Coronavirus : test obligatoire dans les aéroports pour les voyageurs revenant de 16 pays

, modifié à
  • A
  • A
Le test est désormais obligatoire dans les aéroports pour les voyageurs revenant de 16 pays à risque. 1:18
Le test est désormais obligatoire dans les aéroports pour les voyageurs revenant de 16 pays à risque. © Iakovos Hatzistavrou / AFP
Partagez sur :
Depuis samedi, les voyageurs français revenant de pays où le taux de circulation du coronavirus est fort doivent se soumettre à un dépistage à l'aéroport. 16 pays sont concernés par ces mesures de précaution supplémentaires.

Les voyageurs français ou résidant en France en provenance de 16 pays classés rouge doivent désormais se faire dépister pour rentrer sur le territoire. Jean Castex l'avait annoncé vendredi 24 juillet : depuis samedi, les passagers prenant l'avion en provenance de pays où le coronavirus circule activement doivent se soumettre à un test de dépistage dans les aéroports, que ce soit celui de départ où d'arrivée. 

Cette mesure ne concerne que les résidents français, puisque la frontière avec ces pays à risque est fermée. Les pays concernés sont : les Etats-Unis, les Emirats arabes unis, le Bahreïn, le Panama, l'Afrique du Sud, le Kowëit, le Qatar, Israël, le Brésil, le Pérou, la Serbie, l'Algérie, la Turquie, Madagascar, l'Inde et Oman.

Un test PCR au moment de montrer son passeport

Pour ceux à qui l'on a demandé, dans le pays de départ, avant de monter dans l'avion, de fournir un test négatif au coronavirus, il n'y aura qu'à remontrer ce document aux autorités françaises. C'est le cas pour les voyageurs en provenance des Etats-Unis par exemple. 

Les autres, qui viennent de douze pays dont Israël, le Brésil, l'Algérie et la Turquie doivent se soumettre à un test PCR dès leur arrivée en France. À Roissy, c'est au moment de montrer son passeport. Ils doivent ensuite laisser leurs coordonnées. Les résultats du test sont communiqués en 36 heures. Si le résultat est positif le voyageur doit s'isoler jusqu'à 10 jours. Les Agences régionales de santé et l'Assurance maladie surveillent cette quatorzaine et retracent les contacts éventuels sur le sol français.

Europe 1
Par Caroline Baudry édité par Guilhem Dedoyard