Coronavirus : la visière est-elle aussi efficace que le masque ?

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Tous les jours, le docteur Jimmy Mohamed répond à vos questions et réagit à l'actualité sur la santé. Ce lundi, il met en garde sur l'usage de plus en plus répandu des visières, qui ne peuvent en aucun cas remplacer un masque. Elle sont seulement complémentaires, et encore, dans des circonstances bien définies. 

Les visières fleurissent sur les plateaux de télévision ou dans les restaurants. Mais ces objets transparents, qu'elles couvrent une partie du visage ou son entièreté, peuvent-elles se substituer au port du masque ? Alors que nous en savons de plus en plus sur le mode de contamination au coronavirus, le port de la visière seule peut être tout à fait inutile, voire dangereux. En effet, la visière ne protège pas des postillons et ne permet pas davantage de protéger les autres. Le décryptage du docteur Jimmy Mohamed. 

"Les visières ne constituent ni une alternative ni un moyen de remplacer le port du masque. Pour comprendre, revenons sur le mode de contamination. Évidemment, vous pouvez tomber malade si je vous postillonne dessus. Ce mode de contamination par le biais des postillons est plutôt classique. La grippe, ou n'importe quelle infection respiratoire, se transmet de cette manière.

Mais ce n'est pas tout. Le coronavirus se transmet également par aérosol. Le fait de parler ou même de respirer va déposer des micro-gouttelettes encore plus légères que l'air. Elles vont donc rester en suspension dans une pièce. Voilà pourquoi une visière ne vous protégera absolument pas. Au contraire, elle va vous mettre en danger. Vous exposez également les autres à une éventuelle contamination. Raison pour laquelle il ne faut plus que l'on mette des visières, y compris sur les plateaux télé, parmi le public. En revanche, on peut proposer aux spectateurs un masque inclusif si on souhaite vraiment voir leur visage.

Les visières étaient portées au début de l'épidémie dans certains restaurants, car à cette période, nous n'avions pas de masques. On pouvait donc se dire que c'était mieux que rien. Désormais, ce n'est plus acceptable. A l'hôpital, la visière est parfois utilisée en complément du masque, puisque la contamination peut également avoir lieu par voie oculaire. Si le médecin est proche du malade, il peut en effet subir des projections dans les yeux.

Des gestes barrières complémentaires

D'autres mesures barrières peuvent en outre être mises en œuvre. Le port du masque, le lavage de mains et le respect de la distanciation physique sont indispensables. Mais un quatrième point est important : il faut aérer au maximum les pièces dans lesquelles on se trouve. C'est ce qui permet de renouveler l'air et peut-être d'éviter, lorsqu'il y a du monde dans une pièce, que tout le monde tombe malade. C'est peut-être quelque chose auquel il faudra s'habituer, même cet hiver.

De plus, ce n'est pas très populaire mais je pense qu'il va falloir relancer un peu l'application de traçage StopCovid, puisqu'elle a été lancée après le confinement, au moment où l'on en n'avait peut-être pas forcément besoin. Mais désormais, l'épidémie est moins gérable à Paris, en Île-de-France et dans d'autres régions. Il est important de tracer le virus. Donc essayez de télécharger cette application. Peu importe si le Premier ministre ne l'a pas téléchargée, ça se saurait si les politiques étaient exemplaires. Moi, je vous le conseille.

Dernière remarque : si nous en sommes là, c'est aussi grâce aux Français. Si les Français ne portaient pas de masque et ne se lavaient pas les mains, la situation serait ingérable. Donc il ne faut pas les culpabiliser, au contraire. Merci à vous."

Europe 1
Par Jimmy Mohamed