Coronavirus : 78.794 morts en France, hospitalisations et réanimations en légère baisse

, modifié à
  • A
  • A
En France, près de 79.000 personnes sont mortes du coronavirus depuis le début de l'épidémie.
En France, près de 79.000 personnes sont mortes du coronavirus depuis le début de l'épidémie. © LUCAS BARIOULET / AFP
Partagez sur :
Alors qu'une partie des Français commencent leur vacances et que le vaccin AstraZeneca contre le Covid-19 commence à être administré aux soignants, la situation épidémique reste fragile. La France approche des 79.000 morts. Selon le dernier bilan de Santé publique France, les hospitalisations et réanimations sont en légère baisse.
L'ESSENTIEL

Au premier jour des vacances scolaires pour une partie du pays, la situation épidémique reste fragile en France et le gouvernement a demandé de renouveler les efforts, notamment sur le télétravail. La circulation du coronavirus s'est stabilisée "à un niveau très élevé", selon Santé publique France. Selon le dernier bilan de l'agence, près de 79.000 personnes sont mortes en France, les hospitalisations et réanimations sont en légère baisse mais la pression sur les hôpitaux demeure forte. Dans le monde, les débats sur les vaccins font rage, et l'OMS appelle à un partage des technologies pour accroitre leur production.

Les informations à retenir : 

  • Plus de 20.000 nouveaux cas enregistrés en France samedi, les hospitalisations et réanimations en légère baisse
  • Le vaccin AstraZeneca commence à être administré aux soignants en France
  • L'OMS appelle à un partage des technologies pour produire plus de vaccins
  • Au moins 2,28 millions de personnes sont mortes du Covid-19 dans le monde depuis le début de la pandémie. 

Près de 79.000 morts en France

Selon le dernier bilan de l'agence Santé publique France publié samedi, les réanimations et les hospitalisations sont en légère baisse en France. On comptait 27.369 patients hospitalisés soit 245 de moins que la veille et 3.225 lits occupés en réanimation (-20). En 24 heures, un peu plus de 20.500 nouveaux cas de Covid-19 ont été recensés. Au total 78.794 personnes sont mortes après avoir contracté le virus, soit 191 décès supplémentaires.

Le vaccin AstraZeneca administré aux soignants en France

Les premières doses du vaccin développé par AstraZeneca arrivent en France ce samedi. "273.600 doses seront réparties à partir d'aujourd'hui entre 117 établissements dont 7 en Outre-mer", indique le ministère de la Santé. Elles seront destinées aux "professionnels de santé et du médico-social de moins de 65 ans". Pour François-René Pruvot, président de la commission médicale du CHU de Lille, cette nouvelle étape "est une très grande chance pour tous les hospitaliers", explique-t-il au micro d'Europe 1.

Mais certains soignants témoignent déjà de leur réticence. Invité sur Europe 1 samedi, une infirmière dans un Ehpad a expliqué pourquoi elle ne souhaitait pas recevoir le vaccin. Le médecin généraliste Jacques Battistoni a expliqué pourquoi la vaccination des soignants était déterminante pour éviter la formation de nouveaux clusters en milieu hospitalier et en Ehpad.

Dans un communiqué de presse diffusé samedi, le ministère de la Santé a affirmé que plus de deux millions de vaccinations avaient été réalisées. En l'espèce, les soignants ont procédé à 1,8 million de premières injections du vaccin quand un peu moins de 250.000 personnes ont reçu leur deuxième dose.

Son usage limité en Europe, mais efficace contre les variants

Le ministère espagnol de la Santé a annoncé qu'il limiterait l'usage du vaccin AstraZeneca/Oxford aux moins de 55 ans. La Grèce, la France, l'Allemagne, la Belgique, le Danemark, la Suède et d'autres pays ont aussi fixé des limites d'âge pour ce vaccin, en raison du manque d'évaluation des risques chez les populations les plus âgées. Malgré ces limitations et des retards sur les livraisons, le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel ont exprimé vendredi leur soutien à la stratégie d'approvisionnement en vaccins menée par la Commission européenne.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a une nouvelle fois rejeté samedi dans la presse allemande les critiques selon lesquelles l'UE aurait trop tardé à conclure des accords de précommandes de vaccins avec les laboratoires pharmaceutiques.

"Il faut s'attendre à d'autres obstacles", a relativisé sur Europe 1 samedi matin Élisabeth Bouvet, présidente de la commission technique des vaccinations de la Haute autorité de santé (HAS). En France, l'exécutif entend toujours faire en sorte que tous les Français qui le souhaitent soient vaccinés d'ici la fin de l'été. Une bonne nouvelle pourrait permettre d'atteindre cet objectif : le vaccin développé par l'université d'Oxford et le groupe AstraZeneca conserve une "efficacité similaire" contre le variant très contagieux apparu dans le sud de l'Angleterre.

Début des vacances, mais "des mesures plus strictes" bientôt nécessaires, selon Santé publique France 

Alors que les vacances (sous couvre-feu) commencent pour la zone A, les restrictions sanitaires liées au Covid poussent peu les Français à partir loin de chez eux. Du côté de la SNCF, il y a moitié moins de réservations pour ce week-end qu'à la même période l'an dernier. Vendredi, le gouvernement appelait les Français à "la plus grande prudence", notamment en raison de la prolifération des variants du coronavirus sur le territoire. Cette diffusion importante rend probable la nécessité de "mesures plus strictes" en France "dans un avenir proche", en raison d'un nombre de malades hospitalisés déjà "très élevé", a estimé un responsable de Santé publique France.

L'OMS appelle à un partage des technologies pour produire les vaccins

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a appelé les laboratoires à partager leurs technologies afin d'accroître la production de vaccins contre le Covid-19. Le directeur général de l'OMS a appelé "à un développement massif des capacités de production" des vaccins pour ne pas annihiler tous les progrès faits dans la lutte contre la pandémie. Il a cité l'exemple du groupe pharmaceutique français Sanofi, qui a pris du retard dans le développement de son propre vaccin mais a offert de produire à partir de cet été celui de son concurrent Pfizer/BioNTech, déjà largement autorisé et à l'efficacité prouvée. 

Pékin approuve un deuxième vaccin anti-Covid fabriqué en Chine

L'autorité chinoise de régulation des médicaments a donné son accord "conditionnel" pour un deuxième vaccin contre le Covid-19, le CoronaVac de Sinovac, a annoncé samedi le laboratoire pharmaceutique. Cette autorisation intervient après plusieurs essais du vaccin dans des pays tels que le Brésil et la Turquie, même si "les résultats en termes d'efficacité et de sécurité doivent être encore confirmés", a indiqué Sinovac dans un communiqué.

Plus de 2,28 millions de morts dans le monde

La pandémie a fait plus de 2,29 millions de morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles, samedi en milieu de journée. Les Etats-Unis sont le pays comptant le plus de morts (459.554 décès recensés), devant le Brésil (230.034), le Mexique (164.290), l'Inde (154.918) et le Royaume-Uni (111.264). Le nombre des victimes est globalement sous-évalué. Il se fonde sur les bilans quotidiens des autorités nationales de santé mais exclut les révisions réalisées a posteriori par des organismes statistiques comme cela a été le cas en Russie, en Espagne et au Royaume-Uni.