Coronavirus : ce qui change pour vos déplacements à partir de samedi

, modifié à
  • A
  • A
confinement, paris 1:07
Dès samedi, l'étau se desserre quelque peu pour les Français. © Ludovic MARIN / AFP
Partagez sur :
Dès samedi, il sera possible de se déplacer plus longtemps et plus loin de son domicile. Mais le masque, l'attestation et un motif valable de sortie seront toujours de rigueur. Tour d'horizon de ce qui va changer pour vos déplacements dès le premier jour du week-end.   

Ce n'est pas encore le déconfinement espéré par beaucoup, mais l'étau se desserre quelque peu. Comme l'a annoncé Emmanuel Macron lors de son allocution en début de semaine, les règles sanitaires du quotidien pour lutter contre le coronavirus vont s'assouplir dès samedi matin. Mais la désormais habituelle attestation de déplacement reste de vigueur. 

Sortir voir ses amis est toujours interdit

S'il sera possible dès le 28 novembre de se déplacer pour une activité physique solitaire ou pour prendre l'air pendant trois heures dans un rayon de 20 kilomètres autour de son domicile - contre 1km pendant une heure précédemment -, ce n'est pas un retour à la vie pré-Covid. En plus du port du masque, qui reste obligatoire, une attestation dûment remplie ainsi qu'un motif valable sont nécessaires pour mettre le nez dehors. Concrètement, sortir voir sa famille ou ses amis est donc interdit. En revanche, les visites en maison de retraite ou en Ehpad sont toujours autorisées, dans le respect des gestes barrière.

Globalement, la liste des dérogations du confinement s'allonge dès samedi, puisque tous les commerces, à l'exception des restaurants, des bars, des cinémas et salles de spectacle, vont rouvrir jusqu'à 21 heures. Une réouverture très attendue à quelques semaines seulement de Noël qui se fera néanmoins avec un protocole sanitaire strict et une jauge limitée à 8m² par personne.

Un couvre-feu à partir de la mi-décembre

Le système des attestations sera maintenu jusqu'au 15 décembre, date à laquelle sera mis en place à un nouveau couvre-feu nocturne de 21 heures à 7 heures. Une mesure qui devrait durer au moins jusqu'à la fin janvier, excepté pour les soirs du 24 et 31 décembre. Mais, a prévenu le Premier ministre, il sera "impératif" de "limiter" le nombre de convives, en promettant "des recommandations concrètes" avant les vacances.

Un retour à la normale, avec réouverture des restaurants et reprise des cours à la fac, est envisagé pour le 20 janvier, mais à la condition expresse que "la période des fêtes de fin d'année ne (se soit) pas traduite par un rebond de l'épidémie", a prévenu le Premier ministre, en rappelant que d'ici là, "le télétravail restera la règle et devra être le plus massif possible". 

Europe 1
Par Guillaume Biet, édité par Ugo Pascolo avec AFP