Coronavirus : la France dépasse le seuil des 44.000 morts

, modifié à
  • A
  • A
Suivez l'évolution de la situation sanitaire en direct.
Suivez l'évolution de la situation sanitaire en direct. © AFP
Partagez sur :
Emmanuel Macron a déclaré sur Twitter que "les prochains jours seront décisifs" dans la lutte contre l'épidémie, alors que la France a passé samedi la barre des 44.000 morts du coronavirus. L'Agence européenne des médicaments espère qu'un vaccin pourra être distribué dès janvier 2021 sur le continent.
L'ESSENTIEL

Plus de 1,3 million de décès dus au nouveau coronavirus ont été officiellement recensés dans le monde, selon un comptage réalisé par l’AFP samedi. La France a quant à elle passé la barre des 44.000 morts. Alors que l'exécutif veut repousser de trois mois les élections régionales et départementales en juin prochain, les règles du confinement restent "inchangées" durant au moins 15 jours et les "prochains jours seront décisifs", a déclaré Emmanuel Macron.

Les informations à retenir 

  • Selon le dernier bilan, le nombre victimes en France dépasse les 44.000 morts
  • "Notre combat contre l'épidémie est collectif et les prochains jours seront décisifs", a assuré Emmanuel Macron
  • Les restaurateurs et cafetiers préparent un recours contre leur fermeture imposée
  • L'Agence européenne des médicaments mise sur une distribution du vaccin "à partir de janvier"
  • Le Covid a fait plus de 1,3 million de morts dans le monde

La France dépasse la barre des 44.000 morts

Le nombre de malades du Covid-19 décédés à l'hôpital lors des dernières 24 heures s'est élevé à 359, et 327 patients ont été admis en réanimation, selon des chiffres publiés samedi par Santé publique France. Le nombre de décès depuis le début de l'épidémie se monte à 44.246, dont 30.507 à l'hôpital. Bien qu'en baisse sur les dernières 24 heures, le nombre total de personnes hospitalisées a dépassé cette semaine le pic de la première vague au printemps. Selon l'épidémiologiste Renaud Piarroux, la baisse du nombre d'hospitalisations est surtout notable à Paris, plus qu'ailleurs en France. Près de 500 patients sont sortis des services de réanimation depuis vendredi.

"Les prochains jours seront décisifs" selon Macron

"Notre combat contre l'épidémie est collectif et les prochains jours seront décisifs. En classe, au bureau, à la maison, cinq gestes pour sauver des vies", a écrit sur Twitter Emmanuel Macron samedi, appelant à respecter des gestes parmi lesquels se laver les mains, porter un masque ou encore aérer régulièrement.

Des règles toujours strictes, mais pas toujours respectées 

Même si les chiffres sont momentanément stabilisés, le gouvernement français a exclu tout assouplissement des restrictions, quinze jours après la mise en place d'une mesure de confinement au niveau national : "le problème n'est pas d'aménager les règles d'aujourd'hui, le problème c'est de les respecter afin de ne pas prolonger l'état de confinement", a déclaré le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin.

 

Des règles toujours strictes, donc, mais pas toujours respectées. Des fêtards ont été sanctionnés dans le Doubs et alors qu'une soirée clandestine organisée dans le Val-de-Marne, qui a réuni plus de 300 personnes, a dégénéré dans la nuit de vendredi à samedi. Par ailleurs, des catholiques se sont réunis pour réclamer le retour des messes. Une trentaine de rassemblements de croyants sont prévus ce week-end en France. Les églises restent ouvertes pendant cette période de confinement, mais pour certains catholiques cela ne suffit pas. Europe 1 en a rencontré devant l'église Saint-Sulpice à Paris, alors que la préfecture de police a annoncé samedi l'interdiction du rassemblement prévu dimanche

12 décès et près de 190 cas dans un Ehpad d'Indre-et-Loire

Un important cluster dans un Ehpad de Loches, en Indre-et-Loire, est passé de 143 à près de 190 cas positifs au Covid-19 et désormais 12 décès comptabilisés, a-t-on appris vendredi auprès de l'Agence régionale de santé (ARS) du Centre-Val de Loire.

