Coronavirus : nouvelle baisse en réanimation, le traçage adopté à l'Assemblée

, modifié à
  • A
  • A
La Direction générale de la santé a affirmé qu'une nouvelle baisse du nombre de patients avait été observée en réanimation.
La Direction générale de la santé a affirmé qu'une nouvelle baisse du nombre de patients avait été observée en réanimation. © AFP
Partagez sur :
Alors que les modalités de la suite du déconfinement sont attendues en France, l'emploi est durement touché par la crise engendrée par le coronavirus. Sur le plan sanitaire, le gouvernement a mis fin mercredi à l'autorisation de l'hydroxychloroquine, même à l'hôpital, après plusieurs études qui n'ont pas démontré d'effets positifs du médicament. Suivez l'évolution de la situation en direct.

La France va bientôt connaître ce qui l'attend pour la deuxième étape du déconfinement : le Premier ministre Édouard Philippe doit en annoncer jeudi les modalités. En attendant, les recommandations sanitaires ont évolué au niveau des traitements : l'hydroxychloroquine n'est officiellement plus autorisée contre le Covid-19

La crise du coronavirus a de multiples autres répercussions. Sur l'économie, notamment, alors qu'un jeune sur six est privé d'emploi, selon l'OIT, et que la récession devrait dépasser les -8% envisagés par le gouvernement. Au carrefour de la politique et de la technologie, l'Assemblée nationale s'est prononcée en faveur de l'application StopCovid, qui "trace" les malades.

Le séisme se fait ressentir jusqu'au monde du sport. Alors que les championnats ont été arrêtés précocement pour éviter la propagation de la maladie, le foot français continue de se déchirer sur les modalités de la reprise. Mercredi, la FFF (Fédération française de foot) a refusé le passage de la Ligue 2 à 22 clubs la saison prochaine, contredisant la décision de la Ligue de foot pro (LFP). Suivez l'évolution de la situation en direct.

Les principales informations à retenir : 

  • L'Assemblée nationale a voté en faveur du traçage numérique opéré avec l'application StopCovid
  • Un jeune sur six est privé d'emploi en raison de la pandémie, selon l'OIT
  • L'hydroxychloroquine n'est plus autorisée contre le coronavirus, même à l'hôpital
  • La Commission européenne a présenté un plan de relance pour l'UE de 750 milliards d'euros

Le traçage numérique StopCovid adopté par les députés

Les députés ont débattu mercredi après-midi de l'application StopCovid, voulue par le gouvernement pour permettre le traçage de contacts pour lutter contre le coronavirus. L'Assemblée nationale a adopté ce traçage, à 338 voix contre 215. Après le feu vert de la Cnil, mardi, le secrétaire d'État chargé du Numérique Cédric O est venu sur Europe 1, mercredi matin, pour détailler le fonctionnement de cette application sur laquelle les Français sont partagés : "Nous n'utilisons pas la géolocalisation", a-t-il par exemple assuré. Retrouvez ici l'essentiel de ses déclarations.

Avant cela, Europe 1 a pu tester l'application de traçage en avant-première, et on vous explique tout ce qu'il y a à savoir dans cet article.

Pas de signe de rebond de l'épidémie en France 

Le dernier bilan humain de l'épidémie de coronavirus, communiqué mercredi soir par la Direction générale de la santé, fait état de 28.596 morts depuis le 1er mars. Ce chiffre comprend les morts à l'hôpital (18.260, +65) et ceux en établissements médico-sociaux, dont les Ehpad (le dernier bilan y fait état de 10.335 morts).

La baisse du nombre de malades hospitalisés en réanimation s'est poursuivie lundi, avec 1.501 patients, soit 54 de moins en 24 heures. 15.680 personnes sont hospitalisées pour une infection au coronavirus, contre 17.941 mercredi dernier, soit 2.000 personnes de moins dans les hôpitaux en une semaine.

L'hydroxychloroquine n'est plus autorisée en France contre le Covid-19

Le gouvernement a abrogé mercredi les dispositions dérogatoires autorisant la prescription de l'hydroxychloroquine contre le Covid-19 à l'hôpital en France, hors essais cliniques, à la suite d'un avis défavorable du Haut conseil de la santé publique, selon un décret au Journal officiel. Depuis fin mars, l'hydroxychloroquine - médicament dérivé de l'anti-paludéen chloroquine - pouvait être prescrite à titre dérogatoire à l'hôpital et uniquement pour les patients gravement atteints, sur décision collégiale des médecins. Plus d'information par ici.

Comment expliquer ce revirement ? Les explications du professeur Christian Funck-Brentano, directeur du centre d'investigation clinique AP-HP Sorbonne Université :

Que contient le protocole sanitaire de réouverture des restaurants ?

