Covid-19 : 32.299 morts, plusieurs indicateurs se dégradent

, modifié à
  • A
  • A
Coronavirus Covid
Le nombre de personnes dans les services de réanimation progresse encore. © AFP
Partagez sur :
En France, l'épidémie de coronavirus a tué 32.299 morts, avec plusieurs indicateurs qui se dégradent. Les autorités ont annoncé la fermeture des bars à Paris et dans sa proche banlieue, passées dimanche en zone d'alerte maximale, pour limiter la circulation du coronavirus, repartie à la hausse en Île-de-France depuis plusieurs semaines. Cette mesure, accompagnée d'autres restrictions, entrera en vigueur mardi pour quinze jours.
L'ESSENTIEL

Alors que la situation épidémique se dégrade en France, où 32.299 personnes sont mortes, de nouvelles restrictions ont été annoncées pour Paris et sa banlieue proche. La capitale est désormais placée en zone d'alerte maximale en raison de la circulation accrue du Covid-19. "À compter de demain tous les bars devront être fermés", a annoncé lundi en fin de matinée Didier Lallement, le préfet de police de Paris. Les restaurants pourront rester ouverts selon un protocole "strict". D'autres mesures de restriction concernant la capitale et sa petite couronne ont été annoncées par les autorités.

Les informations à retenir 

  • 32.299 morts en France, des indicateurs se dégradent
  • Fermeture des bars à Paris et dans la petite couronne à partir de mardi, et pour 15 jours
  • La ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, est cas contact
  • La porte-parole de Trump testée positive
  • Près de 35 millions de cas de coronavirus comptabilisés dans le monde 

32.299 morts, le taux de positivité en nette hausse

L'agence Santé publique France a fait état lundi de 1.409 cas graves de Covid-19. La France a enregistré 5.084 nouveaux cas de contamination lundi, jour pour lequel le nombre est habituellement plus faible en raison du week-end.

La proportion de tests positifs par rapport aux tests effectués ne fait que grimper : elle a atteint lundi 8,6%, contre 8,2% la veille et 4,5% environ il y a un mois. Depuis le début de la crise sanitaire en février-mars, au moins 32.299 personnes sont mortes des suites du Covid-19, soit 70 nouveaux décès en 24 heures.

Une nouvelle batterie de restrictions pour Paris et sa petite couronne

Placée dimanche en état d'alerte maximale, la ville de Paris connaît lundi de nouvelles mesures de restrictions, dont la fermeture des bars, pour faire face à la progression inquiétante de l'épidémie de Covid-19 dans la capitale. "À compter de demain, tous les bars devront être fermés" pour une durée de deux semaines, a annoncé peu après 11h30 Didier Lallement, le préfet de police de Paris, lors d’une conférence de presse. Au-delà de cette date, la mesure sera réévaluée selon l'évolution de la situation sanitaire.

"Les restaurants, que l’on définit comme des établissements dont l’activité principale est la vente de repas, pourront rester ouverts selon leurs horaires habituels, en suivant le respect d’un strict protocole", a précisé Didier Lallement. Désormais, les restaurants dans cette zone d'alerte maximale devront proposer du gel hydroalcoolique sur toutes les tables et maintenir un mètre de distance "entre les chaises" des différents groupes de convives. Les tables ne pourront accueillir plus de six personnes, enfants compris, et la traçabilité des clients sera renforcée grâce à un "cahier de contact" dans lequel les clients laisseront leur nom, numéro de téléphone et éventuellement adresse e-mail.

Le préfet de police de Paris a également ordonné l’interdiction des soirées étudiantes et des rassemblements, comme les réunions familiales, dans les lieux recevant du public. Ces restrictions ne concernent pas la sphère privée, a-t-il précisé. Les piscines seront également fermées, sauf pour les mineurs. Enfin, une "jauge" sera mise en place dans les centres commerciaux et les grands magasins afin d'encadrer la fréquentations de ces lieux.  Ils "devront accueillir au maximum un client pour quatre m2", a ajouté le préfet

Une forte dégradation des indicateurs de suivi de l’épidémie en Île-de-France

Depuis le 28 septembre, les chiffres de l'épidémie dans la capitale se situent bien au-delà des trois seuils correspondant à la zone d'alerte maximale : le taux d'incidence dépasse la barre des 260 cas pour 100.000 habitants (seuil d'alerte fixé à 250) et le seuil des 110 chez les plus de 65 ans (seuil d'alerte fixé à 100). Quant au taux d'occupation des lits en réanimation pour les patients atteints de Covid-19, il a franchi dimanche le taux des 36% en Ile-de-France alors que le seuil d'alerte est fixé à 30%, selon les chiffres communiqués par le préfet de police. L'Agence régionale de santé d'Île-de-France a estimé lundi que ce taux d'occupation allait grimper "autour de 50% dans les 15 prochains jours". Par ailleurs, 203 clusters actifs en Île-de France ont été détectés : 40% en milieu scolaire et universitaire, 26% milieu professionnel et 10% issus de rassemblements privés.  

