Coronavirus : 30.371 morts en France, "nette dégradation" de plusieurs indicateurs

, modifié à
  • A
  • A
Plus de 30.300 personnes sont mortes du coronavirus en France.
Plus de 30.300 personnes sont mortes du coronavirus en France. © AFP
Partagez sur :
L’hypothèse d’une deuxième vague de l’épidémie de Covid-19 inquiète de plus en plus en France, où le dernier bilan faisait état mercredi de 30.371 morts, et d'une légère baisse des réanimations. L'interdiction des événements de plus de 5.000 personnes a été prolongée jusqu'au 30 octobre par le gouvernement. Le marathon et le semi-marathon de Paris sont annulés.
L'ESSENTIEL

Face au risque d’une deuxième vague de contaminations, de nouvelles mesures sont prises en France comme à l'étranger. Mardi soir, Jean Castex a annoncé que les rassemblements de plus de 5.000 personnes allaient finalement restés interdits jusqu’au 30 octobre. Le semi-marathon et le marathon de Paris, respectivement programmés le 18 octobre et le 15 novembre, ont été annulés mercredi. Selon la Direction générale de la Santé, le dernier bilan fait état de 30.371 personnes décédées du Covid-19 en France depuis le début de l'épidémie.

Les principales infos à retenir

  • Les événements de plus de 5.000 personnes sont interdits jusqu'au 30 octobre
  • La France compte ce mercredi 30.371 morts du Covid-19
  • Plus de 2.500 cas confirmés en 24 heures
  • Le marathon et le semi-marathon de Paris ont été annulés
  • Vladimir Poutine annonce que la Russie a développé "le premier vaccin" contre le coronavirus

30.371 morts en France, plus de 2.500 cas en 24 heures

Plus de 2.500 cas confirmés de Covid-19 ont été enregistrés en 24 heures, une progression inédite depuis le mois de mai, selon le bilan quotidien de la Direction générale de la Santé (DGS) publié mercredi, qui note une "nette dégradation" des indicateurs. En une semaine, sur un total de plus de 600.000 tests, 11.633 personnes ont été diagnostiquées positives au nouveau coronavirus, dont 2.524 dans les dernières 24 heures. Le taux de positivité est ainsi désormais de 2,2%, en hausse également (1,6% lors de la semaine du 27 juillet au 2 août). "Ce qui confirme l'augmentation de la circulation virale sur le territoire", a commenté la DGS.

"Les indicateurs de suivi de l'épidémie sur le territoire national montrent une nette dégradation au cours des derniers jours", a-t-elle ajouté, notamment que plusieurs départements ont une incidence "proche du seuil d'alerte fixé à 50 cas pour 100.000 habitants par semaine". "Il est indispensable en cette période de vacances, en tout lieu et à tout instant, qu'individuellement et collectivement nous poursuivions nos efforts pour éviter une reprise épidémique", a insisté le communiqué.
En outre, 18 nouveaux foyers de cas groupés ("clusters") ont été identifiés en 24h, ce qui porte le total à 896, dont 578 clôturés. 

Le nombre de patients Covid-19 en réanimation, à peu près stable depuis fin juillet, a baissé à 379, soit 12 de moins que mardi.

Semi-marathon et marathon de Paris annulés

Alors que le virus continue de circuler dans l’Hexagone, faisant craindre l’arrivée d’une deuxième vague, le marathon de Paris, prévu le 15 novembre, a été annulé en raison de la pandémie de coronavirus, a annoncé mercredi ASO (Amaury Sport Organisation), la société organisatrice de l'épreuve.  La course de 42,195 km, qui passe chaque année devant les lieux emblématiques de la capitale, initialement programmée le 5 avril, avait été reportée à deux reprises (au 18 octobre puis au 15 novembre) pour cause de crise sanitaire. Le semi-marathon de Paris, lui aussi décalé deux fois et reprogrammé le 18 octobre, n'aura pas non plus lieu cette année, a précisé ASO.

Durcissement des mesures de protection un peu partout en France

Le Premier ministre Jean Castex a annoncé mardi que l'interdiction des événements de plus de 5.000 personnes allait être étendue jusqu'au 30 octobre. Le chef du gouvernement a toutefois précisé que les préfets auront la "possibilité d'y déroger avec la vérification du strict respect des consignes sanitaires".

