Covid-19 : 105.850 morts, l'engorgement des services hospitaliers reflue

, modifié à
  • A
  • A
Jeudi la pression hospitalière reste forte, avec une lente décrue du nombre de malades en réanimation.
Jeudi la pression hospitalière reste forte, avec une lente décrue du nombre de malades en réanimation. © ALAIN JOCARD / AFP
Partagez sur :
Alors que la décrue du nombre de malades du Covid-19 se poursuit jeudi en France dans les services de soins critiques, Emmanuel Macron a annoncé qu'il n'y aura plus de limite d'âge à partir du 12 mai pour les doses de vaccin restantes. Le chef de l'État s'est aussi dit "tout à fait favorable" à la levée des brevets sur les vaccins, après le positionnement des États-Unis en faveur de cette option mercredi. 
L'ESSENTIEL

Alors que les indicateurs de suivi de l'épidémie de coronavirus en France continuent de s'améliorer, avec la décrue continue du nombre de patients Covid en réanimation, la plus grande étude en vie réelle vient en outre de confirmer l'efficacité du vaccin de Pfizer à plus de 95%. 

Emmanuel Macron a annoncé jeudi que la vaccination des plus de 50 ans serait avancée au 10 mai, au lieu du 15, et qu'il n'y aura plus de limite d'âge à partir du 12 mai pour les doses restantes, lors de l'inauguration du premier grand vaccinodrome parisien, installé Porte de Versailles. Le même jour, l'Union européenne s'est dite "prête à discuter" de la levée des brevets sur les vaccins anti-Covid alors que les Etats-Unis ont indiqué mercredi qu'ils y étaient favorables. Emmanuel Macron s'est aussi dit "tout à fait favorable" à cette option.

Les informations à retenir :

  • La décrue des hospitalisations se poursuit, nouveau bilan de 105.850 morts
  • Emmanuel Macron avance la vaccination des plus de 50 ans au 10 mai
  • La vaccination sera ouverte sans limite d'âge le 12 mai quand il reste des doses disponibles
  • L'UE est "prête à discuter" d'une levée des brevets sur les vaccins, les États-Unis favorables
  • L'efficacité du vaccin Pfizer confirmée, des premiers essais encourageants de Moderna face au variant sud-africain

Lente décrue des hospitalisations et des réanimations

Le nombre de malades du Covid-19 dans les services de réanimation continue de reculer lentement, tout comme celui de l'ensemble des patients hospitalisés, selon les chiffres de Santé publique France publiés jeudi. Les services de soins critiques (qui rassemblent réanimation, soins intensifs et surveillance continue) accueillaient 5.231 patients, contre 5.402 mercredi. En 24 heures, 273 nouveaux patients atteints de formes graves du Covid ont été admis dans les services de réanimation, contre 312 la veille.

Même tendance à la baisse sur l'ensemble des hospitalisations, avec un total de patients Covid s'élevant à 26.985 (27.686 mercredi). Il y a une semaine, les hôpitaux accueillaient près de 30.000 malades du coronavirus. La maladie a emporté 222 personnes en 24 heures (245 la veille), portant le bilan à plus de 105.800 morts depuis le début de l'épidémie au printemps 2020.

Les plus de 50 ans bientôt vaccinés, plus de limite d'âge le 12 mai pour les doses restantes

Toutes les personnes de plus de 50 ans pourront se faire vacciner à partir du 10 mai, au lieu du 15 comme prévu jusqu'ici, a annoncé Emmanuel Macron jeudi afin d'accélérer la campagne vaccinale contre le Covid-19, précisant que les rendez-vous pourront être pris dès vendredi. "La campagne se poursuit à marche forcée", a-t-il ajouté en inaugurant le premier grand vaccinodrome parisien, installé Porte de Versailles.

Le chef de l'État a également annoncé que les Français pourront à partir du 12 mai, "sans limite d'âge", prendre rendez-vous la veille pour le lendemain pour se faire vacciner avec des doses de vaccin non utilisées. Pour "ne pas qu'on gâche quelque dose que ce soit", "à partir de mercredi 12, vous pourrez regarder la veille les doses disponibles et cela quel que soit votre âge, et s'il y a, à l'endroit où vous êtes, des doses disponibles le lendemain, et donc des rendez-vous pas pris, ils seront ouverts sans limite d'âge", a expliqué Emmanuel Macron.

La vaccination est par ailleurs ouverte aux mineurs de 16 et 17 ans atteints de certaines maladies qui leur font courir un "très haut risque de forme grave", selon des instructions du ministère de la Santé publiées jeudi. Ils pourront recevoir le vaccin de Pfizer-BioNTech, le seul autorisé à ce stade pour les 16-17 ans. Jusqu'à présent, les seuls mineurs à qui la vaccination était ouverte étaient ceux âgés de 16 et 17 ans proches de personnes immunodéprimées.

