La chloroquine contre le coronavirus : “Il faut rapidement tester et vérifier cet espoir !”, lance Axel Kahn

, modifié à
  • A
  • A
2:42
© Axel Kahn
Partagez sur :
Les médecins du monde entier tentent de trouver un remède contre le coronavirus. La chloroquine, un médicament antipaludéen, fait en ce moment l'objet d'un essai clinique. Pour Axel Kahn, président de la Ligue contre le cancer, il faut "vérifier" cette hypothèse. Mais la prendre avec des pincettes en attendant le résultat des tests.
INTERVIEW

Scientifiques et médecins du monde entier s’affairent pour trouver un remède contre le coronavirus. La chloroquine, un médicament antipaludéen, suscite l'espoir d'une partie des équipes médicales. Alors que le spécialiste des maladies infectieuses Didier Raoult a conduit à Marseille une première étude prometteuse (mais très controversée) à son sujet, un essai clinique au niveau européen vient d'être lancé pour déterminer son efficacité. Qu'en pense Axel Kahn,​ médecin et ancien chercheur ?

"Il faut arriver à rapidement tester cet espoir, le vérifier", affirme le président de la Ligue nationale contre le cancer​, invité d'Europe 1 mardi matin. D'après lui, les recherches de Didier Raoult "ne permettent pas de tirer des conclusions". "On attend les résultats de l'étude européenne. Croisons les doigts pour que cela marche, mais pour l'instant, nous n'avons pas de certitude", nuance-t-il. 

Les médecins partisans de l'utilisation de la chloroquine - certains la prescrivant déjà à leurs patients - pointent du doigt "l'urgence vitale" d'une crise sanitaire mondiale. Mais pour Axel Kahn, pas question de se précipiter sans connaître précisément ses effets. "Il ne s'agit pas d'une étude classique, qui durerait des mois : nous aurons les premiers résultats dans dix jours", souligne le médecin.

L'essai clinique testera entre autres la "toxicité cardiaque" potentielle de l'antipaludéen, "notamment quand on l'utilise chez des personnes âgées", précise Axel Kahn. "En matière de santé, la précipitation peut parfois tout empirer."

Europe 1
Par Laetitia Drevet