À Paris, le port du masque est obligatoire dans certaines zones depuis lundi. "Seuls les piétons doivent porter le masque, y compris s’ils font du sport, et feront donc l’objet de mesures de contrôle pour port obligatoire de masque dans les zones concernées", précise la Préfecture de police dans un communiqué publié mercredi. Les cyclistes et personnes en trottinette ne sont pas concernées par cette obligation du port du masque.

Mercredi, le maire EELV de Bordeaux Pierre Hurmic a annoncé que le port du masque à l'extérieur sera obligatoire dans le centre-ville à partir de samedi. En l’occurrence rue St-Catherine, la plus longue rue piétonne d'Europe, un "centre commercial à ciel ouvert", selon le maire, où s'alignent 240 magasins, et dans sa rue perpendiculaire de La Porte Dijeaux. Les quais de Garonne ne sont pas "dans l'immédiat" concernés, a ajouté M. Hurmic selon qui la fréquentation "n'est pas la même" mais qui envisage des actions pédagogiques notamment en direction des groupes qui s'y réunissent le soir.

Une mesure similaire a également été prise dans les villes de Nantes et Rouen pour certains secteurs. Dans la première, le masque est obligatoire à partir de vendredi, "dans l'hypercentre", "sur les bords de l'Erdre, sur les parvis nord et sud de la gare et sur les marchés de plein air de la ville". À Rouen, c'est dès jeudi que l'obligation s'applique, notamment dans une partie du centre-ville rive droite, les bords de Seine, ainsi que des parcs et jardins sur la rive gauche.

De leur côté, les préfectures du Cantal et de l'Ardèche ont annoncé mercredi que le port du masque serait désormais obligatoire sur les marchés, brocantes et vide-greniers de leurs départements, pour les personnes de plus de onze ans. Plusieurs départements ont pris des mesures identiques, à l'image du Puy-de-Dôme, autre département auvergnat, depuis lundi.

Port du masque obligatoire à Bruxelles

Dans la région de Bruxelles, le port du masque est obligatoire dans l'espace public à compter de mercredi. Il l'était déjà dans la plupart des lieux publics clos depuis le 11 juillet pour toutes les personnes âgées d'au moins 12 ans. La généralisation de l'obligation dans les 19 communes de la région s'explique par le franchissement du seuil de 50 contaminations quotidiennes pour 100.000 habitants (plus de 600 nouvelles infections par jour sur ce territoire d'environ 1,2 million d'habitants), selon un communiqué du gouvernement régional.

La Russie affirme avoir un vaccin, le monde sceptique

A la surprise générale, le président russe Vladimir Poutine a assuré mardi avoir développé le premier vaccin "efficace" contre le coronavirus. Cette annonce a cependant été jugée, au mieux, prématurée dans le reste du monde. "Ce matin, pour la première fois au monde, un vaccin contre le nouveau coronavirus a été enregistré", a déclaré le président russe Vladimir Poutine, ajoutant : "Je sais qu'il est assez efficace, qu'il donne une immunité durable".

"Plus d'un milliard de doses" ont été pré-commandées par 20 pays étrangers, a soutenu son président, Kirill Dmitriev, précisant que la phase III des essais commençait mercredi. Peu après la déclaration du Kremlin, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a réagi en appelant à la prudence, rappelant que la "pré-qualification" et l'homologation d'un vaccin passaient par des procédures "rigoureuses".

La ville d’Auckland confinée à nouveau

Malgré les possibles avancées sur le front d'un vaccin, le virus continue sa progression dans le monde. La Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern, dont le pays avait connu 102 jours sans nouveau cas de contamination, a dû ordonner le reconfinement d’Auckland, la plus grande ville du pays, après l'apparition de quatre cas de coronavirus.

Plus de 20 millions de cas dans le monde

Plus de 20 millions de cas de Covid-19 ont été officiellement recensés dans le monde, dont plus de la moitié en Amérique. 

La pandémie a fait au moins 743.199 morts dans le monde depuis fin décembre, selon un bilan établi par l'AFP mercredi à 11h GMT. Les Etats-Unis sont le pays le plus endeuillé (164.545 décès), devant le Brésil (103.026 morts), le Mexique (53.929), le Royaume-Uni (46.526) et l'Inde (46.091).