Dans cet Ehpad qui peut accueillir 215 résidents, "143 patients ont été testés positifs ainsi que 46 agents", a indiqué l'ARS, précisant que "douze résidents sont décédés du Covid" depuis le début de cette deuxième vague de l'épidémie, alors qu'"il n'y en avait eu aucun décès lors de la première vague". Parmi les 143 résidents testés positifs, "41 sont symptomatiques et 22 sous surveillance rapprochée", a-t-on précisé de même source.

Les commerçants espèrent un allègement, restaurateurs et cafetiers préparent un recours en justice 

Alors qu'il est reproché au gouvernement de faire deux poids deux mesures, Olivia Grégoire, secrétaire d'Etat invitée d'Europe 1 samedi, a rappelé que le gouvernement ne peut pas "interdire un black friday" mais appelle les Français à privilégier les petits commerces lors de leurs courses en ligne. Le Premier ministre avait déjà indiqué vendredi que des "premières mesures d'allégement" du reconfinement pourraient avoir lieu le 1er décembre si la situation sanitaire s'améliore pour certains commerces mais que cette première étape "ne pourra cependant pas concerner d'autres établissements recevant du public où les risques de contamination sont par nature plus élevés, comme par exemple les bars, les restaurants et les salles de sport", a-t-il ajouté.

 

Les restaurateurs craignent donc la fermeture pure et simple. "On ne tiendra pas jusqu'en janvier", s'inquiète par exemple Olivier, restaurateur, au micro d'Europe 1. Certains restaurateurs et cafetiers ont même annoncé leur intention de se porter en justice pour contester la décision du gouvernement de les fermer

En attendant, personne ne sait s'il sera possible de passer Noël en famille, ce qui se voit sur la baisse des réservations de vacances de fin d'année.

Un vaccin distribué en Europe à partir de janvier ?

L'Agence européenne des médicaments (EMA) prévoit de donner son avis favorable à un premier vaccin contre le nouveau coronavirus "d'ici la fin de l'année" en vue d'une distribution "à partir de janvier", a précisé samedi son directeur. L'EMA, qui table sur "6 ou 7" vaccins différents à disposition en 2021, a reçu vendredi  "les premières données cliniques de Pfizer pour son vaccin". En mettant un vaccin sur le marché en janvier, ses premiers effets sur la propagation du virus "seront visibles dans cinq à six mois, essentiellement l'été prochain", explique-t-il.

De nouvelles mesures partout dans le monde

Aux Etats-Unis, le maire de New York Bill de Blasio, qui avait rouvert les écoles publiques fin septembre selon un modèle partiellement présentiel, a appelé les parents d'élèves à "se préparer" à leur fermeture lundi. Sur le vieux continent, les restrictions se multiplient, comme au Portugal qui a décidé d'un couvre-feu le week-end, entré en vigueur samedi. En Ukraine, ce sont les commerces non essentiels qui ferment samedi pour trois week-ends. Et en Autriche, le gouvernement pourrait annoncer samedi un durcissement des mesures déjà en vigueur.

La Belgique a de son côté vraisemblablement atteint cette semaine le pic de la deuxième vague de la pandémie avec près de 1.500 malades hospitalisés en soins intensifs, un chiffre désormais en léger recul, ont indiqué les autorités sanitaires, et les écoles rouvrent lundi. L'Islande, elle, a annoncé un "allègement prudent" de ses mesures en place contre l'épidémie, qui inclura, à partir de mercredi, une réouverture des salons de coiffure et de beauté, la reprise des leçons de conduite, ainsi que la reprise des activités pour les moins de 15-16 ans uniquement.

Près de 1,3 million de morts dans le monde

Plus de 1,3 million de décès dus au nouveau coronavirus ont été officiellement recensés dans le monde, selon un comptage réalisé par l’AFP à partir de sources officielles samedi soir. Au total, au moins 1.305.039 morts, pour plus de 50 millions de cas, ont été déclarés.

Près d’un décès sur cinq a eu lieu aux États-Unis, le pays le plus endeuillé au monde avec 244.364 morts. Suivent le Brésil avec 164.737 décès, l’Inde (129.188 morts), le Mexique (97.624) et le Royaume-Uni (51.304).