Covid-19 : l'appel d'Axel Kahn pour un reconfinement au lieu du couvre-feu

, modifié à
  • A
  • A
Axel Kahn reconfinement 6:46
Axel Kahn plaide pour un reconfinement plutôt qu'une poursuite du couvre-feu. © Europe 1
Partagez sur :
Invité d'Europe 1 dimanche 21 février, le président de la Ligue nationale contre le cancer, le professeur Axel Kahn, a émis l'idée de mettre en place un confinement "d'un mois à six semaines" afin de lutter efficacement contre le Covid-19. Pour lui, cependant, la solution d'un auto-confinement n'est pas la bonne.
ANALYSE

Quelle stratégie la France doit-elle adopter pour lutter efficacement contre le coronavirus ? Après un an de crise sanitaire, qui a commencé par un confinement, puis un relâchement, puis un nouveau confinement, et enfin un couvre-feu généralisé, le Covid-19 est toujours là. Plus de 22.000 nouvelles contaminations ont été enregistrées par Santé publique France samedi, et on ne sait toujours pas quand prendra fin le couvre-feu, décrété sur le territoire depuis début janvier. Invité d'Europe 1 dans C'est arrivé demain, le professeur Axel Khan s'est exprimé dimanche sur la marche à suivre dans les prochains jours. Selon lui, il n'y a aucun doute : "Pendant un mois ou six semaines, il faut un effort très important, de type confinement."

Vacciner et confiner

Pour avoir une stratégie "zéro Covid" efficace, le président de la Ligue nationale contre le cancer explique qu'il faut jouer sur deux paramètres. D'abord, "il faut diminuer la circulation virale, pour faire diminuer l'émergence des variants, notamment ceux résistants aux vaccins", indique le médecin. Dans le même temps, "il faut vacciner à tout-va", explique-t-il, avançant que les pays qui ont vacciné le mieux sont également ceux qui ont mis en place un confinement. "Par conséquent", Axel Khan propose de mettre en place un effort "de type confinement", sur une période qui n'irait pas au-delà de six semaines, "pas plus."

Après cette période, avec une campagne massive de tests, une stratégie vaccinale efficace, et le respect des gestes barrières, "on arriverait au début du mois de septembre à un niveau de très basse circulation virale", avance Axel Khan. "La situation serait gérable, (…) on arriverait à un niveau de protection et d'immunité collective suffisant."

"Qu'est-ce qui désespère le plus les gens ?"

"Rien ne s'oppose à cette stratégie", poursuit le médecin sur Europe 1. Effectivement, il serait possible de décréter un nouveau confinement. Mais depuis quelques semaines, l'exécutif a changé d'avis sur le sujet, Emmanuel Macron voulant a tout pris l'éviter. Aussi, plusieurs arguments solides vont contre l'idée d'un troisième confinement, que ce soit sur l'impact économique qu'une telle décision engendrerait, ou sur la santé mentale des Français. 

"C'est juste", répond Axel Khan, qui interroge : "Qu'est-ce qui désespère le plus les gens ? C'est le fait de continuer à vivoter comme on vivote aujourd'hui sans qu'il y ait de précision de la date de sortie de la date d'arrêt, ou bien une stratégie qui comporte un effort, mais qui a une issue claire ?"

"Moi, je dis qu'on concentre l'effort et après, on relâche nettement plus !"

"Aujourd'hui, qu'est-ce qu'on dit ? On dit que 'ce n'est pas si grave que ça'. On dit que 'certes, il y a 500 morts par jour, mais bon, c'est comme ça' (…) et que 's'il n'y a pas de pic épidémique, on continue comme ça.' Mais pour combien de temps ?", poursuit le président de la Ligue nationale contre le cancer. "Est-ce qu'on va continuer à vivoter comme ça ? Moi, je dis qu'on concentre l'effort et après, on relâche nettement plus. Tout en continuant à lutter évidemment contre le virus", résume Axel Khan, qui estime que l'opinion serait très favorable à cette option.

Europe 1
Par Ariel Guez