La ministre du Travail Elisabeth Borne a rappelé lundi aux partenaires sociaux "la nécessité de privilégier, plus que jamais, le télétravail dans les zones d'alerte renforcée et maximale". Mais selon les organisations syndicales, le patronat traîne les pieds. "Il faut que le gouvernement mette la pression pour un accord normatif rapide", a ainsi expliqué Cyril Chabanier, président de la CFTC, alors que les partenaires sociaux essaient de se mettre d'accord sur un cadre clair depuis le mois de juillet, sans succès.

Marseille veut se doter de son propre conseil scientifique

Pendant ce temps, à Marseille, la deuxième adjointe de la ville, Samia Ghali, a proposé en conseil municipal lundi que la cité phocéenne se dote de son propre conseil scientifique. Objectif : évaluer elle-même sa situation sanitaire, en particulier sur le front du Covid-19, pour "dire ce qui va et ce qui ne va pas" et ne "plus dépendre de certains scientifiques parisiens". Samia Ghali a dans l'idée d'associer "les collectivités, la préfecture, l'IHU (l'Institut hospitalo-universitaire du professeur Didier Raoult), l'AP-HM, l'hôpital privé, les marins-pompiers, voire la CCI, l'Education nationale…"

La décision de fermer pour 15 jours bars et restaurants dans la cité phocéenne et à Aix-en-Provence avait suscité un vent de colère des élus locaux et des professionnels, qui jugeaient que la situation sanitaire ne le justifiait pas. C'est pour éviter cela que la ville aimerait se doter de son propre conseil scientifique. Mais l'opposition locale dénonce déjà un outil inutile, qui ne ferait qu'ajouter de la confusion.

Roselyne Bachelot et Ursula von der Leyen sont cas contact

La ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, est considérée comme un "cas contact" Covid et observera en conséquence une période d'isolement de sept jours à son domicile, a annoncé son entourage dimanche soir à l'AFP. La ministre a partagé un repas vendredi soir avec une personne "diagnostiquée dimanche covid positif", a expliqué son entourage.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, testée négative au Covid-19, a annoncé lundi qu'elle se plaçait elle aussi en quarantaine jusqu'à mardi matin, après une réunion la semaine dernière avec une personne testée positive. "J'ai été informée que j'ai participé à une réunion mardi dernier à laquelle participait aussi une personne qui a été testée positive hier (dimanche) au Covid-19. En accord avec les réglementations en vigueur, je me mets donc à l'isolement jusqu'à demain (mardi) matin", a écrit la présidente sur son compte Twitter.

"J'ai été testée négative jeudi et je serai de nouveau testée aujourd'hui", a-t-elle précisé.

Trump annonce qu'il va quitter l'hôpital lundi soir

Le président américain Donald Trump, atteint du Covid-19, a annoncé qu'il quitterait l'hôpital lundi soir à 22h30 GMT (0h30 heure française), en lançant à ses concitoyens qu'ils ne devaient pas avoir peur du nouveau coronavirus. "Je quitterai le formidable Centre médical Walter Reed aujourd'hui à 18h30. Me sens vraiment bien ! N'ayez pas peur du Covid. Ne le laissez pas dominer votre vie", a tweeté Donald Trump, en assurant se sentir "mieux qu'il y a 20 ans".

"Même s'il n'est peut-être pas encore complètement tiré d'affaire, l'équipe et moi-même sommes d'accord sur le fait que tous nos examens et surtout son état de santé clinique permettent un retour en toute sécurité chez lui", a déclaré le docteur Sean Conley, médecin de la Maison-Blanche. "Il bénéficiera de soins médicaux de classe mondiale 24 heures sur 24", a-t-il ajouté.

La porte-parole de la Maison-Blanche, Kayleigh McEnany, a par ailleurs annoncé lundi avoir été testée, trois jours après l'hospitalisation du président américain. "Après avoir été testée systématiquement négative au Covid-19, chaque jour depuis jeudi, j'ai été testée positive lundi au Covid-19, sans ressentir de symptômes", a-t-elle tweeté, précisant se mettre en quarantaine.

La Nouvelle-Zélande a "de nouveau battu le virus", selon sa Première ministre

La Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern a annoncé lundi la levée des restrictions ordonnées à Auckland pour contrer la seconde vague épidémique, affirmant que son pays avait "de nouveau battu le virus". La première vague de coronavirus avait vraisemblablement été complètement endiguée fin mai à la faveur d'un strict confinement national. Et l'archipel a enregistré dans la foulée une remarquable série de 102 jours sans contamination locale. Mais un nouveau foyer épidémique a été découvert en août dans la plus grande ville du pays, ce qui a poussé les autorités à ordonner pour le million et demi d'habitants d'Auckland un nouveau confinement qui a duré trois semaines, jusque début septembre.

Aucun nouveau cas n'ayant été confirmé dans la grande ville de l'Île du Nord depuis 12 jours, Jacinda Ardern a affirmé que l'épidémie était désormais sous contrôle.

Près de 35 millions de cas

La pandémie a fait au moins 1,034 million de morts dans le monde depuis fin décembre, selon un bilan établi par l'AFP dimanche à 11 heures. Environ 35 millions de cas ont été officiellement comptabilisés et au moins 24,1 millions de personnes ont guéri. Les États-Unis sont le pays comptant le plus de morts (209.807), devant le Brésil (146.352), l'Inde (102.685), le Mexique (79.088) et le Royaume-Uni (42.350).