EN DIRECT - Coronavirus : 31.045 morts en France, près de 10.000 nouveaux cas

, modifié à
  • A
  • A
Coronavirus
Près de 10.000 nouveaux cas de Covid-19 ont été enregistrés en France en 24 heures, un ordre de grandeur légèrement supérieur à ces derniers jours © AFP
Partagez sur :
L'amélioration de la situation sanitaire va permettre la levée de l'état d'urgence sanitaire à Mayotte et en Guyane, alors que le bilan dépasse les 31.000 morts en France. Dans le même temps, la course au vaccin se poursuit entre la Chine et les États-Unis. Suivez en direct l’évolution de la situation.
EN DIRECT

Le gouvernement a annoncé mercredi la levée de l'état d'urgence sanitaire à Mayotte et en Guyane, en raison d'une évolution plus favorable de la situation. Dans le reste du pays, la pandémie de coronavirus continue cependant de progresser, avec plus de 31.000 morts et 10.000 nouveaux cas décelés en 24 heures. Les chiffres du tourisme de janvier à juillet, publiés ce mercredi, ont fait apparaître une chute de 50% des recettes internationales, mais avec une fréquentation "globalement meilleure qu'espérée".

L’Europe reste, elle, sous pression. Mardi soir, l’OMS a en effet prévenu que le Vieux continent était à un tournant dans la lutte contre l'épidémie et que les États devaient prendre des mesures drastiques. Mais ce qui agite le monde dans la lutte contre la pandémie, c’est la course au vaccin entre la Chine et les États-Unis de Donald Trump, qui multiplie les déclarations optimistes en la matière et maintient la pression sur les organismes de santé de son pays. Suivez l’évolution de la situation en direct.

Les infos à retenir :

  • Nouveau bilan de 31.045 morts en France, avec près de 10.000 nouveaux cas
  • L'état d'urgence sanitaire va être levé à Mayotte et en Guyane 
  • Les recettes touristiques internationales ont chuté de près de 50% en France
  • Selon un sondage, 62% des Français ne "font pas confiance" au gouvernement pour gérer la crise
  • Trump annonce un vaccin pour dans quatre semaines, la Chine évoque le mois de novembre

La situation continue de s’aggraver dans l'Hexagone, les Français défiants 

Près de 10.000 nouveaux cas de Covid-19 ont été enregistrés en France en 24 heures, un ordre de grandeur légèrement supérieur à ces derniers jours, mais les admissions à l'hôpital et en réanimation poursuivent leur remontée, selon les données officielles publiées mardi. 9.784 cas ont été confirmés entre lundi et mardi, contre 7.852 mardi soir, près de 7.000 lundi et plus de 7.000 dimanche, selon Santé publique France. En outre, 2.976 malades ont été hospitalisés sur les 7 derniers jours (+263 par rapport au chiffre de mardi), et 508 ont été admis en réanimation où l'on traite les cas les plus graves (+29).

Près d'un Français sur deux (47%) pense que le gouvernement ne prend "pas assez de précautions" pour limiter la propagation du coronavirus au vu des mesures prises, indique un sondage Elabe pour BFMTV publié mercredi. Ils sont à l'inverse 20% à juger que le gouvernement prend "trop de précautions", et 33% à considérer qu'il fait "juste ce qu'il faut". En outre, 62% ne font "pas confiance" à l'exécutif pour lutter contre l'épidémie de coronavirus (+6 points en comparaison du précédent sondage réalisé les 25 et 26 août), tandis que 38% lui font "confiance" (-5 points).

Fin de l'état d'urgence sanitaire à Mayotte et en Guyane

L'état d'urgence sanitaire va être levé à Mayotte et en Guyane, en raison d'une évolution plus favorable de la situation sanitaire, a annoncé mercredi le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal à l'issue du Conseil des ministres. "L'évolution sanitaire dans ces territoires permet de mettre fin dès aujourd'hui à l'état d'urgence, et à Mayotte et la Guyane de rentrer dans le régime transitoire, c'est-à-dire le même régime que le reste du pays", a-t-il précisé.

La loi organisant la sortie de l'état d'urgence sanitaire de la France est en vigueur pour la période du 11 juillet au 30 octobre mais elle excluait jusque-là les départements de la Guyane et Mayotte, qui avaient été particulièrement touchées en mai et juin par le Covid-19. L'état d'urgence sanitaire avait été prolongé jusqu'au 31 octobre dans ces deux territoires.

