Coronavirus : trois questions sur les tests sérologiques rapides en pharmacie

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Depuis samedi, les pharmaciens peuvent faire des tests de sérologie rapide du coronavirus au bout du doigt. Comme l'explique le docteur Jimmy Mohamed dans sa chronique, mercredi, sur Europe 1, cela peut renseigner des personnes sur la présence d'anticorps dans leur organisme.

Les tests du coronavirus représentent un enjeu majeure de la lutte contre l'épidémie, alors que plus de 30.000 personnes sont mortes en France. Il en existe de deux sortes : virologiques, via l'appareil respiratoire, et sérologiques, via le sang. Depuis samedi, les seconds sont disponibles en pharmacie, en version rapide. Ils peuvent représenter une solution pour savoir si on a déjà été exposés à la maladie.

À quoi servent-ils ?

La sérologie permet en effet d'avoir un diagnostic rétrospectif, c'est-à-dire de savoir si vous avez eu le Covid-19 et si vous avez développé une immunité qui devrait vous protéger pendant un certain temps (mais on ne sait pas combien). Quand vous êtes malade du coronavirus, il faut attendre une à deux semaines avant une éventuelle séroconversion, c'est-à-dire pour avoir des anticorps qui puissent être détectés.

Comment ça marche ?

Concrètement, comment se déroule cette sérologie rapide chez le pharmacien ? Le pharmacien fait un petit prélèvement de sang au bout du doigt, comme les diabétiques pour savoir leur taux de sucre. En quelques minutes, vous avez le résultat. Ça coûte une vingtaine d'euros. À ce stade, ce n'est pas remboursé par la Sécurité sociale. Il suffit de se présenter un peu à la volée chez son pharmacien. Il y a ensuite deux cas de figure.

Comment réagir en fonction du résultat ? 

Si le test est négatif : cela veut dire que vous n'avez pas eu de virus ou en tout cas pas suffisamment pour développer une immunité. Il faut donc vous protéger et porter un masque dans les lieux clos.

Si le résultat est positif : cela veut dire que vous avez eu le virus et qu'a priori, vous êtes protégé. Mais il faut confirmer cela par une sérologie au laboratoire, avec une vraie prise de sang, pour deux raisons. La première, c'est pour être sûr que le test est bon et qu'il ne s'est pas trompé. La deuxième, c'est pour avoir une trace dans votre dossier pour être suivi derrière, sachant que des personnes peuvent avoir des séquelles. Pour cela, il faut vous rendre chez votre médecin, qui vous donnera une ordonnance. Et sous ces conditions-là, vous serez remboursé par la Sécurité sociale du prélèvement en laboratoire.

Si vous pensez avoir eu le coronavirus en mars, avril, mai ou juin et que vous n'avez pas pu vous faire tester avec un test virologique de type PCR, allez directement chez votre médecin faire la sérologie. C'est la même chose si jamais vous avez eu quelqu'un dans votre famille ou un proche qui a eu le coronavirus. Même si vous n'avez pas eu de symptômes, allez voir votre médecin. Il vous fera une ordonnance et dans ces conditions, vous êtes un cas contact, donc vous serez remboursé.

Pour tous les autres, si vous n'avez aucun symptôme et que vous n'avez pas été en contact avec qui que ce soit de malade ou en tout cas pas à votre connaissance, vous pouvez, par curiosité, aller à la pharmacie faire ce test sérologique rapide. Au pire, ça coûte une vingtaine d'euros. Vous ne risquez pas grand chose, si ce n'est être informé sur votre statut. Si vous êtes négatif, continuez de vous protéger.

Europe 1
Par Jimmy Mohamed