Coronavirus : "Aucune plainte ne sera laissée de côté", indique Rémy Heitz

, modifié à
  • A
  • A
1:31
Partagez sur :
Invité de la matinale d'Europe 1, Rémy Heitz, ​procureur de la République de Paris, est revenu sur les plaintes déposées contre des responsables publics dénonçant une mauvaise gestion de la crise sanitaire du Covid-19. Si elles n'ont pas encore été traitées, Rémy Heitz affirme que dès que la situation sanitaire sera revenue à la normale, "toutes ces plaintes feront l'objet d'un examen attentif"
INTERVIEW

Alors que les Français sont confinés depuis plus d'un mois pour tenter d'endiguer la pandémie de coronavirus, plusieurs personnes ont décidé de mettre en cause l'État et de porter plainte contre des responsables publics ou des ministres, pour dénoncer la gestion de la crise sanitaire. Invité d'Europe 1, Rémy Heitz, ​procureur de la République de Paris, est revenu sur cette situation inédite, affirmant "qu'aucune de ces plaintes ne sera laissée de côté".

32 plaintes reçues par le procureur de la République de Paris

"Je suis saisi de nombreuses plaintes", a commencé Rémy Heitz, procureur de la République de Paris, affirmant en avoir déjà reçu 32. "La Cour de justice de la République en reçoit visant des ministres", précise-t-il. Sur le contenu de ces textes, Rémy Heitz indique "qu'il s’agit souvent de plaintes types dont les modèles circulent sur internet. Il y a des plaintes qui visent des décideurs publics pour mise en danger de la vie d’autrui, puis il y a des plaintes qui peuvent viser des responsables d’établissements de soins comme des Ehpad"

 

 

"Toutes ces plaintes feront l’objet d’un examen attentif"

"À ce stade, aucune plainte n’a fait l’objet d’orientation", explique Rémy Heitz. "Elles sont analysées, enregistrées et expertisées et dès que nous serons sortis de cette crise, nous prendrons les décisions. Toutes ces plaintes feront l’objet d’un examen attentif", a-t-il indiqué. "Aucune ne sera laissée de côté", a martelé le procureur de la République de Paris, "mais le temps de l’orientation de ces plaintes n’est pas encore venu"

 

>> Retrouvez toutes les interviews de Sonia Mabrouk en replay et en podcast ici

Europe 1
Par Ariel Guez