Coronavirus : Macron promet "investissement et revalorisation" pour l'hôpital

, modifié à
  • A
  • A
Emmanuel Macron a annoncé un plan massif d'investissement et de revalorisation" pour l'hôpital.
Emmanuel Macron a annoncé un plan massif d'investissement et de revalorisation" pour l'hôpital. © MATHIEU CUGNOT / POOL / AFP
Partagez sur :
L'épidémie de coronavirus a provoqué en France la mort de 231 personnes supplémentaires en 24 heures, portant le total à 1.331 décès mercredi soir. Depuis Mulhouse, où il a visité un hôpital de campagne, Emmanuel Macron a annoncé un "plan massif d'investissement et de revalorisation" de l'hôpital. 

Le bilan du coronavirus continue de grimper en France. L'épidémie a provoqué 231 décès supplémentaires, portant le total à 1.331 mercredi soir. Plus de 25.000 cas ont été confirmés, tandis que près de 3.000 patients étaient toujours en réanimation mercredi soir. 

Parallèlement, l'exécutif est sur tous les fronts : 25 ordonnances dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire ont été adoptées en Conseil des ministres. Emmanuel Macron a effectué une visite de l'hôpital militaire de campagne de Mulhouse, promettant au passage que 29.000 tests seraient effectués chaque jour, puis un "plan massif d'investissement et de revalorisation" pour l'hôpital. Cette crise sanitaire a également des conséquences sur les engagements militaires français. L'état-major a en effet annoncé que la France allait retirer ses troupes d'Irak. 

Les informations à retenir :

  • Le bilan en France est de 1.331 morts et 25.332 cas confirmés 
  • Emmanuel Macron a promis 29.000 tests par jour, lors d'une visite à l'hôpital militaire de campagne de Mulhouse 
  • Le président de la République a également annoncé "un plan massif d'investissement et de revalorisation" pour l'hôpital
  • Plus de 450.000 cas sont officiellement déclarés dans le monde

Le bilan s'alourdit et les critiques fusent contre l'exécutif

Le coronavirus a provoqué la mort de 231 personnes ces 24 dernières heures en France, selon le dernier bilan donné mercredi soir. Au total, 1.331 morts sont à déplorer dans le pays depuis le début de l'épidémie. Le directeur général de la santé publique Jérôme Salomon a précisé que 2.827 patients étaient toujours en réanimation. Au total, 11.539 personnes sont hospitalisées. 

Alors que ce bilan s'alourdit, deux syndicats de médecins et d'infirmiers ont saisi le Conseil d'Etat pour réclamer notamment des "moyens de dépistage massif" du coronavirus et la prescription de chloroquine aux patients à risque, deux sujets sur lesquels la gestion de crise du gouvernement est critiquée. Cette requête devrait être examinée jeudi. 

Cinq plaintes contre des membres du gouvernement ont par ailleurs été reçues par la Cour de justice de la République (CJR), déposées par des particuliers ou des associations et visant le Premier ministre Edouard Philippe et soit l'ex-ministre de la Santé Agnès Buzyn, soit son successeur Olivier Véran. Les plaignants les accusent, selon les cas, de mise en danger de la vie d'autrui, d'homicide involontaire, de non-assistance à personne en danger ou de s'être abstenus de prendre à temps des mesures pour endiguer l'épidémie. 

Les annonces d'Emmanuel Macron pour l'hôpital

En réponse à ces critiques, Emmanuel Macron s'est rendu mercredi après-midi à l'hôpital militaire de campagne à Mulhouse, qui a accueilli un premier malade mardi. Le président est arrivé vers 17h30 et a immédiatement enfilé un masque avant d'entamer une visite d'environ trois heures. Il a promis que 29.000 tests du coronavirus seraient effectués, principalement pour les soignants et dans les Ehpad.

A 20 heures, le chef de l'État a pris la parole pour annoncer plusieurs mesures. Appelant à "l'unité" face au coronavirus, Emmanuel Macron a notamment promis "un plan massif d'investissement et de revalorisation pour l'hôpital". Rendant hommage au personnel soignant, il a juré d'être "au rendez-vous de ce que nous devons, au-delà de cette reconnaissance et du respect". "Cette réponse sera profonde et dans la durée", a-t-il assuré. Il a aussi assuré avoir demandé au gouvernement "d'apporter une réponse claire et forte de court terme pour l'ensemble des personnels soignants comme pour l'ensemble des fonctionnaires mobilisés afin de majorer les heures supplémentaires effectuées et sous forme de prime exceptionnelle".

"Nous devons n'avoir qu'une obsession, être unis" contre le virus, a ajouté le président de la République, car "lorsqu'on engage une guerre on s'y engage tout entier, on se mobilise dans l'union". Emmanuel Macron a également annoncé le lancement de l'opération militaire "Résilience", qui mobilisera les forces armées pour aider la population contre l'épidémie. 