Vers une levée des brevets sur les vaccins ?

Emmanuel Macron s'est par ailleurs dit jeudi "tout à fait favorable" à la levée des brevets sur les vaccins, alors que l'UE est "prête à discuter" du sujet. C'est ce qu'a annoncé jeudi la présidente de la Commission européenne, après la proposition américaine de lever les protections de propriété intellectuelle sur ces sérums afin d'en accélérer la production et la distribution. "Nous sommes prêts à discuter de la façon dont la proposition américaine peut permettre d'atteindre cet objectif", a indiqué Ursula von der Leyen. Le président russe Vladimir Poutine s'est également dit favorable à une telle levée. 

L'annonce des Etats-Unis, mercredi, constituait une prise de position exceptionnelle à l'heure où les pays pauvres manquent cruellement des précieuses doses. "Il s'agit d'une crise sanitaire mondiale, et les circonstances extraordinaires de la pandémie du Covid-19 appellent à des mesures extraordinaires", a affirmé la représentante américaine au Commerce Katherine Tai, soulignant l'urgence de la situation.

Pour l'heure, les brevets sont détenus essentiellement par des laboratoires américains qui sont globalement opposés à leur levée car cela les priverait, selon eux, d'une manne financière pour des innovations coûteuses. Si le patron de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a salué une "décision historique", la Fédération internationale de l'industrie pharmaceutique (IFPMA) a de son côté jugé "décevante" cette décision.

Le laboratoire BioNTech a, quant à lui, estimé que la levée des brevets n'aurait pas d'effet "à court et à moyen terme" en raison des délais de construction et de validation des sites de production. 

La plus grande étude en vie réelle confirme l'efficacité du vaccin Pfizer

Le vaccin Pfizer/BioNTech est efficace à plus de 95% contre le Covid-19, mais le niveau d'efficacité baisse nettement quand la personne ne reçoit qu'une seule des deux doses, selon une étude menée en Israël, la plus grande jamais réalisée en vie réelle. Publiée dans la revue médicale The Lancet, cette étude met en évidence "les bénéfices pour la santé publique d'un programme national de vaccination", selon ses auteurs, des scientifiques de Pfizer et du gouvernement israélien.

Ils relèvent en effet qu'en Israël, pays champion du monde de la vaccination, cette dernière "a été le moteur principal du déclin des infections au Covid-19". L'analyse porte essentiellement sur l'efficacité du vaccin contre le variant anglais, dominant dans le pays.

Moderna a par ailleurs annoncé jeudi une efficacité de 96% de son vaccin contre le Covid-19 chez les adolescents âgés de 12 à 17 ans, selon de premiers résultats d'essais cliniques.

Les discothèques réclament une réouverture fin juin

S'estimant lésées par le plan de déconfinement qui ne leur donne aucun horizon de reprise d'activité, contrairement aux fêtes de mariages et aux concerts qui seront réautorisés avec des règles sanitaires, des exploitants de discothèques ont déposé un référé en Conseil d'Etat, jeudi, pour réclamer une réouverture le 30 juin.

Selon le secrétaire d'Etat au Tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne, les parcs à thèmes en plein air, dont les zoos, pourront par ailleurs rouvrir leurs activités dès le 19 mai, tandis que les parcs d'attractions devront attendre le 9 juin.

Plus de 3,2 millions de décès dans le monde, record de décès en 24 heures en Inde

A l'échelle mondiale, la pandémie a fait au moins 3.244.598 morts depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles jeudi. Les Etats-Unis sont le pays ayant enregistré le plus de décès (579.280), devant le Brésil (414.399), l'Inde (230.168), le Mexique (218.007) et le Royaume-Uni (127.570). Ces chiffres sont globalement sous-évalués. Ils se fondent sur les bilans quotidiens des autorités nationales de santé, sans inclure les réévaluations fondées sur des bases statistiques.

L'Inde a enregistré un record de près de 4.000 décès dus au Covid-19 et 412.000 nouvelles contaminations en 24 heures, selon des données officielles publiées jeudi. Les chiffres du ministère de la Santé font état de 3.980 décès et de 412.262 cas quotidiens. Ce nouveau record fait suite à plusieurs jours de baisse du nombre de cas qui avaient fait espérer que cette recrudescence catastrophique pourrait s'atténuer. Selon les spécialistes, le pire serait encore à venir avec un pic épidémique qui pourrait n'être atteint que d'ici plusieurs semaines.