie Bayer a annoncé lundi qu'il allait produire dès 2022 le vaccin contre le Covid-19 développé par son concurrent CureVac, alors que le secteur est sous pression pour accélérer les cadences. "Nous disposons des compétences nécessaires pour produire le vaccin mRNA de CureVac", a indiqué Stefan Oelrich, directeur de la branche pharmaceutique du groupe, lors d'une conférence en ligne, ajoutant que l'objectif était une production de 160 millions de doses en 2022.

Mais les vaccins ne sont pas la seule solution pour lutter contre le coronavirus, et les chercheurs s’emploient à trouver un traitement qui soit enfin efficace. Europe 1 fait le point sur ce pan de la recherche et sur la colchicine, principal espoir de traitement.

Les restaurants qui restent ouverts seront privés du fonds de solidarité

Les restaurants clandestins qui enfreignent les règles en servant des clients à table verront leur accès au fonds de solidarité "suspendu pendant un mois", et définitivement en cas de récidive, a annoncé lundi le ministre de l'Economie Bruno Le Maire sur RTL. Cette annonce intervient alors qu'un restaurateur du Doubs a lancé à un appel à ouvrir ce lundi, auquel ne se sont pas associées les organisations patronales, et que le Premier ministre Jean Castex ne prévoit pas de réouverture de ces établissements avant la mi-février au plus tôt. "C'est extrêmement dur pour les restaurateurs, moralement et économiquement", a reconnu le ministre, mais "ça ne justifie en rien de ne pas respecter les règles, qui sont des règles sanitaires".

Cette sanction concerne tous les commerces qui enfreindraient les règles, a précisé Bercy. Le ministre a également indiqué que les contrôles seront renforcés dans les commerces pour s'assurer que la jauge de 10 mètres carrés par client est bien respectée. En cas de non-respect, ce sera "une amende d'abord, une fermeture ensuite", a-t-il dit. Mais cela n'a pas empêché Katia, restauratrice de Ligescourt, un petit village de la Somme, de dresser une trentaine de couverts dans son établissement lundi midi. Au micro d'Europe 1 elle déclare "refuser" les aides de l'État. "Si je sauve mon entreprise, c'est avec mes deux bras et mes deux mains."

Entrée en vigueur des nouvelles mesures, le gouvernement durcit le ton

Lundi marque surtout l’entrée en vigueur concrète des nouvelles mesures de restriction annoncées par le Premier ministre Jean Castex vendredi soir. Parmi elles, la fermeture des frontières hors Union européenne. Il est donc désormais interdit de voyager à l’extérieur de l’Europe - et vers la Guyane et la Martinique dès mardi - sauf pour motif impérieux. Et pour revenir d'un pays de l'UE, un test PCR négatif est exigé (sauf pour les travailleurs transfrontaliers). Dans les aéroports parisiens, on se prépare tant bien que mal à cette nouvelle donne. Retrouvez ici notre reportage. 

Sont concernés aussi par ces restrictions supplémentaires les territoires d'Outre-Mer, où il faut aussi désormais un motif impérieux pour s'y rendre. Invité d'Europe 1 lundi matin, le ministre des Transports Jean-Baptiste Djebbari a justifié cette sévérité par "la fragilité des systèmes sanitaires" sur place. 

Mais la mesure la plus visible pour la plupart des Français reste la fermeture des centres commerciaux non alimentaires de plus de 20.000 mètres carrés. 400 d’entre eux sont concernés sur tout le territoire.

Durcissement des mesures – et manifestations – dans de nombreux pays

Le Portugal, durement touché, a mis fin dimanche aux déplacements non essentiels à l'étranger. Les autorités australiennes ont de leur côté confiné dimanche pour cinq jours deux millions de personnes à Perth après la détection d'un seul cas, tandis que le gouvernement israélien a décidé dimanche soir de prolonger de cinq jours ses mesures de confinement. Au Pérou, les 10 millions d'habitants de la capitale Lima ont commencé une quarantaine obligatoire. Aux Etats-Unis, les masques seront obligatoires à partir de mardi dans les transports publics, les avions, les bus, les trains, les taxis et les ferries.         

Après les récentes émeutes aux Pays-Bas, les gouvernements s'inquiètent aussi du rejet des restrictions par les populations. A Vienne, la capitale autrichienne, environ 10.000 personnes, dont des néonazis, ont bravé dimanche une interdiction de manifester contre le couvre-feu et le confinement mis en place par le gouvernement.

Dépistage massif en Angleterre contre le variant sud-africain

Les autorités sanitaires britanniques ont lancé lundi une opération de dépistage massif dans huit zones de l'Angleterre où ont été détectés des cas de variant du coronavirus apparu en Afrique du Sud, certains sans lien établi avec un quelconque voyage. Au total, les régions concernées (certaines zones de Londres, des West Midlands, de l'Est, du Sud-Est et du Nord-Ouest) représentent une population d'environ 80.000 personnes.

Depuis le 22 décembre, 105 cas de ce variant susceptible d'être plus contagieux, contre lesquels certains des vaccins actuels semblent moins efficaces, ont été détectés, selon le ministère britannique de la Santé. Ces derniers jours, 11 cas ont été identifiés sans qu'un quelconque lien avec un voyage ne puisse être établi.

L’OMS poursuit sa visite en Chine

Les experts de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), qui enquêtent sur le terrain en Chine depuis vendredi sur l'origine du coronavirus, se sont rendus dimanche au marché Huanan de Wuhan, premier foyer connu de l'épidémie. Ce marché, où étaient notamment vendus des animaux sauvages vivants, est fermé depuis janvier 2020. Europe 1 fait le point sur l'avancée de l'enquête

2,2 millions de morts dans le monde

La pandémie a fait au moins 2.227.605 morts dans le monde selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles lundi à 11H00 GMT. Plus de 102.878.810 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l'épidémie, dont au moins 62.454.800 sont aujourd'hui considérés comme guéris.