A Marseille, des écoles fermées faute de personnel pour désinfecter

, modifié à
  • A
  • A
1:33
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
Partagez sur :
Une demi-douzaine d’écoles de Marseille ont dû fermer leurs portes faute de pouvoir respecter le protocole sanitaire. En cause, le manque de personnel d’entretien pour désinfecter les établissements, au grand dam des parents d’élèves. La situation est aussi tendue dans les lycées.

Le protocole sanitaire envoyé aux écoles pour lutter contre la pandémie de coronavirus est très contraignant. Et parfois, les établissements scolaires n’arrivent pas à suivre. C’est le cas particulièrement à Marseille, où des agents d’entretien manquent à l’appel. Résultat : une demi-douzaine d'écoles n'accueillent plus d'élèves car elles ne peuvent pas être désinfectées.

250 enfants de maternelle renvoyés chez eux parce qu’il n’y a plus suffisamment d’agents d’entretiens pour appliquer les protocoles sanitaires, c’est ainsi la situation vécue à l’école Désirée Clary, dans le deuxième arrondissement de Marseille. Ses portes sont closes depuis lundi, et les parents d’élève n‘ont aucune visibilité. "On est dans le désarroi le plus total", se désole ainsi Nassima. "On se retrouve avec des enfants qui ne vont pas à l’école, qui vont être encore perturbés."

"Apparemment, il y a un problème de recrutement, pas de personnel municipal, difficile de le remplacer, donc l’école est fermée", poursuit cette parente d’élève. "Pour l’instant, on ne sait pas, mais nous, on n’a pas le temps d’attendre. On va prêter main-forte, quelles que soient nos professions, nos contraintes. Bien sûr, je suis prête à faire le ménage à l’école avec les autres parents, si c’est pour que nos enfants puissent continuer à aller à l’école." La mairie a lancé un plan de recrutement pour pallier l’absentéisme.

"Il faudrait mettre du personnel, des moyens supplémentaires afin de ne pas fermer les lycées"

Dans les lycées, la pénurie de personnel d’entretien est aussi pointée par les syndicats. "Il faut voir le protocole sanitaire", pointe Jean Viperai, de la FSU. "Il faut faire en moyenne trois fois les toilettes par jour. Il faut nettoyer les chaises, les boutons, les rampes. Les protocoles ne sont pas tout à fait respectés. C’est limite. Il faudrait mettre du personnel, des moyens supplémentaires afin de ne pas fermer les lycées. C’est pour ça qu’on lance une alerte."

Une alerte sous la forme d’une grève, lancée depuis lundi. La Région de son côté prévoit quelque 200 recrutements d’agents d’entretien.

Europe 1
Par Nathalie Chevance, édité par Rémi Duchemin