Dans le secteur du tourisme, forte chute des recettes internationales

Les recettes touristiques internationales ont chuté de 49,4% de janvier à fin juillet 2020 en France à cause de la pandémie, mais la "fréquentation a été globalement meilleure qu'espéré" grâce à la mobilisation des Français, selon un bilan présenté mercredi en Conseil des ministres. Selon les premières estimations de la Banque de France, ces recettes internationales se sont ainsi élevées "à 16,7 milliards d'euros contre 33,1 milliards d'euros" sur la même période de sept mois en 2019, d'après le document présenté par Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'État en charge du Tourisme, dont l'AFP a eu copie.

Ces chiffres font écho à ceux publiés la veille par l'Organisation mondiale du tourisme (OMT) qui a fait état d'une perte de 460 milliards de dollars pour le secteur au premier semestre.

Une dizaine d'universités touchées

Mais c’est encore la situation dans les universités qui préoccupe. La faculté de médecine de Montpellier a ainsi suspendu mardi une partie de ses cours, une soixantaine d'étudiants ayant été testés positifs au Covid-19 après une soirée étudiante. A Rennes, 43 cas de Covid-19 avaient été confirmés lundi chez des étudiants en médecine, pharmacie et odontologie, eux aussi probablement contaminés lors de soirées. Au total, une dizaine d’établissements d’enseignement supérieur sont touchés.

A Paris, les mesures adoptées pour faciliter la circulation pendant la crise sanitaire devraient passer du statut de provisoire à celui de permanent. Anne Hidalgo a ainsi annoncé sur Europe 1 que les "coronapistes", dédiées aux vélos, seraient pérennisées. 

Des laboratoires font payer plus cher pour des résultats plus rapides

La pratique est totalement illégale, et pourtant, certains laboratoires franciliens s'y adonnent sans vergogne. Alors que la demande de test explose et que les centres de test sont engorgés dans les régions les plus touchées, certains proposent aux patients de payer plus cher, - près de 100 euros - pour obtenir des résultats plus rapides. "C'est révoltant, parce qu'on se donne à fond pour les patients au quotidien dans tous les laboratoires de France", s'indigne Lionel Barrand, président du syndicat national des jeunes biologistes médicaux interrogé par Europe 1. Retrouvez notre enquête édifiante ici.

Etats-Unis - Chine, la course au vaccin

Qui de la Chine ou des Etats-Unis parviendra à lancer son vaccin en premier ? Les deux pays se sont lancés dans une course et affichent ostensiblement leur optimisme. Une haute responsable chinoise a ainsi évoqué une mise à disposition du grand public pour le mois de novembre. "Les progrès actuels sont très satisfaisants", a expliqué à la télévision nationale CCTV l'épidémiologiste Wu Guizhen, une responsable du Centre de contrôle et de prévention des maladies, un organisme du ministère chinois de la Santé.

Quelques heures plus tard, Donald Trump a affirmé qu’un vaccin américain pourrait être disponible dans moins d’un mois. "Nous sommes très proches d'un vaccin", a-t-il déclaré. "Nous sommes à quelques semaines de l'avoir vous savez -- ça pourrait être trois semaines, quatre semaines", a-t-il annoncé. Quelques heures plus tôt, s'exprimant sur Fox News mardi matin, le président américain avait dit qu'un vaccin pourrait être disponible dans "quatre semaines, ça pourrait être huit semaines".

Des experts scientifiques ont eux dénoncé les pressions "sans précédent" exercées par le président Donald Trump, en pleine campagne pour sa réélection, sur les grandes institutions américaines de santé publique. Depuis des mois, les incidents se multiplient au sein de l'Agence américaine des médicaments (FDA) et des Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), l'agence fédérale en première ligne pour répondre à la pandémie de Covid-19, deux organismes que les lieutenants de Donald Trump perçoivent comme des foyers de résistance contre le désir du président de relancer l'économie.

Plus de 936.000 morts, l'Inde dépasse les 5 millions de cas

La pandémie provoquée par le nouveau coronavirus a fait au moins 936.095  morts dans le monde depuis fin décembre, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles mardi en fin d’après-midi. Plus de 29,6 millions de cas de contamination ont été diagnostiqués. Les États-Unis sont le pays le plus endeuillé avec 195.961 morts. Viennent ensuite le Brésil (133.119), l'Inde (82.066 ), le Mexique (71.678 ) et le Royaume-Uni (41.664). A noter que l'Inde a dépassé la barre symbolique des cinq milliosn de cas détectés  

Un sommet sur la pandémie de Covid-19, avec une présence physique, est envisagé à New York avant la fin de l'année par l'Assemblée générale de l'ONU, a annoncé mardi le nouveau président de cette instance, Volkan Bozkir. Lors d'une conférence de presse, cet ancien ministre turc a indiqué que cette session spéciale de l'Assemblée était prévue au cours de "la première semaine de novembre".