Cette opération, distincte de l'opération "Sentinelle" contre le terrorisme, "sera entièrement consacrée à l'aide et au soutien aux populations, ainsi qu'à l'appui aux services publics pour faire face à l'épidémie, en métropole et en Outre-mer", a affirmé le chef de l'État. 

25 ordonnances adoptées en Conseil des ministres, un record 

Soutien aux entreprises, modification des congés payés, report des voyages… À l'issue du Conseil des ministres, Édouard Philippe a indiqué à la mi-journée que 25 ordonnances avaient été adoptées dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire, un record depuis 1958. "C'est l'urgence sanitaire qui anime tous les esprits aujourd'hui, mais c'est aussi, et ce sera de plus en plus, un choc économique, un choc social : nous ne sommes qu'au début de la crise", a-t-il également prévenu. Retrouvez la liste de toutes les mesures dans cet article. 

La durée du confinement précisée "dans les prochains jours"

La porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye a indiqué à la mi-journée que l'exécutif annoncerait "dans les prochains jours" sa décision sur une éventuelle prolongation du confinement en France, après l'avis du conseil scientifique suggérant "au moins six semaines" au total.

Invité d'Europe 1 mercredi matin, le maire de Béziers Robert Ménard a, lui, appelé à la mise en place d'un couvre-feu dans toutes les villes. Ce n'est pour l'instant le cas que dans certaines agglomérations, notamment dans le sud, à Nancy et dans toute la Guyane. Si vous voulez sortir de chez vous, une nouvelle attestation dérogatoire, avec notamment une mention des horaires de sortie, doit impérativement être remplie. 

Si vous résidez en région parisienne, sachez aussi que les transports en commun vont être fortement réduits à partir de jeudi, avec notamment une cinquantaine de stations de métro fermées et l'arrêt des métros et RER à 22 heures. Du côté de la SNCF, la circulation des TGV et Intercités sera réduite à 7% de l'offre habituelle à partir de vendredi. Les Ouigo seront suspendus. Enfin, l'aéroport d'Orly sera temporairement fermé à partir du 31 mars.

La France retire ses troupes d'Irak

Dans la soirée, l'état-major français a annoncé que la France allait retirer ses troupes d'Irak, où elles participaient à des missions de formation, en raison de la propagation du coronavirus dans le pays. "En coordination avec le gouvernement irakien, la coalition (internationale antijihadiste emmenée par Washington, ndlr) a décidé d'ajuster son dispositif en Irak et de suspendre provisoirement ses activités de formation des forces de sécurité irakiennes, compte tenu notamment de la crise sanitaire", souligne l'état-major dans un communiqué. En conséquence, "la France a décidé de rapatrier jusqu'à nouvel ordre le personnel de l'opération Chammal déployé en Irak", soit près de 200 hommes.

Plus de 60.000 cas aux Etats-Unis, le bilan s'alourdit en Espagne

A l'échelle mondiale, le coronavirus a fait au moins 20.647 morts depuis son apparition, selon un bilan établi par l'AFP. "L'humanité entière est menacée", a prévenu l'ONU mercredi, en lançant un plan humanitaire. Plus de 450.000 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués. À travers le monde, plus de trois milliards de personnes sont invitées à rester chez elles. L'Organisation mondiale de la santé estime désormais que les Etats-Unis, qui comptent 869 morts pour plus de 60.000 patients positifs, pourraient bientôt dépasser l'Europe en nombre de cas et devenir l'épicentre de la pandémie.

Mais pour l'instant, c'est bel et bien en Europe que le virus sévit le plus durement. Le nombre de morts en Espagne a dépassé mercredi celui de la Chine continentale avec 3.434 décès, selon les chiffres publiés par les autorités. En une journée, 738 décès ont été notifiés dans le pays, une très forte accélération par rapport aux 514 morts recensés entre lundi et mardi. Seule l'Italie compte désormais plus de décès dus au coronavirus dans le monde. En Angleterre, le  prince Charles, héritier de la couronne britannique, a été testé positif et présente de légers symptômes, mais "il reste en bonne santé". 

Du côté de la Chine, où le virus est apparu, en décembre, le gouvernement a levé mercredi les restrictions drastiques imposées depuis plusieurs mois dans la province du Hubei, épicentre de la pandémie. Aucun cas de contamination locale n'a été détecté en 24 heures dans le pays. Certains aéroports et gares ont rouvert, mais les écoles restent encore fermées à ce stade. En revanche, il faudra aux habitants de Wuhan attendre jusqu'au 8 avril pour pouvoir quitter leur ville.