Une mobilisation pour réclamer leur réouverture : hôteliers et restaurateurs ont déposé devant leurs établissements, mercredi matin partout en France, un objet symbole de leur activité, corbeille de pain, toque de chef ou tasse à café, avec le hashtag "#ATable". "Nous voulons expliquer au grand public que nous avons envie de rouvrir mais que pour l'instant rien n'est fixé pour nous et qu'un certain nombre d'établissements de notre patrimoine sont fragilisés par trois mois de fermeture", explique Aurore Bégué, gérante de trois restaurants à Paris et à Nantes, employant une centaine de salariés.

Mercredi matin, Europe 1 a en tout cas révélé le protocole sanitaire à suivre pour les professionnels du secteur. Découvrez ici à quoi ressemblera votre prochain dîner !

La Commission européenne propose un plan de relance à 750 milliards

L'UE emploie les grands moyens. La Commission européen a présenté mercredi un plan massif de 750 milliards d'euros pour relancer l'économie européenne. Le fonds sera alimenté par des emprunts à grande échelle de la Commission au nom de l'UE, une opération inédite pour l'Union et qui va nécessiter une négociation ardue avec les Etats membres. Sur les 750 milliards, 500 seraient redistribués sous forme de subventions, qui ne devront pas être remboursées. Le reste sera constitué de prêts aux Etats membres.

Parmi les plus touchées par la crise sanitaire, l'Italie et l'Espagne pourraient recevoir plus de 172 et 140 milliards d'euros respectivement via cet instrument. La France serait le quatrième principal bénéficiaire (après la Pologne) avec 38,7 milliards de subventions uniquement, selon les prévisions de la Commission. Mais les négociations, que plusieurs pays espèrent conclure le plus rapidement possible, pourraient prendre du temps. 

La récession devrait être pire que prévue

En France, l'économie a repris son souffle avec le déconfinement, mais elle ne retrouvera pas avant longtemps son niveau d'avant-crise et la récession devrait largement dépasser les -8% envisagés par le gouvernement. Sur le seul deuxième trimestre, la chute du PIB pourrait atteindre "environ 20%", après -5,8% au premier, a estimé mercredi l'Insee dans son dernier point de conjoncture.

L'Institut ajoute que sur l'ensemble de 2020, une récession de 8%, comme envisagé par le gouvernement, représente un scénario "peu réaliste". Il reposerait en effet sur un retour intégral à la normale dès juillet. La reprise sera "au mieux progressive au second semestre", estime l'Insee. 

Chômage : les jeunes, les plus touchés par la pandémie 

Les jeunes sont les principales victimes du marasme économique, révèle l'Organisation internationale du travail dans une étude publiée mercredi, avec un jeune sur six qui se retrouve sans emploi dans le monde. Présentant le rapport aux médias, le directeur général de l'OIT, Guy Ryder, a appelé les gouvernements à porter "une attention particulière à cette génération du confinement" pour éviter qu'elle ne soit affectée par la crise sur le long terme. Il a expliqué que les jeunes sont touchés de manière disproportionnée par la crise, en raison des perturbations dans le marché du travail et dans les domaines éducatif et de la formation.

Selon l'étude menée par l'OIT parmi les moins de 29 ans, un jeune sur six interrogés a arrêté de travailler depuis l'apparition du Covid-19. Et ceux qui ont conservé leur emploi ont vu leur temps de travail diminuer de 23%. De plus, environ la moitié des jeunes étudiants font état d'un "retard probable" dans la réalisation complète de leurs études tandis que 10% d'entre eux s'attendent à ne pas être en mesure de les terminer.

La FFF refuse la Ligue 2 à 22 clubs

Nouvel épisode dans la "guerre" que se livre le foot français depuis l'arrêt des championnats, décidé par le gouvernement en raison de la pandémie. Mercredi, la Fédération française de foot a refusé d'entériner le passage de la Ligue 2 à 22 clubs la saison prochaine. La LFP avait pris cette décision il y a une semaine, alors que les montées et les descentes ont été maintenues dans tous les championnats, y compris la Ligue 1.

Ce refus de la FFF n'est pas une surprise, dans la mesure où Noël Le Graët, le puisant patron de la Fédération, est un partisan assumé des montées et des descentes à tous les niveaux du foot français. En conséquence, Le Mans et Orléans, avant-dernier et dernier de Ligue 2, seront bien relégués en National. 

Plus de 350.000 morts dans le monde

La pandémie du coronavirus a fait au moins 350.000 morts dans le monde depuis son apparition. Plus de 5,6 millions de cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués dans 196 pays et territoires depuis le début de l'épidémie. Les États-Unis, qui ont recensé leur premier décès lié au coronavirus début février, sont le pays le plus touché avec près de 99.000 décès. 

Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont le Royaume-Uni avec 37.048 morts, l'Italie avec 32.955 morts, la France avec 28.530 morts, et l'Espagne avec 27.117 morts. La Chine (sans les territoires de Hong Kong et Macao), où l'épidémie a débuté fin décembre, a officiellement dénombré 4.634 décès.